La Méditerranée a avalé plus de 1.500 âmes en 2011

Afriquinfos Editeur
3 Min de Lecture

Agenda

mai 2024
L M M J V S D
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

Selon des chiffres de l’UNHCR (Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés), « plus de 1.500 personnes se sont noyées ou ont été portées disparues en 2011 alors qu'elles tentaient de traverser la Méditerranée pour atteindre l'Europe ». L’institution spécialisée des Nations unies a communiqué ces statistiques macabres le 31 janvier 2012. Cette estimation des morts ou portés disparus en Méditerranée fait de « 2011 l'année la plus meurtrière depuis que l'UNHCR a commencé à enregistrer ces types de statistiques en 2006».

La pire statistique macabre en la matière remonte à « 2007, lorsque 630 personnes sont mortes ou ont disparu dans la mer Méditerranée », compare l’UNHCR. En effet, l’année écoulée, le flux d’immigrés en provenance d’Afrique vers le « Vieux continent » a connu un pic inobservé depuis trois ans : 58.000 personnes ont débarqué sur les côtes européennes en 2011 contre 54.000 en 2008 qui ont “accosté” au large de la Grèce, de l’Italie ou encore de Malte. Entre 2009 et 2010, le contrôle aux portes d’entrée maritimes de l’Europe s’était renforcé. La plus grande vague de ressortissants d’Afrique qui est passée de l’autre côté de la Méditerranée en 2011 a été recensée durant la première moitié de l’année. Tunisiens, Somaliens et demandeurs d’asile non étiquetés sont les composantes essentielles de cette vague. L’Italie a été en 2011 la principale destination des candidats à l’immigration illégale par voie maritime, avec 56.000 voyageurs recensés sur son sol.

Les antennes du HCR en Grèce, en Italie, en Libye et à Malte ont en outre précisé que « le nombre réel de décès enregistré en 2011 en Méditerranée peut être encore plus grand. Ces estimations sont fondées sur des entretiens réalisés avec des immigrés rescapés des traversées dangereuses, sur des témoignages téléphoniques de parents des voyageurs clandestins ainsi que sur des rapports de la Libye et de la Tunisie portant sur les survivants dont les navires ont coulé ou ont été en danger durant les premières étapes du périlleux périple intercontinental ».

- Advertisement -

Pour cette année 2012, le HCR lance déjà un cri d’alarme : « En dépit de la haute mer et des intempéries, trois bateaux ont essayé ces dernières semaines de rejoindre l’Europe, en quittant la Libye. L'un d'eux a disparu. Ce navire, transportant au moins 55 personnes, a sonné l'alarme le 14 janvier, en signalant une panne de moteur. Des garde-côtes libyens ont indiqué que 15 corps avaient échoué sur les plages de leur pays, tous identifiés comme étant des Somaliens. Parmi eux se trouvaient douze femmes, deux hommes et un bébé ».

Afriquinfos