Afrique australe
22 juin 2020

Covid-19 : La banque des BRICS au secours de l’économie sud-africaine

Banque des BRICS | Pour atténuer l’impact économique de la crise liée au nouveau coronavirus en Afrique du sud, le […]

16 novembre 2019 Non classé

L’appel fort du président chinois à l’endroit des milieux d’affaires à participer à la coopération économique des BRICS

Brasilia (© 2019 Afriquinfos)-Les milieux d’affaires, à travers la voix du président chinois Xi Jinping ont été appelés mercredi à […]

Lire la suite »
30 juillet 2014 Reste du Monde

Avec la montée en puissance des BRICS, le FMI envisage le changement

WASHINGTON (Xinhua) – Le 15 juillet, le groupe des BRICS – Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud – a convenu de mettre en place une banque de développement et un accord sur un fonds de réserve de devises, inaugurant ainsi une alternative aux institutions dominées par l’Occident dans la finance mondiale attendue depuis bien longtemps.

Lire la suite »
17 juillet 2014 Reste du Monde

La banque de développement initiée par les BRICS favorise la reprise économique mondiale

BEIJING (Xinhua) – La Banque de développement initiée par les BRICS permettra de stimuler la reprise économique mondiale et la croissance à long terme, a déclaré mercredi le ministère chinois des Finances.

Lire la suite »
Reste du Monde

Le FMI projette de renforcer la coopération financière avec les BRICS

WASHINGTON (Xinhua) – Le Fond monétaire international (FMI) s’est félicité mercredi de l’établissement d’un nouvel accord pour la création d’un fond de réserve de devises par les pays des BRICS et a exprimé sa volonté de travailler avec eux pour garantir la stabilité financière mondiale.

Lire la suite »
16 juillet 2014 Reste du Monde

Le président de Xinhua appelle les médias des BRICS à faire en sorte de peser davantage sur la scène internationale

BEIJING (Xinhua) – Les médias des grands pays en voie de développement devraient s’unir pour jouer un rôle plus grand dans la communication internationale, a déclaré le président de l’Agence de presse Xinhua.

Lire la suite »
Reste du Monde

Les BRICS vont établir une banque de développement et un accord de fonds de réserve

FORTALEZA (Brésil) (Xinhua) – Le bloc des pays émergents BRICS a annoncé mardi un plan pour établir une Banque de développement et un accord de fonds de réserve.

Lire la suite »
Reste du Monde

Les BRICS aspirent à un partenariat plus étroit

FORTALEZA (Brésil) (Xinhua) – Le bloc des marchés émergents des BRICS s’est engagé mardi à s’efforcer d’augmenter la coopération globale et de forger un partenariat économique plus étroit.

Lire la suite »
Reste du Monde

Les BRICS expriment leur déception face à l’échec de mise en oeuvre des réformes du FMI

FORTALEZA (Brésil) (Xinhua) – Les principales économies émergentes du monde ont exprimé mardi leur déception envers l’échec de mise en oeuvre des réformes de 2010 du Fonds monétaire international (FMI).

Lire la suite »
Reste du Monde

Les BRICS forgent un partenariat économique plus fort

FORTALEZA (Brésil) (Xinhua) – Le bloc des cinq pays émergents des BRICS a annoncé mardi un plan visant à établir une banque de développement et un Accord de fonds de réserve, dans l’objectif de forger un partenariat économique plus étroit et plus fort.

Lire la suite »
Reste du Monde

Le président chinois propose un partenariat plus étroit et plus solide entre pays des BRICS

FORTALEZA (Brésil) (Xinhua) – Le président chinois Xi Jinping a proposé un partenariat plus étroit et plus solide entre les pays des BRICS dans un discours prononcé mardi lors du 6e sommet des BRICS sous le thème « Croissance inclusive : solutions durables ».

Lire la suite »

BRICS est l’acronyme inventé pour une association de cinq grandes économies nationales émergentes: le Brésil, la Russie, l’Inde, la Chine et l’Afrique du Sud. À l’origine, les quatre premiers étaient regroupés sous le nom de « BRIC » (ou « les BRIC »), avant l’intronisation de l’Afrique du Sud en 2010. Les membres du BRICS sont connus pour leur influence significative sur les affaires régionales ; tous sont membres du G20. Depuis 2009, les pays BRICS se réunissent chaque année lors de sommets officiels. La Chine a accueilli le 9e sommet des BRICS à Xiamen en septembre 2017, tandis que le Brésil a accueilli le 11e sommet des BRICS le plus récent du 13 au 14 novembre 2019.

En 2015, les cinq pays BRICS représentaient plus de 3,1 milliards de personnes, soit environ 41% de la population mondiale ; quatre membres sur cinq (à l’exclusion de l’Afrique du Sud au 24e rang) figuraient dans le top 10 mondial en termes de population. En 2018, ces cinq pays avaient un PIB nominal combiné de 18,6 billions de dollars US, environ 23,2% du produit mondial brut, un PIB combiné (PPA) d’environ 40,55 billions de dollars US (32% du PIB PPA mondial) et une estimation des États-Unis. 4,46 billions de dollars de réserves de change combinées. Les BRICS ont reçu les éloges et les critiques de nombreux commentateurs. Les relations bilatérales entre les pays BRICS sont menées principalement sur la base de la non-ingérence, de l’égalité et des avantages mutuels.

BRICS : L’histoire

Le terme «BRIC» aurait été inventé en 2001 par le président de Goldman Sachs Asset Management, Jim O’Neill, dans sa publication Building Better Global Economic BRICs. Mais, il a été inventé par Roopa Purushothaman qui était assistant de recherche dans le rapport original. Les ministres des affaires étrangères des quatre premiers États généraux du BRIC (Brésil, Russie, Inde et Chine) se sont réunis à New York en septembre 2006 en marge du débat général de l’Assemblée des Nations Unies, à l’occasion d’une série de réunions de haut niveau. Une réunion diplomatique à grande échelle s’est tenue à Ekaterinbourg (Russie) le 16 juin 2009. 

Premier sommet du BRIC

Le premier sommet officiel du groupement BRIC, également tenu à Ekaterinbourg, a débuté le 16 juin 2009 avec Luiz Inácio Lula da Silva, Dmitry Medvedev, Manmohan Singh et Hu Jintao, dirigeants respectifs du Brésil, de la Russie, de l’Inde et de la Chine, tous présents. Le sommet s’est concentré sur les moyens d’améliorer la situation économique mondiale et de réformer les institutions financières, et a discuté de la manière dont les quatre pays pourraient mieux coopérer à l’avenir. Il y a eu un autre débat sur les moyens par lesquels les pays en développement, tels que les 3/4 des membres du BRIC, pourraient s’impliquer davantage dans les affaires mondiales.

Au lendemain du sommet d’Ekaterinbourg, les pays BRIC ont annoncé la nécessité d’une nouvelle monnaie de réserve mondiale, qui devrait être « diversifiée, stable et prévisible ». Bien que la déclaration publiée n’ait pas critiqué directement la « dominance » perçue du dollar américain – quelque chose que la Russie avait critiqué dans le passé – elle a déclenché une baisse de la valeur du dollar par rapport aux autres grandes devises. 

Entrée de l’Afrique du Sud

En 2010, l’Afrique du Sud a commencé ses efforts pour rejoindre le groupement BRIC, et le processus de son admission officielle a commencé en août de la même année. L’Afrique du Sud est officiellement devenue un pays membre le 24 décembre 2010, après avoir été officiellement invitée par la Chine à rejoindre, puis acceptée par d’autres pays du BRIC. Le groupe a été renommé BRICS – avec le « S » pour l’Afrique du Sud – pour refléter l’élargissement de l’effectif du groupe. En avril 2011, le président de l’Afrique du Sud, Jacob Zuma, a assisté au sommet des BRICS de 2011 à Sanya, en Chine, en tant que membre à part entière.

Développements

Le Forum BRICS, une organisation internationale indépendante encourageant la coopération commerciale, politique et culturelle entre les nations BRICS, a été créé en 2011. En juin 2012, les pays BRICS ont promis 75 milliards de dollars pour accroître le pouvoir de prêt du Fonds monétaire international (FMI). Cependant, ce prêt était subordonné aux réformes de vote du FMI. Fin mars 2013, lors du cinquième sommet des BRICS à Durban, en Afrique du Sud, les pays membres ont convenu de créer une institution financière mondiale qu’ils entendaient rivaliser avec le FMI et la Banque mondiale, dominés par l’Occident. Après le sommet, les BRICS ont déclaré qu’ils prévoyaient de finaliser les arrangements pour cette nouvelle banque de développement d’ici 2014. Cependant, les différends relatifs au partage des charges et à l’emplacement ont ralenti les accords.

Lors de la réunion des dirigeants des BRICS à Saint-Pétersbourg en septembre 2013, la Chine a engagé 41 milliards de dollars pour le pool; Le Brésil, l’Inde et la Russie 18 milliards de dollars chacun ; et l’Afrique du Sud 5 milliards de dollars. La Chine, détentrice des plus grandes réserves de change du monde et qui doit apporter l’essentiel du pool de devises, souhaite un plus grand rôle de gestion, a déclaré un responsable des BRICS. La Chine veut également être l’emplacement de la réserve. « Le Brésil et l’Inde veulent que le capital initial soit partagé également. Nous savons que la Chine en veut plus », a déclaré un responsable brésilien. « Cependant, nous négocions toujours, il n’y a pas encore de tensions. » Le 11 octobre 2013, le ministre russe des Finances Anton Siluanov a déclaré qu’une décision sur la création d’un fonds de 100 milliards de dollars destiné à stabiliser les marchés des devises serait prise début 2014. Le ministre brésilien des Finances, Guido Mantega, a déclaré que le fonds serait créé d’ici mars 2014. Cependant, en avril 2014, le pool de réserve de change et la banque de développement n’avaient pas encore été créés, et la date a été reportée à 2015. L’un des moteurs de la banque de développement des BRICS est que les institutions existantes profitent principalement aux entreprises extra-BRICS, et l’importance politique est notable car elle permet aux États membres des BRICS « de promouvoir leurs intérêts à l’étranger … et peut mettre en évidence le renforcement des positions des pays dont l’opinion est souvent ignoré par leurs collègues américains et européens développés. « 

En mars 2014, lors d’une réunion en marge du sommet sur la sécurité nucléaire de La Haye, les ministres des affaires étrangères des BRICS ont publié un communiqué qui  « notait avec inquiétude la récente déclaration des médias sur le prochain sommet du G20 qui se tiendra à Brisbane en novembre 2014. La garde du G20 appartient également à tous les États membres et aucun État membre ne peut déterminer unilatéralement sa nature et son caractère.  » À la lumière des tensions entourant la crise de Crimée de 2014, les ministres ont fait remarquer que «l’escalade des propos hostiles, des sanctions et contre-sanctions et de la force ne contribue pas à une solution durable et pacifique, selon le droit international, y compris les principes et objectifs de la Charte des Nations Unies.  » C’était en réponse à la déclaration de la ministre australienne des Affaires étrangères Julie Bishop, qui avait déclaré plus tôt que le président russe Vladimir Poutine pourrait être empêché d’assister au sommet du G20 à Brisbane.

En juillet 2014, le gouverneur de la Banque centrale russe, Elvira Nabiullina, a affirmé que les «BRICS partenaires la mise en place d’un système de swaps multilatéraux qui permettra de transférer des ressources vers l’un ou l’autre pays, si nécessaire» dans un article qui concluait que « Si la tendance actuelle se poursuit, le dollar sera bientôt abandonné par la plupart des économies mondiales importantes et il sera exclu du financement du commerce mondial. » 

Au cours du week-end du 13 juillet 2014, lors du dernier match de la Coupe du Monde de la FIFA, et avant le sommet des BRICS à Fortaleza, Poutine a rencontré sa collègue Dilma Rousseff pour discuter de la banque de développement des BRICS et signer d’autres accords bilatéraux à l’antenne défense, gaz et éducation. Rouseff a déclaré que les pays BRICS « sont parmi les plus grands du monde et ne peuvent se contenter au milieu du 21e siècle d’aucune sorte de dépendance. »  Le sommet de Fortaleza a été suivi d’une réunion des BRICS avec l’Union of South American Le président des Nations Unies à Brasilia, où la banque de développement et le fonds monétaire ont été introduits. La banque de développement disposera d’un capital de 50 milliards de dollars EU, chaque pays apportant 10 milliards de dollars EU, tandis que le fonds monétaire disposera de 100 milliards de dollars EU.

Le 15 juillet, premier jour du 6e sommet des BRICS à Fortaleza, au Brésil, le groupe des économies émergentes a signé le document attendu depuis longtemps pour créer la nouvelle banque de développement de 100 milliards de dollars américains (anciennement connue sous le nom de « BRICS Development Bank ») et une un pool de devises de réserve d’une valeur de plus de 100 milliards de dollars. Des documents sur la coopération entre les agences de crédit à l’exportation des BRICS et un accord de coopération sur l’innovation étaient également encrés.

Fin octobre 2014, le Brésil a ramené ses avoirs du gouvernement américain à 261,7 milliards de dollars ; Inde, 77,5 milliards de dollars ; Chine, 1,25 billion de dollars US ; Afrique du Sud, 10,3 milliards de dollars.

En mars 2015, Morgan Stanley a déclaré que l’Inde et l’Indonésie s’étaient échappées des «cinq fragiles» (les cinq principaux marchés émergents avec les devises les plus fragiles) en instituant des réformes économiques. Auparavant, en août 2013, Morgan Stanley avait classé l’Inde et l’Indonésie, ainsi que le Brésil, la Turquie et l’Afrique du Sud, comme les «cinq fragiles» en raison de leurs devises vulnérables. Mais depuis lors, l’Inde et l’Indonésie ont réformé leurs économies, réalisant respectivement 85% et 65% des ajustements nécessaires, tandis que le Brésil n’a atteint que 15%, la Turquie 10% et l’Afrique du Sud encore moins.

Après le sommet de 2015, les ministres des communications respectifs, dans le cadre d’une proposition russe, ont organisé un premier sommet pour leurs ministères à Moscou en octobre, où le ministre hôte, Nikolai Nikiforov, a proposé une initiative visant à resserrer davantage leurs secteurs des technologies de l’information et à contester le monopole de la Les États-Unis dans le secteur.

Depuis 2012, le groupe de pays BRICS prévoit un système de câbles de communication sous-marins à fibres optiques pour acheminer les télécommunications entre les pays BRICS, connu sous le nom de câble BRICS. Une partie de la motivation du projet était l’espionnage de la National Security Agency sur toutes les télécommunications qui traversaient les États-Unis.

En août 2019, les ministres des communications des pays BRICS ont signé une lettre d’intention de coopérer dans le secteur des technologies de l’information et de la communication. Cet accord a été signé lors de la cinquième édition de la réunion des ministres de la communication des pays membres du groupe. L’accord a été signé lors de la cinquième réunion du ministre des communications des BRICS à Brasilia.

Architecture financière

Actuellement, deux composantes composent l’architecture financière des BRICS, à savoir la New Development Bank (NDB) ou parfois dénommée BRICS Development Bank et le Contingent Reserve Arrangement (CRA). Ces deux composantes ont été signées dans le traité en 2014 et sont devenues actives en 2015.

Nouvelle banque de développement

La New Development Bank (NDB), anciennement dénommée BRICS Development Bank, est une banque multilatérale de développement gérée par les États BRICS. Le principal objectif de la banque en matière de prêts sera les projets d’infrastructure avec des prêts autorisés pouvant atteindre 34 milliards de dollars par an. L’Afrique du Sud sera le siège africain de la Banque, dénommé « Nouveau centre régional pour l’Afrique de la Banque de développement ». La banque disposera d’un capital de départ de 50 milliards de dollars, avec un capital porté à 100 milliards de dollars au fil du temps. Le Brésil, la Russie, l’Inde, la Chine et l’Afrique du Sud contribueront initialement 10 milliards de dollars chacun pour porter le total à 50 milliards de dollars.

BRICS CRA

L’Accord de Réserve pour Contingents (CRA) BRICS est un cadre pour fournir une protection contre les pressions mondiales de liquidité. Cela comprend les problèmes de devises où les monnaies nationales des membres sont affectées par les pressions financières mondiales. On constate que les économies émergentes qui ont connu une libéralisation économique rapide ont connu une volatilité économique accrue, créant un environnement macroéconomique incertain. L’ARC est généralement considérée comme un concurrent du Fonds monétaire international (FMI) et, avec la nouvelle Banque de développement, est considérée comme un exemple de renforcement de la coopération Sud-Sud. Il a été créé en 2015 par les pays BRICS. La base juridique est constituée par le Traité pour l’établissement d’un arrangement de réserve contingente BRICS, signé à Fortaleza, Brésil le 15 juillet 2014. Avec ses réunions inaugurales du Conseil de direction et du Comité permanent de l’ARC BRICS, le 4 septembre 2015, à Ankara, Turquie, il est entré en vigueur dès sa ratification par tous les États BRICS, annoncé lors du 7e sommet des BRICS en juillet 2015.

Système de paiement BRICS

Lors du sommet BRICS de 2015 en Russie, les ministres des pays BRICS ont entamé des consultations pour un système de paiement qui serait une alternative au système SWIFT. Le vice-ministre russe des Affaires étrangères, Sergey Ryabkov, a déclaré dans une interview : « Les ministres des finances et les dirigeants des banques centrales des BRICS négocient … la mise en place de systèmes de paiement et le passage à des règlements en monnaie nationale. SWIFT ou non, en tout cas nous sommes parler de … un système de paiement multilatéral transnational qui offrirait une plus grande indépendance, créerait une garantie certaine pour les BRICS. « 

La Banque centrale de Russie (CBR) a également entamé des consultations avec les pays BRICS pour un système de paiement qui serait une alternative au système SWIFT. Les principaux avantages mis en évidence étaient la sauvegarde et la redondance en cas de perturbation du système SWIFT. La vice-gouverneure de la Banque centrale de Russie, Olga Skorobogatova, a déclaré dans une interview : « Le seul sujet qui pourrait nous intéresser tous au sein des BRICS est d’examiner et de discuter de la possibilité de mettre en place un système qui s’appliquerait à les pays BRICS, utilisés comme sauvegarde. « 

La Chine a également lancé le développement de son propre système de paiement appelé CIPS, qui serait une alternative au système SWIFT. Le système de paiement interbancaire transfrontalier (CIPS) est un système de paiement alternatif prévu à SWIFT qui fournirait un réseau permettant aux institutions financières du monde entier d’envoyer et de recevoir des informations sur les transactions financières dans un environnement sécurisé, normalisé et fiable. 

Accueil

En 2012, Hu Jintao, alors président de la Chine et leader de Paramount, a décrit les pays BRICS comme des défenseurs et des promoteurs des pays en développement et une force pour la paix mondiale. Les analystes occidentaux ont mis en évidence des divisions et des faiblesses potentielles dans le groupe, y compris d’importantes instabilités économiques, désaccords entre les membres sur la réforme du Conseil de sécurité de l’ONU, et les différends entre l’Inde et la Chine sur les questions territoriales. 

En juin 2015, Jim Rogers a déclaré qu’il ne voyait aucune alternative actuelle au dollar américain et que « le monde a besoin de quelque chose pour rivaliser avec les institutions dominées par les États-Unis, certaines d’entre elles – la Banque mondiale et le FMI. Donc, si les BRICS offrir de nouvelles structures capables de concurrencer ces institutions… de longue date, ce sera très bien. « 

Le 9 avril 2013, Isobel Coleman, du Council on Foreign Relations, directeur du programme CFR pour la société civile, les marchés et la démocratie, a déclaré que les membres des BRICS partagent un manque de consensus. Ils soutiennent des systèmes politiques radicalement différents, de la démocratie active au Brésil à l’oligarchie enracinée en Russie, et leurs économies sont peu intégrées et sont de tailles différentes par ordre de grandeur. Elle déclare également que la grande différence de PIB influence les réserves, car la Chine absorbe plus de 41% de la contribution, ce qui conduit à son tour à une plus grande influence politique au sein de l’association.

Vijay Prashad, auteur et titulaire de la chaire Edward Said de l’Université américaine de Beyrouth a mis en lumière les limites des BRICS en tant que  « locomotive politique et économique du Sud  », car les États concernés, selon Prashad, suivent des politiques néolibérales. Ils n’ont établi ni nouvelles institutions de contrepoids, ni trouvé une idéologie alternative. En outre, le projet BRICS, soutient Prashad, n’a aucune capacité de contester la primauté des États-Unis et de l’OTAN. 

Présidence BRICS Pro Tempore

À chaque sommet, le groupe élit l’un des chefs d’État des pays qui le composent pour présider Pro Tempore des BRICS. En 2019, la présidence pro tempore est exercée par le président du Brésil. 

Afriquinfos.com © Copyright 2020, Tous droits réservés