Revue de la presse ivoirienne du 31 juillet

Afriquinfos Editeur 3 Vues
5 Min de Lecture

FRATERNITE MATIN

La 3ème conférence au sommet du Traité d'amitié et de coopération Côte d'Ivoire-Burkina Faso, démarrée le 25 juillet à Yamoussoukro par les travaux des experts des deux pays, a pris fin mardi. C'est par une conférence de presse à la salle du conseil des ministres de la Fondation Félix Houphouët-Boigny pour la recherche de la paix que les présidents Alassane Ouattara de Côte d'Ivoire et Blaise Compaoré du Faso, ont clos cette 3ème conférence au sommet sanctionnée par la signature des deux présidents, de 18 accords de coopération bilatérale. Le président du Burkina Faso reste convaincu que les réalisations de ces chantiers, ainsi que la mise en œuvre des 18 accords signés contribueront à rapprocher davantage les deux pays, à accélérer le processus d'intégration régionale ouest-africaine et surtout, à accroître le bien-être des populations. Quant à Alassane Ouattara qui s'est réjoui des résultats des travaux qui se sont déroulés "dans une atmosphère de convivialité et de cordialité", il pense que les présentes assises consacrent "le renforcement et l'approfondissement" de la coopération entre les deux pays à travers la conclusion de ces accords sectoriels.

LE PATRIOTE

Le forum Investir en Côte d'Ivoire (ICI) revient après 10 ans de léthargie. Annoncé du 29 au 1er février 2014 à Abidjan, ce forum viendra promouvoir l'investissement privé en Côte d'Ivoire. C'est ce qui ressort de la conférence de presse animée par Essis Esmel Emmanuel, directeur général du Centre de promotion de l'investissement en Côte d'Ivoire (Cepici), par ailleurs commissaire général du salon. En effet, dans l'optique d'atteindre le Programme national de développement (PND) (2012-2015), le gouvernement ivoirien entend mobiliser 11 000 milliards de francs CFA. Toute chose qui nécessite la contribution du secteur privé à hauteur de 6 000 milliards FCFA, soit 54% du PND. Essis Emmanuel a fait savoir que "ICI" 2014 sera une plate-forme de rencontre d'échanges mais surtout d'investissements pour les petites et moyennes entreprises (PME), et entrepreneurs ivoiriens qui ambitionnent de développer leurs projets en Côte d'Ivoire. Ce sera le lieu de communiquer la vision et les objectifs d'une Côte d'Ivoire émergente. Une occasion également pour la promotion et la réalisation des intentions de plusieurs projets importants. Ce, dans le but de positionner la Côte d'Ivoire comme la destination d'affaires de premier choix en Afrique subsaharienne. Le thème choisit pour cette quatrième édition est "le secteur privé comme levier d'une intégration sous régionale réussie".

L'INTELLIGENT D'ABIDJAN

Parties du constat que la vie est de plus en plus chère en Côte d'Ivoire, des organisations de la société civile réunies au sein d'une coalition dite des "indignés de Côte d'Ivoire", ont organisé une série de sit-in dans les marchés de Yopougon à Abidjan mardi. Selon ces organisateurs, la situation de pauvreté qui règne en Côte d'Ivoire n'est que le résultant d'un manque de volonté politique. Pour Samba David, président de ladite coalition, "le gouvernement a coupé toute une série de subventions au mois de janvier sur le gaz et le carburant, le transport de marchandises vers les villes souffre en plus du racket avec de nombreux barrages routiers, en même temps, le prix des denrées importées augmente en raison d'activités de spéculation de la part de cartels d'importateurs, de la cherté de la manutention au port d'Abidjan, et de la corruption des services douaniers". Toujours selon lui, la croissance économique mise en exergue par les indicateurs économique n'a aucun impact sur la qualité de vie des populations. C'est pourquoi, il a invité les populations, sans distinction de nationalité, à se joindre à eux pour crier leur ras de bol de la situation de pauvreté accentuée par la cherté de la vie.