65è Sommet de la CEDEAO consacré en partie à l’AES: Diomaye Faye en dresse le bilan

Afriquinfos Editeur 572 Vues
4 Min de Lecture

Dakar (© 2024 Afriquinfos)- Intervenue au lendemain de la création de la «Confédération des États du Sahel», la 65ème session de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao), tenue le 7 juillet à Abuja au Nigeria, avait plusieurs objectifs. L’un d’entre eux était de ‘’travailler à un rapprochement des positions qui sont descendues entre l’organisation et le Mali, le Niger, et le Burkina Faso’’, a souligné le Président sénégalais Bassirou Diomaye Diakhar Faye. Il a également pris part à la session.

La décision-ci a été prise lors du Sommet, ‘’dans la résolution de la Cedeao qui a souhaité travailler à l’apaisement entre l’organisation et ces trois pays qui sont encore membres de l’organisation ouest-africaine, parce que le délai auquel leur départ doit être entériné n’est pas encore arrivé’’, a expliqué  le dirigeant, en dressant le bilan de sa participation au 65ème Sommet de l’institution régionale.

Aussi, le Président Faye a-t-il rappelé qu’avant sa participation à ce Sommet de la Cedeao, il avait fait le tour de beaucoup de pays membres de l’organisation, ‘’particulièrement des pays qui ont annoncé leur départ’’ de l’institution régionale. ‘’L’objet de ma visite a été de travailler à un rapprochement des positions qui sont descendues entre l’organisation et ces trois pays’’, a laissé entendre le dirigeant. Soulignant que ‘’le Sénégal, ce grand pays ne pouvait pas rester les bras croisés face à cette disruption. Notre responsabilité, c’est de travailler à rapprocher les positions, à les réconcilier, à faire en sorte qu’il puisse avoir une plage de dialogue entre l’organisation et les parties prenantes, notamment l’AES’’, a-t-il poursuivi.

 Et de conclure: « J’espère que d’ici la fin du délai de préavis, il y aura assez de discussions qui permettront de réconcilier les positions, de travailler à renforcer l’organisation afin qu’elle prenne mieux en charge les défis auxquels nous sommes confrontés’’.  

La Conférence a mandaté Bassirou Diomaye Faye comme Facilitateur de la Cedeao dans les discussions de la Communauté avec l’AES (Burkina Faso, Mali, Niger), en collaboration avec le Président togolais Faure Essozimna Gnassingbé. Un duo qui sera aidé par U. S. Embalo de la Guinée-Bissau. La 65è session de la Conférence des Chefs d’État et de Gouvernement de la Communauté Économique des États de l’Afrique de l’Ouest s’est déroulée après le 1er Sommet présidentiel de l’Alliance des États du Sahel.

Réunis en Sommet ce 6 juillet 2024, les Chefs d’État de l’AES ont unanimement décidé de la création de la Confédération des Etats du Sahel. Selon une déclaration publiée à l’issue de la rencontre, la République du Mali assurera la présidence tournante de la Confédération des États du Sahel pour une durée d’un an. Aussi, les Chefs d’Etat se sont-ils engagés à «doter cette Confédération d’instruments propres pour le financement de sa politique économique et sociale». Les dirigeants du Burkina, du Mali et du Niger ont décidé par ailleurs de «mettre en place des mécanismes visant à faciliter la libre circulation des biens, des personnes et des services au sein de l’espace AES ».

Vignikpo Akpéné