L’ONU plaide pour la révision de la nouvelle loi d’entente nationale au Mali

Genève (© 2019 Afriquinfos)- Lors d’une réunion ce mardi Alioune Tine L’expert indépendant des Nations Unies sur la situation des droits de l’homme au Mali, a invité les autorités maliennes à réviser la nouvelle loi d’entente nationale. Aussi, s’est-t-il dit extrêmement préoccupé par la détérioration continue de la sécurité et de la situation humanitaire dans le nord et le centre du pays.

Selon Alioune Tine, la loi, dans son état actuel, non seulement pourrait faciliter l’impunité pour un grand nombre de responsables de violations graves des droits de l’homme, mais pourrait également contribuer à contourner le processus de justice transitionnelle.

Dans ces conditions, il estime que la révision de la loi devrait être faite de manière à ne pas empêcher les victimes de violations graves d’exercer leur droit à un recours effectif devant un tribunal ou tout autre mécanisme de justice transitionnelle pour « une justice juste et équitable, d’obtenir réparation et de connaître la vérité sur les violations commises dans le passé ».

Tine s’était félicité de la décision du gouvernement de soumettre le projet de loi à une consultation large et inclusive, à la fin de sa dernière mission au Mali en février 2019.

 « Cette étape était impérative avant que l’Assemblée nationale ne se penche sur la mesure afin de pouvoir prendre en compte les préoccupations exprimées par les organisations maliennes de défense des droits de l’homme », a-t-il déclaré.

D’après l’émissaire des Nations Unies le droit d’entente nationale tel que promulguée dans le journal officiel du 24 juillet pourrait « favoriser des situations permettant l’impunité pour de nombreuses violations graves des droits de l’homme et qu’il devrait donc être modifié ».

V.A.     

Ces articles devraient vous intéresser :

L’ONU suspend sa collaboration avec Caritas Centrafrique après une accusation d’ Abus sexuel
Barrage du Nil : à l'ONU, soutiens à l'UA pour régler la crise
Le Prix de la policière de l’ONU décernée à la Sénégalaise Seynabou Diouf
Le désarroi des salariés congolais de l'ONU face à la baisse des effectifs
ONU : à New York, les Chefs d’Etat africains plaident pour des actions concrètes face à l’urgence cl...
Ne laissons pas la Libye se déliter (ONU)
Le Conseil des droits de l’Homme de l’ONU débattra le 17 juin du racisme à la demande de l'Afrique
Covid-19 : le chef de l’ONU appelle à affronter ensemble un ennemi commun
Report de la COP26 : l’ONU rappelle que la science sur le climat n’a pas changé, il faut continuer l...
Burkina Faso : l’ONU condamne une attaque sanglante contre une église dans le village de Pansi
Libye: l'émissaire de l'ONU dénonce des violations continues des accords de Berlin
AG de l’ONU : l’exacerbation de la crise libyenne au menu d’un mini-sommet présidé par la France
Impact du Covid-19 : l’ONU demande 2.500 milliards de dollars pour les pays en développement
Libye: Paris regrette la démission de l'émissaire de l'ONU Ghassam Salamé
Cameroun/L'ONU se félicite de la détente en cours, Macron parlera du sujet avec Biya
Lancement d'un Centre onusien pour booster la riposte au Covid-19 en Afrique
Covid-19 : Il faut s'attendre à vivre avec le virus pour un moment dans le monde (ONU)
Gouvernance de l’ONU : ces 4 Africaines nommées à la tête d’institutions-clés de l’organisation
Le régime de sanctions contre le Mali vient d’être renouvelé pour un an par le Conseil de sécurité d...
Un "terrible prix à payer" si la communauté internationale échoue au Soudan, selon l'ONU
AG de l’ONU 2019 : Les peuples veulent des solutions, des engagements et des actes (A. Guterres)
RDC: A Beni, Guterres a promis la poursuite du soutien de l'ONU contre les groupes armés
Coronavirus: une employée de l'ONU parmi les 4 cas au Sénégal, une première mondiale
Ghassan Salamé, l'envoyé spécial de l'ONU pour la Libye vient de démissionner

Lire aussi

[custom-related-posts]
Afriquinfos.com © Copyright 2020, Tous droits réservés