Togo: Plus de peur que de mal à la Cathédrale de Lomé victime partiellement d’un incendie

Afriquinfos 7 Vues
4 Min de Lecture

Lomé (Afriquinfos, 2017) – Grosse frayeur au cœur du Grand marché de Lomé ce lundi 02 janvier. Un incendie s’est produit à la Cathédrale Sacré-Cœur en fin de soirée. Maîtrisé par les sapeurs-pompiers, on ignore pour le moment ses causes officielles, même si on évoque officieusement «un court-circuit». Les dégâts matériels provoqués par ce sinistre sont importants à la sacristie.

 

Peu avant 17hTU, une panique s’est emparée des commerçants des alentours de l’église catholique. Une partie de la cathédrale était la proie de grosses lames de feu avec de grandes fumées. Pris de stupeur, les commerçants qui bordent l’édifice ont alerté les sapeurs-pompiers. Arrivés sur les lieus, ils sont parvenus à éteindre l’incendie. Selon des témoignages, le feu serait parti de la sacristie et aurait pour origine un court-circuit. Mais, l’origine réelle reste encore à élucider. «On ne connaît pas pour le moment l’origine du feu, mais on soupçonne un court-circuit dans le compteur qui a entamé les habits qu’on a déposés dans les vestiaires, et qui se propageait à travers les escaliers vers le bas», a détaillé le Colonel Tchanilé Agoro, Directeur du Corps des Sapeurs-pompiers.

«Il n’y a pas eu de mort, ni de blessé. On déplore des dégâts et des dommages matériels uniquement que seuls les responsables de l’Eglise peuvent évaluer précisément», a-t-il indiqué. Les sapeurs-pompiers ont salué la promptitude de la population qui a eu le réflexe de les alerter mais, ils ont déploré leur zèle. Ils ont quelque peu déploré la cohue occasionnée par la foule qui elle aussi s’activait à éteindre le feu. Yark Damehame, le ministre de la Sécurité et de la Protection civile qui était aussi sur le lieu du sinistre, a relevé «l’encombrement» qui a gêné «les secouristes qui n’arrivaient pas à exécuter le travail qu’il faut». En attendant l’identification des causes réelles de l’incendie, certains évoquent l’aspect «vieillot» de la Cathédrale Sacré-Cœur dont l’architecture et les infrastructures actuelles ne répondraient pas tout à fait aux nouvelles donnes.

 

La Cathédrale Sacré-Cœur de Lomé, un gardien du temple anachronique?

 

Depuis le 14 septembre 1955, elle est  l’église-mère de l’Archidiocèse de Lomé, la capitale togolaise. Construite entre 1901 et 1902, la Cathédrale de Lomé est l’œuvre des missionnaires allemands. Elle est un édifice vestige du passé colonial. Elle est inspirée de l’église Steyl (petite ville de la Hollande) d’où sont originaires les missionnaires allemands de la «Société du Verbe Divin» qui ont posé la base de sa création. Aussi, le plan de la Cathédrale Sacré-Cœur de Lomé est-elle influencée par l’architecture gothique européenne.

Basée sur une architecture basilicale, l’édifice religieux  se compose d’une nef de sept travées couverte d’une voûte d’arrêtes et bordée de collatéraux. Il dispose aussi d’une galerie haute qui a subi un  aménagement  afin d’augmenter sa capacité d’accueil. À l’extérieur, le surhaussement des murs de la dernière travée de la nef donne l’impression d’un transept et la polychromie (tons ocre sur tons blancs) lui confère un style particulier. Le 9 août 1985, le pape Jean-Paul II (béatifié) y avait célébré une messe.

 

Anani  GALLEY