RDC : le député du parti d’opposition, Samy Badibanga, nommé premier ministre

Afriquinfos 17 Vues
3 Min de Lecture

Kinshasa (© 2016 Afriquinfos)- Le député opposant Samy Badibanga a été nommé premier ministre par  le président congolais Joseph  jeudi.

« Est nommé Premier ministre, Badibanga Ntita Samy », président du premier groupe parlementaire de l’opposition à l’Assemblée nationale, indique une ordonnance présidentielle lue à la télévision publique.

Une nomination qui intervient dans le cadre d’un accord politique signé en octobre entre la majorité et une frange minoritaire de l’opposition en République démocratique du Congo.

On ne le citait pas beaucoup parmi les premiers ministrables, pourtant c’est bien sur Samy Badibanga que Joseph Kabila a jeté son dévolu pour diriger le gouvernement national.

A 54 ans, né à Kinshasa de parents originaires de la province du Kasaï, le nouveau Premier ministre est diplômé entre autres de l’Institut supérieur des sciences humaines de Genève et de l’Ecole du haut conseil du diamant d’Anvers.

C’est en 2009 qu’il apparaît sous les projecteurs de la politique comme conseiller spécial de l’opposant Etienne Tshisekedi. En 2011, il est élu député national, mais le leader de l’UDPS n’a pas reconnu la validité des élections.

Faisant fi des instructions d’Etienne Tshisekedi, Samy Badibanga, avec d’autres membres de son parti, siège à l’Assemblée nationale et prend la tête du groupe parlementaire UDPS et alliés.

Pour avoir accepté de participer au dernier dialogue national à la cité de l’Union africaine, certains de ses collègues ont tenté de le déstabiliser. Aujourd’hui Premier ministre du gouvernement d’union nationale, Samy Badibanga saura-t-il rassurer les uns et les autres ? La question reste posée.

La RDC traverse une crise politique profonde depuis cette réélection dont les résultats ont été contestés. La crise a été aggravée par le report à une date indéterminée de la présidentielle qui devait avoir lieu avant la fin 2016.

La nomination de M. Badibanga intervient 48 heures après un discours de M. Kabila devant le congrès au cours duquel il avait dit avoir assigné au gouvernement qui sera dirigé par le nouveau Premier ministre la mission principale d’organiser les prochaines élections.

  1. Kabila est au pouvoir depuis 2001, son mandat prend fin le 20 décembre et la constitution lui interdit de se représenter.

Vignikpo Akpéné