Forum de Davos : Dans un monde incertain et instable, Guterres plaide pour une mondialisation équitable

Davos (© 2020 Afriquinfos)-Intervenant au Forum économique mondial à Davos, sur « l’état du monde », le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, a tout d’abord mis en garde contre les conséquences du changement climatique.

Suisse, le chef de l’ONU a rappelé jeudi les quatre menaces auxquelles l’humanité est confrontée : la guerre climatique, une mondialisation injuste, les tensions géopolitiques et le côté obscur du numérique.

 « Nous serons détruits par le changement climatique, pas la planète », a dit M. Guterres devant un parterre de responsables gouvernementaux, de dirigeants d’entreprises et de leaders de la société civile rassemblés dans la ville suisse.

Pour le chef de l’ONU, cette menace de destruction de l’humanité est « une indication claire que nous devons absolument changer de cap ».

A Davos, M. Guterres a émis l’espoir de mobiliser les secteurs public et privé pour apporter les « changements transformationnels » qui sont nécessaires pour éviter la catastrophe climatique.

Face aux grands décideurs du monde entier, le chef de l’ONU a dénoncé une mondialisation injuste, soulignant que les gouvernements doivent comprendre qu’ils doivent donner la parole à leurs peuples, leur donner des moyens de participer à la vie publique, respecter l’espace civique et les jeunes et créer les conditions de l’égalité des sexes.

« Nous devons travailler ensemble pour une mondialisation équitable », a-t-il déclaré. « Mais nous accusons un retard ».

Dans un contexte de tensions géopolitiques croissantes, le Secrétaire général de l’ONU a déploré le fait qu’il « existe des relations dysfonctionnelles au Conseil de sécurité », mettant en garde face au risque de « grande fracture dans le monde ».

Alors que l’économie mondiale tourne au rythme de l’innovation et des nouvelles technologies, M. Guterres a alerté sur le « côté obscur du numérique ». « Nous devons nous assurer que l’intelligence artificielle devienne une force pour le bien », a-t-il déclaré.

Alors que les Nations Unies et le multilatéralisme sont remis en cause, le Secrétaire général a appelé à renforcer la coopération internationale. Il a déclaré que l’ONU travaillait en réseau avec de nombreuses autres institutions à travers le monde pour faire fonctionner un multilatéralisme inclusif.

« Les gouvernements contrôlent de moins en moins la vie collective des pays », a-t-il rappelé, soulignant que « nous devons donner la parole à la société civile, aux entreprises et à d’autres groupes ».

Lire aussi

Related Posts

None found

Afriquinfos.com © Copyright 2020, Tous droits réservés