Accueil Non classé Burundi : Le taux de prévalence de la malnutrition aiguë tombe à 5,4%

Burundi : Le taux de prévalence de la malnutrition aiguë tombe à 5,4%

Burundi : Le taux de prévalence de la malnutrition aiguë tombe à 5,4%

M. Kakule, qui intervenait dans un atelier de présentation des résultats préliminaires de l' analyse globale de la sécurité alimentaire, nutritionnelle, et de la vulnérabilité au Burundi pour l' année 2014, a précisé qu' environ 79.500 enfants de moins de 5 ans sont affectés par la malnutrition aiguë, dont près de 12.200 dans sa forme sévère.

Aucune des 17 provinces burundaises n' a atteint le seuil d' urgence de 10% déterminé par l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS), a-t-il fait remarquer.

Cependant, a-t-il nuancé, 10 des 17 provinces sont au-dessus de 5% et sont donc à risque de tomber dans l'urgence.

Ces provinces, a-t-il dit, sont notamment Ngozi (8,5%), Ruyigi (7,9%), Bururi (7,6%), Muramvya (7,5%), Mwaro (6,3%) et Rutana (6%).

On note une augmentation des taux de prévalence de la malnutrition aiguë dans les provinces de Bururi, Muramvya, Ngozi, Muyinga, Mwaro et Karuzi, a indiqué M. Kakule.

Le taux augmente 2,9 à 7,6% à Bururi, Muramvya de 4,2 à 7,5%, et Ngozi de 6 à 8,5%.

En ce qui concerne la malnutrition chronique, M. Kakule a indiqué qu' elle est passée de 58% en 2010 à 49% en 2014 ; car, a-t-il expliqué, environ 816.000 personnes sont affectées par la malnutrition chronique dont près de 332.000 dans sa forme sévère.

Les régions les plus affectées par la malnutrition chronique, a-t-il signalé, sont Muyinga (59%), Kayanza (57%), Cankuzo (56%), Ngozi (54%), Rutana (54%), Ruyigi (54%) et Karuzi (54%).

Au sujet de la sécurité alimentaire et de la vulnérabilité, M. Kakule a indiqué qu' environ 3 millions de personnes, soit 1/3 de la population burundaise, sont en insécurité alimentaire. Près de 7% de ces personnes, a-t-il ajouté, sont en insécurité alimentaire sévère.

Les zones les plus touchées par l' insécurité alimentaire, a-t-il noté, sont les plateaux centraux (Ngozi, Muramvya, Gitega, Mwaro et Karuzi) où la proportion des ménages en insécurité alimentaire dépassent les 35%.

La ministre burundaise de l' Agriculture et de l' Elevage, Mme Odette Kayitesi, a déclaré que cette étude avec des données actualisées, revêt une grande importance pour le Burundi dans la mesure où elle permet d' établir une cartographie de vulnérabilité des populations burundaises et d' élaborer des politiques pouvant conduire le gouvernement à assurer une sécurité alimentaire et nutritionnelle assurée.