Accueil Non classé Le Burundi réalise des progrès dans la mise en oeuvre de la stratégie mondiale de la santé maternelle et infantile

Le Burundi réalise des progrès dans la mise en oeuvre de la stratégie mondiale de la santé maternelle et infantile

Le Burundi réalise des progrès dans la mise en oeuvre de la stratégie mondiale de la santé maternelle et infantile

Le Burundi réalise des progrès dans la mise en œuvre de la stratégie mondiale de la santé maternelle et infantile (SMI) mise en place en 2010, a affirmé mardi à Bujumbura le directeur du programme national de santé de la reproduction, Dr Juma Ndereye, lors de la séance de restitution du rapport national sur la SMI édition 2013.

Le Burundi s'est assigné des engagements pour la mise en œuvre de cette stratégie mondiale à l'horizon 2015.  

Il s'agit notamment d'augmenter le budget alloué à la santé jusqu' à 15 %. En effet, 10% du budget a été réservé au secteur de santé en 2013, a-t-il précisé.

Le pays s'est également engagé de rehausser l'effectif des sages-femmes de 39 en 2010 à 250 en 2015 et le nombre d'écoles de formation de sages-femmes de 1 en 2010 à 4 en 2015.

Elles atteignent actuellement l'effectif de 105 et 183 sont en formation et un total de 5 écoles sont fonctionnelles, a-t-il ajouté.

D'autres engagements sont relatifs à l'augmentation des accouchements assistés de 60 % en 2010 à 85% en 2015. Ce taux atteint actuellement 71 %.

Il était également projeté d'augmenter la prévalence contraceptive de 18% en 2010 à 30% en 2015. Ce taux atteint depuis 2013 28%, a-t-il mentionné.

Dr Ndereye a également informé que le Burundi a bénéficié d'un fonds catalytique s'élevant à 250.000 USD pour booster la mise en œuvre des activités inscrites dans la feuille de route nationale de recevabilité pour la santé de la femme et de l'enfant.

Cependant, des lacunes persistent au niveau du leadership et de la gouvernance, de la qualité des prestations des soins, de l'implication du parlement et de la société civile dans le secteur de santé, et au niveau de l'effectif insuffisant du personnel de santé qualifié, a-t-il déploré.