Accueillir des immigrants expulsés du sol britannique: Le Rwanda persiste et signe

Afriquinfos Editeur
6 Min de Lecture

Agenda

mai 2024
L M M J V S D
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

Londres (© 2023 Afriquinfos)- La ministre de l’Intérieur britannique Suella Braverman était en visite officielle à Kigali ces 18 et 19 mars 2023. Ce déplacement intervient presqu’une année après une signature d’ accord de 160 millions d’euros avec Kigali. L’accord-ci, stipule que le Rwanda doit désormais accueillir sur son sol des migrants et demandeurs d’asile de diverses nationalités acheminés du Royaume-Uni. 

L’objectif de ce déplacement est de renouveler l’engagement de Londres dans ce partenariat. Il est destiné à envoyer au Rwanda un certain nombre de demandeurs d’asile arrivés illégalement sur le territoire britannique. « Aujourd’hui, nous avons signé un addendum à notre accord qui étend les mesures de soutien pour les personnes qui seront délocalisées au Rwanda,  Il y a une crise mondiale migratoire, et je pense sincèrement que ce partenariat de premier plan entre deux alliés et deux amis, va montrer la voie. »,  a déclaré la diplomate britannique Suella Braverman,  à l’issue de son déplacement à Kigali.

Le projet d’expulser les migrants arrivés illégalement au Royaume-Uni vers le Rwanda est « humanitaire » et « compatissant », a également affirmé la ministre de l’Intérieur britannique Suella.

Une occasion pour le ministre rwandais des Affaires étrangères, Vincent Biruta, de réitérer son engagement envers le Royaume-Uni. « Nous venons tout juste de terminer une réunion où nous avons discuté de notre partenariat sur la migration et le développement économique. Ce partenariat innovant représente une évolution importante dans nos efforts pour adresser l’immigration irrégulière. Et nous sommes heureux de travailler étroitement avec le Royaume-Uni sur le sujet », a-t-il dit.

- Advertisement -

Il a rappelé que face à une « crise migratoire au niveau mondial » ce projet « contribuera non seulement à démanteler les réseaux criminels de trafic d’êtres humains, mais aussi à sauver des vies ».

Dans le cadre de cet accord, Londres délocalise au Rwanda ses demandeurs d’asile. Une pratique contraire à la Convention de Genève pour les réfugiés selon le HCR. L’accord entre les deux pays, déclaré légal par la Haute Cour britannique en décembre, est toujours contesté en justice par un groupe de demandeurs d’asile. Mais selon Suella Braverman qui a  visité de nouvelles résidences, destinées à accueillir les réfugiés concernés, le Royaume-Uni espère mettre en application son partenariat avec le Rwanda le plus rapidement possible.

Ce partenariat dit « inédit » pour les autorités britanniques,  a conduit le Royaume-Uni a déjà versé 170 millions de dollars au Rwanda pour financer le logement, la formation et l’éducation des migrants contre leur relocalisation en terre rwandaise.

Une audience est prévue mi-avril pour étudier la procédure lancée en Cour d’appel contre cet accord, toujours dénoncé par de nombreuses organisations de défense des droits humains.

Il s’agit d’ailleurs de la première visite officielle à Kigali d’un membre du gouvernement britannique, depuis l’élection du conservateur Rishi Sunak en octobre dernier.

L’ire des britanniques prononcée

De nombreuses manifestations en opposition à cet accord se déroulaient au même moment en terre britannique. Dans les villes de Londres, Glasgow et Cardiff, des manifestants s’opposaient à la volonté des conservateurs au pouvoir de durcir la législation contre l’immigration illégale. Certains protestataires brandissaient des pancartes avec mention « Safe passage, not Rwanda ».

Sur une photo qui illustre son déplacement à Kigali, on voit la ministre rire aux éclats devant le site de construction de logements destinés aux demandeurs d’asile expulsés par le Royaume-Uni. Une image devenue très virale. «Voici Suella Braverman dans un centre où elle espère expulser les victimes de la traite des êtres humains et de l’esclavage moderne», a tweeté un journaliste. La photo est devenue sa version photoshopée montrant Suella Braverman riant dans les camps nazis lors de la Seconde guerre mondiale.

Ses propos lors de la visite des logements ont également choqué. «Ces maisons sont vraiment belles, de bonne qualité, vraiment accueillantes, et j’aime beaucoup votre décorateur d’intérieur. J’ai moi-même besoin de conseils», a-t-elle lâché lors de cette visite.

La ministre a aussi été critiquée pour avoir refusé dans ce voyage des journalistes de la BBC et du Guardian, quotidien opposé au projet du gouvernement. Suella Braverman a affirmé que ce serait une «bénédiction» pour les demandeurs d’asile expulsés d’être réinstallés de manière permanente dans ce pays plutôt qu’au Royaume-Uni. «J’encourage tous mes détracteurs à se rendre au Rwanda avant de jeter l’opprobre et d’émettre des opinions incroyablement préjudiciables et snobs sur ce que ce magnifique pays a à offrir», a-t-elle ajouté, selon des médias britanniques.

V.A.