Mali : le massacre à Ogossagou sur le point d’être qualifié de crime contre l’humanité (ONU)

Massacre à Ogossagou

Genève (© 2020 Afriquinfos)-Les conclusions d’une enquête publiées mercredi par les Nations Unies révèlent que le massacre perpétré le 14 février dernier dans le village d’Ogossagou, dans la région de Mopti, dans le centre du Mali, pourrait être qualifié de crime contre l’humanité.

L’enquête de la Mission des Nations Unies au Mali (MINUSMA) et du Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme (HCDH) avait pour but de faire la lumière sur les circonstances de l’attaque, d’identifier les auteurs ainsi que les victimes, et de situer la responsabilité des acteurs impliqués.

Au terme de cette mission d’enquête, la MINUSMA déclare être en mesure de conclure que le 14 février 2020 vers 5h du matin, plusieurs dizaines d’individus, dont certains identifiés comme des chasseurs traditionnels, appuyés par des hommes en tenue militaire et des membres présumés de la communauté dogon, ont conduit une attaque vraisemblablement planifiée et ciblant la partie du village d’Ogossagou habitée par les membres de la communauté peule.

Les assaillants, munis de fusils automatiques, de fusils traditionnels de chasse et de machettes, ont exécuté au moins 35 personnes toutes membres de la communauté peule, dont une femme, trois garçons, et deux filles, et blessé au moins trois autres. A ce jour, au moins 19 personnes dont cinq enfants sont toujours portées disparues depuis l’attaque.

Massacre à Ogossagou : un véritable massacre

Au moins 136 habitations ont été détruites par incendie volontaire ou rendues inhabitables, 32 greniers et hangars de stockage de vivres incendiés ou rendus inutilisables, 24 charrettes, trois bâtiments commerciaux détruits, deux enclos à bétail détruits et/ou incendiés et un nombre important de têtes de bétail volées ou tuées.

Ces faits « constituent des atteintes graves aux droits de l’homme, notamment des privations arbitraires du droit à la vie, des atteintes au droit à l’intégrité physique et morale, et des atteintes au droit à la propriété », note le rapport.

« Au regard de la loi malienne, ces actes peuvent constituer des crimes prévus et punis par le code pénal malien. Ces graves atteintes aux droits de l’homme pourraient également être qualifiées de crimes contre l’humanité, si jugées par un tribunal compétent, en vertu du droit international pénal, particulièrement l’article 7 du Statut de Rome », ajoute-t-il.

« Je suis très préoccupé par l’impunité dont jouissent les auteurs de ces actes similaires à ceux ayant déjà occasionné la mort d’au moins 157 personnes dans le même village en mars 2019 au cours d’une attaque planifiée, organisée et coordonnée. Il devient important de mettre un terme au cycle de violence meurtrière alimenté par l’impunité de ses auteurs », a souligné le chef de la MINUSMA, Mahamat Saleh Annadif.

Après avoir reçu l’alerte d’un risque imminent d’attaque, la MINUSMA avait immédiatement déployé un détachement de Casques bleus par voie terrestre, dans le but de prendre des mesures proactives pour protéger les civils.

« Bien qu’arrivés aux alentours du village avant l’attaque, les éléments de la Force de la MINUSMA ont été détournés de leur itinéraire vers une autre localité. Ayant rebroussé chemin, les éléments de la Force ne sont arrivés sur les lieux qu’après l’attaque », a regretté M. Annadif.

Ne ratez pas de nouvelles sur le COVID-19.

Coronavirus : la CAF dit suivre de très près la situation et n’exclut pas de faire annuler des matchs ou compétitions.

 

 

« Les Sénégalais de la diaspora sont les oubliés du régime de Macky Sall »

Covid-19 : le rugby africain n’échappe pas à un réajustement de son calendrier

Ces articles devraient vous intéresser :

Ne laissons pas la Libye se déliter (ONU)
Le Conseil des droits de l’Homme de l’ONU débattra le 17 juin du racisme à la demande de l'Afrique
AG de l’ONU : l’exacerbation de la crise libyenne au menu d’un mini-sommet présidé par la France
Crise en Guinée-Bissau: la CEDEAO reçoit le soutien de l'ONU et de l'Union africaine
Nigeria: au moins 38 tués dans une attaque jihadiste
ONU : Zainab Hawa Bangura prend la tête du bureau de Nairobi
Sahara occidental: Le chef de l'ONU espère le maintien d'une "dynamique" politique
Le Conseil de sécurité de l'ONU réclame la libération de Soumaïla Cissé
L’ONU appelle à la cessation des hostilités en Libye, un an après le début de l’offensive militaire ...
Libye: Paris regrette la démission de l'émissaire de l'ONU Ghassam Salamé
Frappes aériennes meurtrières en Libye de juillet 2019 : L'ONU appelle à une enquête indépendante
ONU en 2019/Muhammad-Bande, 2è Nigérian et 13è Africain à présider à présider l’AG
AG de l’ONU 2019 : Les peuples veulent des solutions, des engagements et des actes (A. Guterres)
Covid-19 : Il faut s'attendre à vivre avec le virus pour un moment dans le monde (ONU)
L’ONU plaide pour la révision de la nouvelle loi d’entente nationale au Mali
L'ONU débloque un fonds d'urgence de 15 millions de dollars pour la lutte contre le coronavirus
Massacre au Cameroun: l'ONU veut une enquête "indépendante, impartiale"
Loi sur les libertés publiques au Togo : le politologue Mohammed Madi Djabakate salue la position de...
1.000 personnes ont réussi à vaincre le virus Ebola en RDC (ONU)
Coronavirus: une employée de l'ONU parmi les 4 cas au Sénégal, une première mondiale
Face à l’épidémie du Coronavirus, le chef de l’ONU appelle à ne pas céder à la panique
Libye: Haftar s'est dit être ouvert au dialogue avant une réunion à l'ONU
L'ONU aux dirigeants africains: ‘Luttez contre le terrorisme et les changements climatiques'
Le Prix de la policière de l’ONU décernée à la Sénégalaise Seynabou Diouf

Lire aussi

[custom-related-posts]
Afriquinfos.com © Copyright 2020, Tous droits réservés