Une identification des usagers du téléphone mobile pour une meilleure lutte contre la criminalité

Afriquinfos Editeur
2 Min de Lecture

Au terme d'un conseil des ministres présidé mercredi par le chef de l'Etat togolais Faure Gnassingbé, un décret a été adopté sur cette question.

Le décret "fixe les règles d'identification systématique et obligatoire des abonnés aux services de télécommunications", pendant que la téléphonie mobile s'est vulgarisée dans ce pays où seulement deux opérateurs se partagent le marché.

"Le développement spectaculaire des communications électroniques, dont le téléphone, a entraîné aussi un accroissement de la criminalité liée à l'utilisation de ce moyen de communication", a expliqué le gouvernement togolais.

- Advertisement -

Le gouvernement relève l'urgence de "protéger les citoyens contre tous les crimes commis par le moyen du téléphone" qui oblige à la mise en place d'une base de données fiable d'identification des abonnés aux réseaux téléphoniques.

Cette mesure permettra de "garantir la sécurité des citoyens tout en respectant au maximum la liberté des utilisateurs", a souligné le gouvernement.

"Elle permettra aux opérateurs de répondre aux réquisitions des services de la justice pour l'identification des personnes animées par de mauvaises intentions, et qui portent atteinte aux droits, à la liberté et à la sécurité des citoyens", a poursuivi le communiqué du Conseil des ministres.

L'abonnement au téléphone mobile est conditionné dorénavant à la présentation d'une pièce d'identité en cours de validité notamment le passeport, le permis de conduire, la carte de séjour ou la carte consulaire pour les étrangers.

Les abonnés actuels bénéficient d'une période transitoire de six mois qui leur permettra de se conformer à la nouvelle réglementation.