Afrique australe
11 juin 2020

Lesotho : nouveaux rebondissements dans l’affaire Thabane avec les révélations de la police

Affaire Thabane | Les choses ne s’arrangent pas pour Thomas Thabane empêtré dans une affaire d’assassinat de son ancienne épouse […]

Thomas Motsoahae Thabane, né le 28 mai 1939, est un homme politique de Mosotho qui a été Premier ministre du Lesotho de juin 2017 à mai 2020. Il a également occupé le poste de juin 2012 à mars 2015. Il est le chef du parti politique de la Convention du Basotho (ABC). 

Thabane a servi dans le gouvernement du Premier ministre Pakalitha Mosisili de 1998 à 2006 en tant que membre du Congrès au pouvoir du Lesotho pour la démocratie (LCD), mais en 2006, il s’est séparé du LCD et a lancé la Convention All Basotho (ABC). Après plus de cinq ans dans l’opposition, il a constitué une coalition de 12 partis à la suite des élections législatives de 2012 au Lesotho et a été nommé Premier ministre.

Aux élections législatives de 2015 au Lesotho, l’ABC a été démocratiquement écarté du pouvoir par une coalition de sept partis dirigée par Mosisili, bien que l’ABC ait remporté le plus grand nombre de circonscriptions. Deux mois plus tard, Thabane s’est enfui en Afrique du Sud avec deux autres chefs de l’opposition, affirmant que leur vie était en danger. Ils sont retournés au Lesotho le 12 février 2017 pour participer à un vote parlementaire de défiance qui a renversé Mosisili. Thabane a ensuite remporté une pluralité de sièges lors des élections législatives suivantes et est revenu en tant que Premier ministre.

En 2020, Thabane a subi des pressions pour démissionner de son poste de Premier ministre en raison de sa participation présumée au meurtre de son ex-conjoint. Il a annoncé le 18 mai qu’il démissionnerait le lendemain.

Carrière politique

Thabane a été secrétaire principal de la santé sous Leabua Jonathan, le deuxième premier ministre du Lesotho, jusqu’à ce que les militaires renversent Jonathan en 1986. Thabane a ensuite servi avec le régime militaire sous le général Justin Lekhanya jusqu’en 1991. Il a été ministre des Affaires étrangères de 1990 à 1991. 

Thabane est devenu conseiller du Premier ministre Ntsu Mokhehle au début de 1995. Il a par la suite été à nouveau ministre des Affaires étrangères dans le gouvernement LCD de Mosisili de juin 1998 à juin 2002, date à laquelle il a été nommé ministre des Affaires intérieures et de la Sécurité publique. En novembre 2004, il a été nommé ministre des Communications, des Sciences et de la Technologie.

En opposition

Thabane a démissionné du gouvernement le 9 octobre 2006 et a formé un nouveau parti, la Convention All Basotho (ABC). Il a affirmé que son objectif était d’unir tous les Basotho, pas seulement ceux du parti du Congrès ou du Parti national. Certains pensaient que l’ABC pourrait conduire le Lesotho au développement économique. 

18 députés ont traversé la salle pour rejoindre l’ABC dans l’opposition le 13 octobre 2006. 17 d’entre eux (dont Thabane) étaient membres du LCD, et un était indépendant. Le parti de Thabane est ainsi devenu le troisième parti du Parlement. Le parti au pouvoir s’est retrouvé avec 61 des 120 sièges parlementaires ; avec une majorité si précaire, Mosisili a demandé la dissolution du Parlement et des élections anticipées ont été déclenchées pour février 2007. Aux élections, l’ABC a remporté 17 des 80 sièges de circonscription, tandis que le LCD en a remporté 61. Thabane a déclaré que le vote était libre mais pas équitable. 

Un différend prolongé a suivi les élections de 2007 concernant l’attribution des sièges sur la base de la représentation proportionnelle. Cinq partis d’opposition ont demandé au Président du Parlement de désigner Thabane comme chef de l’opposition en mars 2007, mais le Président l’a rejeté au motif que l’accord conclu par les partis d’opposition n’était pas légitime. Le chef du Parti national indépendant Dominic Motikoe a plutôt été désigné chef de l’opposition, malgré la direction d’un parti allié au LCD.

Le 14 juin 2007, une tentative d’assassinat contre Thabane aurait eu lieu, des hommes armés ayant tiré à l’extérieur de son domicile. Plusieurs autres incidents de violence politique se sont produits à peu près à la même époque et un couvre-feu d’une durée indéterminée a été imposé. Il a été levé plus tard dans le mois. Thabane a critiqué le couvre-feu et a accusé la police de son application excessivement sévère. 

La réticence du LCD à engager des pourparlers sur la situation politique a incité Thabane, le 18 octobre 2007, à menacer les manifestations de rue de faire pression sur le gouvernement pour qu’il organise de nouvelles élections « s’il continuait à ne pas coopérer ». 

Après une agression du 22 avril 2009 contre la résidence de Mosisili, qui aurait été une tentative infructueuse de le tuer, la police a déclaré que l’officier à la retraite Makotoko Lerotholi, un garde du corps de Thabane, était soupçonné d’être impliqué dans l’attaque. Thabane a condamné le gouvernement pour avoir blâmé l’opposition, la qualifiant de « trahison ». 

Premier Ministre

Après plus de cinq ans dans l’opposition, Thabane a formé une coalition avec d’autres partis à la suite des élections législatives de 2012 au Lesotho et a été nommé Premier ministre.

Thabane s’est enfui en Afrique du Sud le 30 août 2014, alléguant que l’armée tentait de prendre le pouvoir et voulait le tuer. Il a dit qu’il ne retournerait au Lesotho que s’il sentait que sa vie n’était pas en danger. L’armée a nié ces allégations. Il est retourné au Lesotho le 3 septembre 2014 sous la protection de la police sud-africaine.

Post-premier ministre

Le parti de Thabane n’a pas atteint la majorité lors des élections anticipées de 2015 et n’a pas réussi à former un gouvernement de coalition. Dans une interview à la South African Broadcasting Corporation, Thabane a déclaré que ce serait son dernier mandat au Parlement. Il a cité Nelson Mandela comme exemple d’un dirigeant qui a volontairement quitté ses fonctions. 

À la suite du boycott du Parlement par l’opposition en juin 2015 pour protester contre le prétendu désintérêt du gouvernement à enquêter sur les circonstances entourant la mort du brigadier-général Maaparankoe Mahao, Thabane et deux autres chefs de partis d’opposition sont partis en Afrique du Sud et n’ont assisté à aucune séance parlementaire, invoquant des problèmes de sécurité et l’instabilité dans le pays. Le 12 février 2017, ils sont retournés au Lesotho, déclarant que Mosisili ne détenait plus de majorité parlementaire et promettant de le renverser par un vote de défiance. Thabane a affirmé qu’il risquait sa vie en revenant. 

Premier ministre (2017-2020)

Mosisili a été défait lors d’un vote de défiance, conduisant à de nouvelles élections en juin 2017. L’ABC a remporté le plus de sièges et, avec ses alliés, a pu obtenir une majorité. Thabane a prêté serment en tant que Premier ministre le 16 juin 2017.

En octobre 2017, des rumeurs selon lesquelles Thabane avait été hospitalisé en Afrique du Sud ont été rejetées par un porte-parole en tant que propagande destinée à déstabiliser le Lesotho. 

En 2020, Thabane a subi des pressions pour démissionner en raison d’allégations de meurtre de son ex-femme. Le 11 mai 2020, son gouvernement de coalition s’est effondré après que ses partenaires de coalition ont retiré leur soutien. Le président de l’Assemblée nationale, Sephiri Motanyane, a déclaré que Thabane devrait démissionner avant le 22 mai, car il dirigeait maintenant un gouvernement intérimaire. Thabane a annoncé le 18 mai qu’il démissionnerait effectivement le lendemain. Le ministre des Finances Moeketsi Majoro a été désigné comme son successeur.

Vie privée

La première épouse de Thabane était Matoka Judith Thabane (nom de jeune fille Mamotapanyane Yayi Fobo), avec qui il a eu quatre enfants. Elle a conservé son nom de mariée après leur divorce et est décédée de causes naturelles le 26 août 2017 à l’âge de 79 ans. 

Thabane était ensuite marié à Lipolelo Thabane, qui a demandé le divorce de lui en 2012. Le 14 juin 2017, Lipolelo Thabane a été abattu à Ha-‘Masana, à l’extérieur de Maseru.

Le 27 août 2017, Thabane a épousé Maesiah Thabane lors d’une cérémonie catholique au stade Setsoto à Maseru. Au cours de la première semaine de janvier 2020, le parti au pouvoir, la Convention All Basotho (ABC), lui a demandé de démissionner en raison de sa suspension du commissaire de police Holomo Molibeli, qui l’avait lié au meurtre de Lipolelo. 

Affaire Thabane : Allégations de meurtre

Le 10 janvier 2020, un mandat d’arrêt a été émis contre Maesiah Thabane, qui est recherché dans le cadre du meurtre de Lipolelo Thabane en 2017. Maesaih Thabane s’est cachée et le Premier ministre Thabane a annoncé son intention de démissionner peu de temps après la délivrance de son mandat d’arrêt. 

Le 20 février 2020, la police a annoncé que Thabane serait également inculpé de meurtre dans cette affaire. Le 21 février 2020, Thabane n’a pas comparu devant le tribunal pour l’affaire, son fils disant qu’il s’était rendu en Afrique du Sud pour voir un médecin. La police a averti que s’il ne rentrait pas dans le pays, un mandat d’arrêt serait émis. Son fils et son attaché de presse ont déclaré qu’il « n’avait pas fui le pays » et qu’il reviendrait dans le pays dès que son médecin à Johannesburg le relâcherait. Ils ont également déclaré qu ‘ »il est disposé à comparaître devant un tribunal et à entendre les charges retenues contre lui ». Les accusations de meurtre portées contre lui ont fait de lui le premier Premier ministre du Lesotho à annoncer sa démission.

Le 22 février 2020, Thabane a obtenu un congé de maladie jusqu’au 27 février, date à laquelle il doit comparaître devant le tribunal pour entendre les charges, a déclaré le commissaire adjoint de la police du pays. Les membres de son parti l’ont également exhorté à se retirer plus tôt que fin juillet comme il l’avait prévu. 

Le 24 février 2020, alors qu’il était en congé de maladie, Thabane a comparu devant un tribunal de Maseru pour une audience préliminaire. Les charges retenues contre lui n’ont pas été lues car ses avocats ont demandé que l’affaire soit renvoyée devant la Haute Cour afin de répondre d’une éventuelle immunité.

Afriquinfos.com © Copyright 2020, Tous droits réservés