Afrique de l'Ouest
20 mai 2020

Covid-19: Ingrédients de la résilience de la CEDEAO selon le Président Issoufou 

Résilience de la CEDEAO à la Covid-19 | Au cours d’une Table Ronde virtuelle de Haut-Niveau, une initiative du New […]

24 avril 2020 Afrique de l'Ouest

Les Présidents de la CEDEAO en mode riposte anti-Covid-19

 Riposte anti-covid-19 | Le Chef d’Etat nigérien, Issoufou Mahamadou, président en exercice de la CEDEAO, a dirigé une conférence virtuelle […]

Lire la suite »
12 avril 2020 Afrique de l'Ouest

Covid-19 au Niger : Le parlement proroge l’état d’urgence sanitaire pour 03 mois

Niamey (© 2020 Afriquinfos) – Le Parlement nigérien a voté samedi à Niamey un projet de loi portant prorogation pour […]

Lire la suite »
9 avril 2020 Afrique de l'Ouest

Niger/Détournements au ministère de la Défense : 177 dossiers transmis au Procureur de la République

Détournements de fonds au ministère de la Défense au Niger | Dans un communiqué en date du mardi 07 avril, […]

Lire la suite »
2 avril 2020 Niger

Contre-offensive tchadienne après la tuerie de Bohoma : Idriss Deby repositionne ses soldats au Niger et au Nigeria

Ndjamena (© 2020 Afriquinfos)- Contre-offensive tchadienne après la tuerie de Bohoma : le ministre tchadien de la défense nationale a […]

Lire la suite »
31 mars 2020 Afrique de l'Ouest

Niger : Le chef de file de l’opposition politique nigérienne Hama Amadou libéré

Niamey (© 2020 Afriquinfos) – Incarcéré à la prison civile de Filingué depuis novembre 2019 après son inculpation à un […]

Lire la suite »
20 mars 2020 Afrique de l'Ouest

Ibrahim Fakoura, « figure de proue » de Boko Haram tuée

Niamey (© 2020 Afriquinfos)- Ibrahim Fakoura, chef de faction du groupe djihadiste a été éliminé lors d’une opération de l’armée […]

Lire la suite »
20 février 2020 Afrique de l'Ouest

Niger : Plus de la moitié des enfants ont besoin d’aide humanitaire (UNICEF)

Niamey (© 2020 Afriquinfos)-Près de 3 millions de personnes, dont plus de la moitié des enfants, ont besoin d’aide humanitaire […]

Lire la suite »
18 février 2020 Afrique de l'Ouest

Niger : les citoyens voteront désormais avec des cartes d’électeur biométriques

Niamey (© 2020 Afriquinfos)-Le prédisent nigérien, Mahamadou Issoufou, a lancé la nouvelle ère des cartes électorales biométriques dans son pays, […]

Lire la suite »
Afrique de l'Ouest

Une distribution d’aide tourne au drame au Niger, 20 morts

Une vingtaine de personnes ont été tuées et plusieurs blessées lundi dans une bousculade provoquée par une distribution de vivres […]

Lire la suite »
5 février 2020 Afrique de l'Ouest

Les Nations Unies tirent la sonnette d’alarme face à la famine dont sont victimes des millions de personnes

Rome (© 2020 Afriquinfos)-L’insécurité croissante et les chocs climatiques restent deux principales raison qui vont grimper de manière considérable le […]

Lire la suite »
4 février 2020 Afrique de l'Ouest

Sommet de Pau : le président nigérien préside à Niamey la première réunion du Comité de suivi

Niamey (© 2020 Afriquinfos)- Après le Sommet de Pau auquel le Président français, Emmanuel Macron a convié les cinq Chefs […]

Lire la suite »
31 janvier 2020 Afrique de l'Ouest

Terrorisme et personnes déplacées : le HCR appelle à un soutien international pour le Niger

Niamey (© 2020 Afriquinfos)- Une délégation du Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés effectue une tournée dans les pays […]

Lire la suite »
21 janvier 2020 Afrique de l'Ouest

Niger: enrôlement d’électeurs suspendu dans des localités de l’Ouest

La Commission électorale nationale indépendante (Céni) du Niger a annoncé mardi avoir suspendu ses opérations d’enrôlement d’électeurs dans plusieurs communes […]

Lire la suite »
13 janvier 2020 Afrique de l'Ouest

Niger: l’armée subit ses plus lourdes pertes à Chinégodar avec 89 soldats tués

Le Niger a subi jeudi la pire attaque de son histoire avec 89 soldats tués à Chinégodar (ouest, sur la […]

Lire la suite »
Afrique de l'Ouest

Niger : 89 victimes côté forces de défense nigériennes lors de l’attaque de Chinagodar

Niamey (© 2020 Afriquinfos)- A compter de ce lundi 13 janvier, les autorités nigériennes ont décrété 72 heures de deuil […]

Lire la suite »
9 janvier 2020 Afrique de l'Ouest

Entre 2016 et 2019, le terrorisme a fait 4000 victimes au Burkina Faso, au Mali et au Niger

New-York (© 2020 Afriquinfos)- Le Chef du Bureau des Nations Unies pour l’Afrique de l’Ouest et le Sahel (UNOWAS), Mohamed Ibn […]

Lire la suite »
23 décembre 2019 Afrique de l'Ouest

Niger: Macron et Issoufou tentent de mobiliser contre le jihadisme

Les présidents français Emmanuel Macron et nigérien Mahamadou Issoufou se sont voulus mobilisateurs dimanche à Niamey pour renforcer la lutte […]

Lire la suite »
20 décembre 2019 Afrique de l'Ouest

Le président Mahamadou Issoufou plus que convaincu de la présence de Barkhane au Sahel

Paris (© 2019 Afriquinfos)-Alors que le sentiment antifrançais grandit au Sahel, le président nigérien Mahamadou Issoufou a défendu l’opération française […]

Lire la suite »
18 décembre 2019 Afrique de l'Ouest

Niger : début d’une nouvelle vie pour une centaine de repentis de Boko Haram

En plein milieu des dunes du désert nigérien surgit le camp de Goudoumaria, entouré de barbelés, murs et sacs de […]

Lire la suite »
12 décembre 2019 Afrique de l'Ouest

L’armée du Niger frappée par l’attaque jihadiste la plus meurtrière dans le pays

L’armée nigérienne a sui mardi ses plus lourdes pertes depuis qu’elle est confrontée au défi jihadiste lors de l’attaque du […]

Lire la suite »
Afrique de l'Ouest

France-Sahel: suite au drame d’Inatès, le sommet de Pau reporté à début 2020

Niamey (© 2019 Afriquinfos)- D’un commun accord, les Chefs d’Etat Français, Emmanuel Macron et nigérien, Issoufou Mahamadou, ont décidé du report […]

Lire la suite »
Afrique

Sahel : Macron reporte le sommet de Pau à début 2020 après l’attaque au Niger

En raison de l’attaque jihadiste mardi au Niger, le président français Emmanuel Macron, en accord avec son homologue nigérien Mahamadou […]

Lire la suite »
5 décembre 2019 Afrique de l'Ouest

Mouvements anti-français : les 5 présidents des pays du Sahel invités par Macron à clarifier leur position

Paris (© 2019 Afriquinfos)- Emmanuel Macron recevra les cinq présidents des pays du Sahel le 16 décembre prochain à Pau […]

Lire la suite »
26 novembre 2019 Afrique de l'Ouest

Niger : une modification de l’hymne national saluée par tous

Niamey (© 2019 Afriquinfos)- Les autorités nigériennes ont annoncé en fin de semaine dernière, une modification des paroles ou si […]

Lire la suite »
23 novembre 2019 Afrique de l'Ouest

Télécoms: Deux hommes d’affaires nigérien et malien désormais actionnaires minoritaire d’Orange Niger

Niamey (© 2019 Afriquinfos)- Rimbo Invest, de l’homme d’affaires nigérien Mohamed Rissa, et Greenline Communications, du Malien Moctar Thiam, sont […]

Lire la suite »
19 novembre 2019 Afrique de l'Ouest

A peine rentré d’exil, l’opposant Hama Amadou a été arrêté et placé en détention

Niamey (© 2019 Afriquinfos)- Rentré dans son pays dernier après trois années d’exil, l’ancien président de l’Assemblée nationale et principal […]

Lire la suite »
18 novembre 2019 Afrique de l'Ouest

Niger : l’opposant Hama Amadou retourne en prison purger sa peine

Niamey (© 2019 Afriquinfos)- Depuis ce lundi Hama Amadou a été déposé à la prison civile de Filingué. L’opposant revenu […]

Lire la suite »
15 novembre 2019 Afrique de l'Ouest

Après trois ans d’exil, l’opposant Hama Hamadou de retour au Niger

Niamey (© 2019 Afriquinfos)-En exil depuis trois ans,  Hama Amadou, principal opposant nigérien et candidat à la prochaine présidentielle, est […]

Lire la suite »
14 novembre 2019 Afrique de l'Ouest

La fermeture de la frontière avec le Nigeria fait chuter les recettes douanières du Niger

Niamey (© 2019 Afriquinfos)- La fermeture des frontières du Nigeria avec ses voisins, a fait chuter les recettes douanières du […]

Lire la suite »
13 novembre 2019 Burkina Faso

Lutte anti-terrorisme: les pays du Sahel plaident pour plus de moyens à l’Elysée

Paris (© 2019 Afriquinfos)-Une trentaine de chefs d’État et de gouvernement parmi lesquels le Tchadien Idriss Deby, le Nigérien  Mahamadou […]

Lire la suite »
7 novembre 2019 Afrique de l'Ouest

Ibrahim Assane Mayaki honoré à Tokyo pour son engagement à renforcer le partenariat UA-Japon

Tokyo (© 2019 Afriquinfos)- C’est pour sa contribution à la promotion des relations amicales entre le Niger et le Japon et […]

Lire la suite »
31 octobre 2019 Afrique de l'Ouest

Forum 2019 de Riyad sur les investissements du futur : L’Afrique y vante la Zlecaf et son Agenda 2063

Riyad (© 2019 Afriquinfos)–  Depuis le mardi, des Chefs d’Etat africain, Muhammadu Buhari du Nigeria, Uhuru Kenyatta du Kenya et […]

Lire la suite »
Afrique de l'Ouest

Le Forum de Riyad pour faire oublier Kashoggi et relancer l’économie saoudienne

Riyad (© 2019 Afriquinfos)–  Le forum économique de Riyad s’est ouvert mardi dernier et s’achève ce jeudi. Mais déjà, Mohammed […]

Lire la suite »
30 octobre 2019 Afrique de l'Ouest

Niger: Attaque meurtrière contre une base militaire dans le Sud-Est

Des hommes armés ont lancé une attaque meurtrière dans la nuit de mardi à mercredi contre la base militaire de […]

Lire la suite »
23 octobre 2019 Afrique de l'Ouest

Le 3e Sommet Continental de l’Afrique pour la Paix se tient à Niamey en novembre

Niamey (© 2019 Afriquinfos)–  Niamey, la capitale du Niger se prépare à nouveau à abriter un Sommet international.  Le 3e Sommet […]

Lire la suite »
20 octobre 2019 Afrique de l'Ouest

Les pays ACP réunis pour discuter de la diversification des partenaires dans l’espace ACP

Niamey (© 2019 Afriquinfos)- Hier samedi, s’ouvrait la Conférence des ministres de la Culture des pays membres du Groupe Afrique-Caraïbes-Pacifique […]

Lire la suite »
18 octobre 2019 Afrique de l'Ouest

G5 Sahel : Reprise des opérations militaires, saisie d’armes au Niger

Niamey (© 2019 Afriquinfos)-Une cargaison d’armes a pu être saisie dans le nord du Niger grâce à une opération menée […]

Lire la suite »
15 octobre 2019 Afrique de l'Ouest

17è Forum de Rhodes du Dialogue des civilisations/En tant qu’invité spécial, le Président Issoufou a encore évoqué le chaos en Libye

Rhodes (© 2019 Afriquinfos)-Le Président Issoufou Mahamadou a pris la parole en tant qu’Invité Spécial pour conclure les débats d’un […]

Lire la suite »
Afrique de l'Ouest

Culture/Niamey, carrefour de la diversification des partenaires dans l’espace ACP du 17 au 20 octobre

Niamey (© 2019 Afriquinfos)-La 5ème Conférence des Ministres de la Culture des pays membres du Groupe Afrique-Caraïbes-Pacifique (ACP) se tiendra […]

Lire la suite »
7 octobre 2019 Afrique de l'Ouest

Terrorisme : pour débusquer le leader du groupe EIGS, les USA prêts à débourser 5 millions de dollars

Washington (© 2019 Afriquinfos)- Le département d’Etat américain a annoncé vendredi le 04 octobre dernier offrir une récompense pouvant aller […]

Lire la suite »
5 octobre 2019 Afrique de l'Ouest

Niger : le président Issifou Mahamadou s’engage dans un non pour un 3ème mandat

Niamey (© 2019 Afriquinfos)- C’est en présence de plusieurs anciens chefs d’états, des constitutionalistes de renommée mondiale que le président […]

Lire la suite »
4 octobre 2019 Afrique de l'Ouest

Mandats présidentiels en Afrique : les dangers de la longévité au pouvoir au menu d’un Sommet à Niamey

Niamey (© 2019 Afriquinfos)- Le Sommet sur le constitutionnalisme pour la Consolidation démocratique en Afrique ferme ses portes ce vendredi 04 […]

Lire la suite »
26 septembre 2019 Afrique de l'Ouest

L’Afrique estime que les menaces climatiques dans le Sahel « appellent une réponse d’envergure mondiale »

New York, (© 2019 Afriquinfos)- Plusieurs appels sont en train d’être lancés en marge de la 74ème session de l’Assemblée […]

Lire la suite »
23 septembre 2019 Afrique de l'Ouest

17e Forum de Rhodes à Berlin en octobre prochain/L’Afrique à l’honneur via le Président Issoufou

Berlin (© 2019 Afriquinfos)-L’Afrique sera imbibé de la 17e édition du Forum de Rhodes – intitulée « Global L’Institut de […]

Lire la suite »
18 septembre 2019 Afrique de l'Ouest

Insécurité dans le Sahel : Issoufou indexe la communauté internationale et plaide pour plus de moyens

Ouagadougou (© 2019 Afriquinfos)-  Le Président nigérien et président en exercice de la CEDEAO, s’est prononcé lors du Sommet de […]

Lire la suite »
Afrique de l'Ouest

Secteur pétrolier: 1982 Km de pipeline reliant le Niger au Bénin mis en route

Niamey (© 2019 Afriquinfos)-  Les travaux de construction du pipeline international export reliant le Niger au Benin ont été lancés […]

Lire la suite »
11 septembre 2019 Afrique de l'Ouest

Niger : le nombre des victimes des inondations passent à 57

Niamey (© 2019 Afriquinfos)-  Dans un premier bilan publié le 02 septembre dernier, les autorités nigériennes faisaient état de 42 […]

Lire la suite »
5 septembre 2019 Afrique de l'Ouest

Crue du fleuve Niger : 42 morts enregistrés et près de 9000 sinistrés à cause des inondations

Niamey (© 2019 Afriquinfos) – Les eaux du Fleuve Niger n’avaient plus atteint un tel niveau depuis sept (7) ans. […]

Lire la suite »
2 septembre 2019 Afrique de l'Ouest

Plaidoyer de la CEDEAO pour le soutien du Japon dans le cadre de la mise en œuvre de ses Programmes et Projets prioritaires à la TICAD 7

Yokohama (© 2019 Afriquinfos Intervenant au nom de ses pairs, en qualité du Président en exercice de la Conférence des […]

Lire la suite »
1 2 3 19
Le Niger, officiellement la République du Niger, est un pays enclavé d’Afrique de l’Ouest nommé d’après le fleuve Niger. Le Niger est bordé par la Libye au nord-est, le Tchad à l’est, le Nigeria au sud, le Bénin au sud-ouest, le Burkina Faso et le Mali au nord-ouest, le Burkina Faso au sud-ouest et l’Algérie au nord-ouest. Le Niger couvre une superficie de près de 1 270 000 km2 (490 000 mi2), ce qui en fait le plus grand pays d’Afrique de l’Ouest. Plus de 80% de sa superficie se trouve dans le désert du Sahara. La population majoritairement musulmane du pays, d’environ 22 millions d’habitants, vit principalement en grappes à l’extrême sud et à l’ouest du pays. La capitale et la plus grande ville est Niamey, située dans le coin sud-ouest du Niger. Le Niger est un pays en développement, qui se classe constamment près du bas de l’indice de développement humain (IDH) des Nations Unies ; il était classé 187e sur 188 pays pour 2015 et 189e sur 189 pays dans le rapport de 2018. De nombreuses parties non désertiques du pays sont menacées de sécheresse et de désertification périodiques. L’économie est concentrée autour de la subsistance, avec une certaine agriculture d’exportation dans le sud plus fertile et l’exportation de matières premières, en particulier le minerai d’uranium. Le Niger est confronté à de sérieux défis au développement en raison de sa position enclavée, du terrain désertique, de l’agriculture inefficace, des taux de fécondité élevés sans contrôle des naissances et de la surpopulation qui en résulte, du faible niveau d’éducation et de la pauvreté de sa population, du manque d’infrastructures, des soins de santé médiocres, et dégradation de l’environnement.

La société nigérienne reflète une diversité tirée des longues histoires indépendantes de ses divers groupes ethniques et régions et de leur période relativement courte vivant dans un seul État. Historiquement, ce qui est maintenant le Niger a été en marge de plusieurs grands États. Depuis l’indépendance, les Nigériens ont vécu sous cinq constitutions et trois périodes de régime militaire. Après le coup d’État militaire de 2010, le Niger est devenu un État démocratique multipartite. Une majorité de la population vit dans les zones rurales et a peu accès à l’enseignement supérieur.

L’histoire du Niger

Préhistoire

Les humains habitent le territoire du Niger moderne depuis des millénaires; des outils en pierre, dont certains remontent à 280 000 av. J.-C., ont été trouvés à Adrar Bous, Bilma et Djado dans le nord de la région d’Agadez. Certaines de ces découvertes ont été liées aux cultures d’outils aériennes et moustériennes du Paléolithique moyen, qui ont prospéré en Afrique du Nord vers 90 000 avant JC-20 000 avant JC. On pense que ces premiers humains vivaient un style de vie de chasseur-cueilleur. À l’époque préhistorique, le climat du désert du Sahara était beaucoup plus humide et plus fertile qu’aujourd’hui, un phénomène que les archéologues appellent le «Sahara vert», qui offrait des conditions favorables à la chasse, puis à l’agriculture et à l’élevage. L’ère néolithique a commencé vers 10 000 av. cette période a vu un certain nombre de changements importants, tels que l’introduction de la poterie (comme en témoignent Tagalagal, Temet et Tin Ouffadene), la propagation de l’élevage et l’enterrement des morts dans des tumulus de pierre. Alors que le climat changeait entre 4000 et 2800 avant JC, le Sahara commença progressivement à se dessécher, forçant un changement dans les schémas de peuplement au sud et à l’est L’agriculture s’est généralisée, notamment la plantation de mil et de sorgho, ainsi que la production de poterie. Les articles en fer et en cuivre apparaissent pour la première fois à cette époque, avec des découvertes précoces, notamment à Azawagh, Takedda, Marendet et le massif du Termit. Les cultures Kiffian (vers 8000–6000 BC) et plus tard Tenerian (vers 5000–2500 BC), centrées sur Adrar Bous et Gobero où de nombreux squelettes ont été découverts, ont prospéré durant cette période. Vers la fin de cette période, jusqu’aux premiers siècles de notre ère, les sociétés ont continué de croître et de se complexifier, avec une différenciation régionale des pratiques agricoles et funéraires. Une culture notable de cette période tardive est la culture Bura (environ 200–1300 après JC), du nom du site archéologique de Bura. où une sépulture remplie de nombreuses statuettes en fer et en céramique a été découverte. Le Néolithique a également vu fleurir l’art rupestre saharien, notamment dans les montagnes de l’Aïr, le massif du Termit, le plateau du Djado, Iwelene, Arakao, Tamakon, Tzerzait, Iferouane, Mammanet et Dabous ; l’art s’étend sur la période de 10 000 avant JC à 100 après JC et dépeint une gamme de sujets, de la faune variée du paysage aux représentations de personnages porteurs de lances surnommés «guerriers libyens».

Empires et royaumes dans le Niger précolonial

Notre connaissance de la première histoire nigérienne est limitée par le manque de sources écrites, bien que l’on sache qu’au moins au 5ème siècle avant JC, le territoire du Niger moderne était devenu une zone de commerce transsaharien. Menés par des tribus touaregs du nord, les chameaux étaient un moyen de transport bien adapté à travers ce qui était maintenant un immense désert. Cette mobilité, qui se poursuivra par vagues pendant plusieurs siècles, s’est accompagnée de nouvelles migrations vers le sud et d’un brassage entre les populations d’Afrique subsaharienne et d’Afrique du Nord, ainsi que de la propagation progressive de l’islam. Il a également été aidé par l’invasion arabe de l’Afrique du Nord à la fin du 7ème siècle, qui a entraîné des mouvements de population vers le sud. Plusieurs empires et royaumes ont prospéré au Sahel à cette époque. Leur histoire ne s’inscrit pas facilement dans les frontières modernes du Niger, qui ont été créées pendant la période du colonialisme européen ; ce qui suit adopte un compte à peu près chronologique des principaux empires.

Empire du Mali (1200-1400)

 L’Empire du Mali était un empire Mandinka fondé par Sundiata Keita (r. 1230-1255) vers 1230 et existait jusqu’en 1600. Comme détaillé dans l’Épopée de Sundiata, le Mali a émergé comme une région séparatiste de l’Empire Sosso, qui lui-même s’était divisé de l’ancien Empire du Ghana. Par la suite, le Mali a vaincu le Sosso à la bataille de Kirina en 1235 puis le Ghana en 1240. De son cœur autour de la région frontalière moderne entre la Guinée et le Mali, l’empire s’est considérablement développé sous les rois successifs et a fini par dominer les routes commerciales transsahariennes, atteignant sa plus grande étendue sous le règne de Mansa Musa (r. 1312-1337). À ce stade, une partie de ce qui est maintenant la région de Tillabéri au Niger est tombée sous la domination malienne. Un musulman, Mansa Musa a exécuté le hadj en 1324–13 et a encouragé la propagation de l’islam dans l’empire, bien qu’il semble que la plupart des citoyens ordinaires ont continué à maintenir leurs croyances animistes traditionnelles au lieu ou à côté de la nouvelle religion. L’empire a commencé à décliner au XVe siècle en raison d’une combinaison de querelles intestines sur la succession royale, de rois faibles, du déplacement des routes commerciales européennes vers la côte et des rébellions dans la périphérie de l’empire par les peuples Mossi, Wolof, Touareg et Songhai. Cependant, un royaume croupi du Mali a continué d’exister jusqu’à la fin des années 1600.

Empire Songhaï (des années 1000 à 1591)

L’empire Songhai a été nommé pour son principal groupe ethnique, le Songhai ou Sonrai, et était centré sur le coude du fleuve Niger dans le Mali moderne. Songhaï a commencé à coloniser cette région du 7e au 9e siècle. Au début du 11e siècle, Gao (capitale de l’ancien royaume de Gao) était devenue la capitale de l’empire. De 1000 à 1325, l’empire Songhaï a prospéré et a réussi à maintenir la paix avec l’empire du Mali, son puissant voisin à l’ouest. En 1325, Songhai a été conquise par le Mali jusqu’à ce qu’elle retrouve son indépendance en 1375. Sous le roi Sonni Ali (r. 1464–1492), Songhai a adopté une politique expansionniste qui a atteint son apogée sous le règne d’Askia Mohammad I (r. 1493–1528) ; à ce stade, l’empire s’était considérablement étendu de son cœur du Niger-coude, y compris à l’est où une grande partie de l’ouest du Niger moderne tomba sous son règne, y compris Agadez, qui a été conquise en 1496. Cependant, l’empire n’a pas pu résister aux attaques répétées de la dynastie Saadi du Maroc et a été définitivement vaincu lors de la bataille de Tondibi en 1591 ; l’empire s’est alors effondré en un certain nombre de petits royaumes.

Sultanat d’Aïr (1400-1906)

En 1449, au nord de l’actuel Niger, le Sultanat d’Aïr a été fondé par le sultan Ilisawan, basé à Agadez. Autrefois petit poste de traite habité par un mélange de Hausa et de Touaregs, le sultanat s’est enrichi en raison de sa position stratégique sur les routes commerciales transsahariennes. En 1515, l’Aïr fut conquise par Songhaï, restant une partie de cet empire jusqu’à son effondrement en 1591. Les siècles suivants présentent une image quelque peu confuse, bien qu’il semble que le sultanat soit entré dans un déclin marqué par des guerres intestines et des conflits de clans. Lorsque les Européens ont commencé à explorer la région au 19e siècle, une grande partie d’Agadez était en ruine, et elle a été reprise, bien qu’avec difficulté, par les Français.

Empire Kanem-Bornu (700s-1700s)

À l’est, l’empire Kanem-Bornu a dominé la région autour du lac Tchad pendant une grande partie de cette période. [46] Elle a été fondée par les Zaghawa vers le 8ème siècle et basée à Njimi, au nord-est du lac. Le royaume s’est progressivement étendu, en particulier pendant la domination de la dynastie Sayfawa qui a commencé en 1075 sous Mai (roi) Hummay. Le royaume a atteint son apogée dans les années 1200, en grande partie grâce à l’effort de Mai Dunama Dibbalemi ( 1210-1259), et s’est enrichi de son contrôle de nombreuses routes commerciales transsahariennes ; une grande partie de l’est et du sud-est du Niger, notamment Bilma et Kaouar, était sous le contrôle du Kanem pendant cette période. L’islam avait été introduit dans le royaume par des commerçants arabes à partir du XIe siècle, gagnant progressivement plus de convertis au cours des siècles suivants. Les attaques du peuple Bulala à la fin du 14ème siècle ont forcé le Kanem à se déplacer vers l’ouest du lac Tchad, où il est devenu connu sous le nom d’Empire Bornu, gouverné depuis sa capitale Ngazargamu à la frontière moderne Niger-Nigéria. Bornu a prospéré sous le règne de Mai Idris Alooma (vers 1575-1610) et a reconquis une grande partie des terres traditionnelles du Kanem, d’où la désignation de «Kanem-Bornu» pour l’empire. À la fin du XVIIe siècle et jusqu’au XVIIIe, le royaume de Bornu était entré dans une longue période de déclin, se rétrécissant progressivement vers son cœur de lac Tchad, bien qu’il soit resté un acteur important dans la région. Vers 1730-1740, un groupe de colons kanuri dirigés par Mallam Yunus quitta le Kanem et fonda le Sultanat de Damagaram, centré sur la ville de Zinder. Le sultanat est resté nominalement soumis à l’empire de Borno jusqu’au règne du sultan Tanimoune Dan Souleymane au milieu du XIXe siècle, qui a déclaré son indépendance et a entamé une phase d’expansion vigoureuse. Le sultanat a réussi à résister à l’avancée du califat de Sokoto, mais a ensuite été capturé par les Français en 1899.

États haoussa et autres petits royaumes (1400-1800)

Entre le fleuve Niger et le lac Tchad, il y avait plusieurs royaumes haoussa, englobant la zone culturelle et linguistique connue sous le nom de Hausaland qui chevauche la frontière moderne Niger-Nigéria. Les origines des Hausa sont obscures, bien qu’elles soient considérées comme un mélange de peuples autochtones et de migrants du nord et / ou de l’est, émergeant en tant que peuple distinct dans les années 900-1400 lorsque les royaumes ont été fondés. Ils ont progressivement adopté l’islam à partir du 14ème siècle, bien que cela ait souvent existé aux côtés des religions traditionnelles, se développant en des formes syncrétiques uniques ; certains groupes haoussa, comme l’Azna, ont totalement résisté à l’islam (la région de Dogondoutchi reste à ce jour un bastion animiste). Les royaumes haoussa n’étaient pas une entité compacte mais plusieurs fédérations de royaumes plus ou moins indépendants les uns des autres. Leur organisation était hiérarchique mais aussi quelque peu démocratique : les rois Hausa étaient élus par les notables du pays et pouvaient être révoqués par eux. Les royaumes haoussa ont commencé comme sept États fondés, selon la légende de Bayajidda, par les six fils de Bawo. Bawo était le seul fils de la reine haoussa Daurama et Bayajidda ou (Abu Yazid selon certains historiens nigériens) venu de Bagdad. Les sept États haoussa d’origine (souvent appelés «bakwai haoussa») étaient : Daura (État de la reine Daurama), Kano, Rano, Zaria, Gobir, Katsina et Biram. Une extension de la légende dit que Bawo avait sept autres fils avec une concubine, qui ont ensuite trouvé le soi-disant « Banza (illégitime) Bakwai  » : Zamfara, Kebbi, Nupe, Gwari, Yauri, Ilorin et Kwararafa. Un État plus petit ne correspondant pas à ce schéma était Konni, centré sur Birni-N’Konni.

Les Peuls (aussi appelés Peul, Fulbe, etc.), un peuple pastoral trouvé dans tout le Sahel, ont commencé à migrer vers le Hausaland dans les années 1200-1500. À la fin du XVIIIe siècle, de nombreux Peuls étaient mécontents de la forme syncrétique de l’islam qui y était pratiquée; exploitant également le dédain de la population envers la corruption au sein de l’élite haoussa, le savant peul Usman Dan Fodio (de Gobir) a déclaré un djihad en 1804. Après avoir conquis la majeure partie du Hausaland (mais pas le royaume de Bornu, qui est resté indépendant), il a proclamé le califat de Sokoto en 1809. Certains des États haoussa ont survécu en fuyant vers le sud, comme les Katsina qui se sont installés à Maradi dans le sud du Niger moderne. Beaucoup de ces États survivants ont harcelé le califat et une longue période de guerres et d’escarmouches à petite échelle a commencé, certains États (tels que Katsina et Gobir) conservant leur indépendance, tandis qu’ailleurs de nouveaux se sont formés (comme le Sultanat de Tessaoua). Le califat a réussi à survivre jusqu’à ce que, fatalement affaibli par les invasions du seigneur de guerre tchadien Rabih az-Zubayr, il soit finalement tombé aux mains des Britanniques en 1903, ses terres étant ensuite partagées entre la Grande-Bretagne et la France. Les autres petits royaumes de la période comprennent le royaume Dosso, un régime de Zarma fondé en 1750 qui a résisté à la domination des États Hausa et Sokoto ; et le royaume Dendi sur le fleuve Niger, qui avait été fondé par des réfugiés fuyant l’effondrement de l’empire Songhaï en 1591.

Niger français (1900-1958)

Au XIXe siècle, les Européens ont commencé à s’intéresser davantage à l’Afrique ; plusieurs explorateurs européens ont voyagé dans la région du Niger moderne, tels que Mungo Park (en 1805-2006), l’expédition Oudney-Denham-Clapperton (1822-1825), Heinrich Barth (1850-1855; avec James Richardson et Adolf Overweg), Friedrich Gerhard Rohlfs (1865-1867), Gustav Nachtigal (1869-1874) et Parfait-Louis Monteil (1890-1892). Plusieurs pays européens possédaient déjà des colonies littorales en Afrique et, dans la seconde moitié du siècle, ils ont commencé à tourner leurs yeux vers l’intérieur du continent. Ce processus, connu sous le nom de « Scramble for Africa  », a abouti à la conférence de Berlin de 1885 au cours de laquelle les puissances coloniales ont décrit la division de l’Afrique en sphères d’influence. En conséquence, la France a pris le contrôle de la haute vallée du fleuve Niger (à peu près équivalente aux régions du Mali et du Niger modernes). La France s’est alors mise à concrétiser son règne sur le terrain. En 1897, l’officier français Marius Gabriel Cazemajou est envoyé au Niger ; il a atteint le Sultanat de Damagaram en 1898 et est resté à Zinder à la cour du Sultan Amadou Kouran Daga, mais il a été tué plus tard car Daga craignait de s’allier avec le seigneur de guerre basé au Tchad, Rabih az-Zubayr. En 1899–1900, la France a coordonné trois expéditions – la Mission Gentil du Congo français, la Mission Foureau-Lamy d’Algérie et la Mission Voulet – Chanoine de Tombouctou – dans le but de relier les possessions africaines de la France. Les trois se sont finalement rencontrés à Kousséri (dans l’extrême nord du Cameroun) et ont vaincu les forces de Rabih az-Zubayr lors de la bataille de Kousséri. La mission Voulet-Chanoine a été gâchée par de nombreuses atrocités et est devenue célèbre pour avoir pillé, pillé, violé et tué de nombreux civils locaux lors de son passage dans le sud du Niger. Le 8 mai 1899, en représailles à la résistance de la reine Sarraounia, le capitaine Voulet et ses hommes assassinent tous les habitants du village de Birni-N’Konni dans ce qui est considéré comme l’un des pires massacres de l’histoire coloniale française. Les méthodes brutales de Voulet et Chanoine ont fait scandale et Paris a été contraint d’intervenir, cependant lorsque le lieutenant-colonel Jean-François Klobb a rattrapé la mission près de Tessaoua pour les relever du commandement, il a été tué. Le lieutenant Paul Joalland, ancien officier de Klobb, et le lieutenant Octave Meynier ont finalement repris la mission à la suite d’une mutinerie au cours de laquelle Voulet et Chanoine ont été tués.

Le territoire militaire du Niger a ensuite été créé au sein de la colonie du Haut Sénégal et du Niger (Burkina Faso moderne, Mali et Niger) en décembre 1904 avec sa capitale à Niamey, alors à peine plus qu’un grand village. La frontière avec la colonie britannique du Nigéria au sud a été finalisée en 1910, une délimitation approximative ayant déjà été convenue par les deux puissances via plusieurs traités au cours de la période 1898–1906. La capitale du territoire a été transférée à Zinder en 1912 lorsque le territoire militaire du Niger a été séparé du Haut-Sénégal et du Niger, avant d’être replacé à Niamey en 1922 lorsque le Niger est devenu une colonie à part entière en Afrique occidentale française. Les frontières du Niger ont été établies en plusieurs étapes et ont été fixées à leur position actuelle à la fin des années 1930. Divers ajustements territoriaux ont eu lieu au cours de cette période : les zones à l’ouest du fleuve Niger n’ont été attachées au Niger qu’en 1926-1927, et pendant la dissolution de la Haute-Volta (Burkina Faso moderne) en 1932-1947, une grande partie de l’est de ce territoire était ajoutée au Niger et à l’est les montagnes du Tibesti ont été transférées au Tchad en 1931.

Les Français ont généralement adopté une forme de règle indirecte, permettant aux structures indigènes existantes de continuer à exister dans le cadre colonial de la gouvernance à condition de reconnaître la suprématie française. Le Zarma du Royaume de Dosso en particulier s’est montré soumis à la domination française, les utilisant comme alliés contre les empiétements des Hausa et d’autres États voisins ; au fil du temps, le Zarma est ainsi devenu l’un des groupes les plus instruits et occidentalisés du Niger. Cependant, les menaces perçues contre la domination française, telles que la rébellion de Kobkitanda dans la région de Dosso (1905–06), dirigée par le clerc aveugle Alfa Saibou, et la révolte de Karma dans la vallée du Niger (décembre 1905-mars 1906) menée par Oumarou Karma ont été supprimées. avec force, de même que ces derniers mouvements religieux Hamallayya et Hauka. Bien que largement parvenu à maîtriser les populations sédentaires du sud, les Français rencontrèrent beaucoup plus de difficultés avec les Touaregs au nord (centrés sur le Sultanat d’Aïr à Agadez), et la France ne put occuper Agadez qu’en 1906. La résistance touareg se poursuit cependant, culminant avec la révolte de Kaocen de 1916-1917, dirigée par Ag Mohammed Wau Teguidda Kaocen, avec le soutien des Senussi au Fezzan ; la révolte a été violemment réprimée et Kaocen s’est enfui au Fezzan (où il a été tué plus tard). Un sultan fantoche a été installé par les Français et le déclin et la marginalisation du nord de la colonie se sont poursuivis, exacerbés par une série de sécheresses. Bien qu’il s’agisse d’une sorte de remous, un certain développement économique limité a eu lieu au Niger pendant les années coloniales, comme l’introduction de la culture de l’arachide. Diverses mesures visant à améliorer la sécurité alimentaire à la suite d’une série de famines dévastatrices en 1913, 1920 et 1931 ont également été introduites.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, période pendant laquelle la France continentale était occupée par l’Allemagne nazie, Charles de Gaulle a publié la Déclaration de Brazzaville, déclarant que le colonial français serait remplacé après la guerre par une Union française moins centralisée.  L’Union française, qui a duré de 1946-1958, a conféré une forme limitée de citoyenneté française aux habitants des colonies, avec une certaine décentralisation du pouvoir et une participation limitée à la vie politique des assemblées consultatives locales. C’est au cours de cette période que le Parti progressiste nigérien (Parti progressiste nigérien, ou PPN ; à l’origine une branche du Rassemblement démocratique africain, ou Rassemblement Démocratique Africain – RDA) a été formé sous la direction de l’ancien professeur Hamani Diori, ainsi que de la gauche -Mouvement Socialiste Africain-Sawaba (MSA) dirigé par Djibo Bakary. À la suite de la loi sur la réforme à l’étranger (loi-cadre) du 23 juillet 1956 et de la création de la cinquième République française le 4 décembre 1958, le Niger est devenu un État autonome au sein de la Communauté française. Le 18 décembre 1958, une République autonome du Niger a été officiellement créée sous la direction de Hamani Diori. Le MSA a été interdit en 1959 pour sa position anti-française excessive perçue. Le 11 juillet 1960, le Niger décide de quitter la Communauté française et acquiert sa pleine indépendance le 3 août 1960 ; Diori est ainsi devenu le premier président du pays.

Niger indépendant (depuis 1960)

Années Diori (1960-1974)

Pour ses 14 premières années en tant qu’État indépendant, le Niger était dirigé par un régime civil à parti unique sous la présidence de Hamani Diori. Les années 60 ont été en grande partie pacifiques et ont vu une grande expansion du système éducatif et un développement économique et une industrialisation limités. Les liens avec la France sont restés profonds, Diori permettant le développement de l’exploitation de l’uranium sous contrôle français à Arlit et soutenant la France dans la guerre d’Algérie. Les relations avec les autres États africains ont été pour la plupart positives, à l’exception du Dahomey (Bénin), en raison d’un différend frontalier en cours. Le Niger est resté un État à parti unique tout au long de cette période, Diori ayant survécu à un coup d’État prévu en 1963 et à une tentative d’assassinat en 1965 ; une grande partie de cette activité était dirigée par le groupe MSA-Sawaba de Djibo Bakary, qui avait lancé une rébellion avortée en 1964. Au début des années 1970, une combinaison de difficultés économiques, de sécheresses dévastatrices et d’accusations de corruption généralisée et de mauvaise gestion des approvisionnements alimentaires a entraîné un coup d’État qui a renversé le régime Diori.

Premier régime militaire : le Conseil militaire suprême et la deuxième République (1974–1991)

Le coup d’État avait été orchestré par le colonel Seyni Kountché et un petit groupe militaire sous le nom de Conseil militaire suprême, Kountché continuant de gouverner le pays jusqu’à sa mort en 1987. La première action du gouvernement militaire a été de faire face à la crise alimentaire. Alors que les prisonniers politiques du régime Diori ont été libérés après le coup d’État et que le pays s’est stabilisé, les libertés politiques et individuelles en général se sont détériorées au cours de cette période. Plusieurs tentatives de coup d’État (en 1975, 1976 et 1984) ont été déjouées, leurs instigateurs étant sévèrement punis.

Malgré la restriction de la liberté, le pays a connu un développement économique amélioré, Kountché cherchant à créer une «société de développement», financée en grande partie par les mines d’uranium de la région d’Agadez. Plusieurs entreprises paraétatiques ont été créées, des infrastructures majeures (construction et nouvelles routes, écoles, centres de santé) ont été construites, et il y a eu une corruption minimale dans les agences gouvernementales, que Kountché n’a pas hésité à punir sévèrement. Dans les années 1980, Kountché a commencé à desserrer prudemment l’emprise des militaires, avec un certain assouplissement de la censure de l’État et des tentatives de «civilisation» du régime. Cependant, le boom économique a pris fin après l’effondrement des prix de l’uranium, et les mesures d’austérité et de privatisation menées par le FMI ont provoqué l’opposition de nombreux Nigérians. En 1985, une petite révolte touareg à Tchintabaraden a été réprimée. Kountché est décédé en novembre 1987 d’une tumeur au cerveau, et son chef d’état-major, le colonel Ali Saibou, lui a succédé, qui a été confirmé chef du Conseil militaire suprême quatre jours plus tard. Saibou a considérablement réduit les aspects les plus répressifs de l’ère Kountché (tels que la police secrète et la censure des médias) et a entrepris d’introduire un processus de réforme politique sous la direction générale d’un seul parti (le Mouvement National pour la Société du Développement, ou MNSD). Une deuxième République a été déclarée et une nouvelle constitution a été élaborée, qui a été adoptée à la suite d’un référendum en 1989. Le général Saibou est devenu le premier président de la Deuxième République après avoir remporté l’élection présidentielle le 10 décembre 1989. Les efforts du président Saibou pour contrôler les réformes politiques ont échoué face aux demandes des syndicats et des étudiants d’instaurer un système démocratique multipartite. Le 9 février 1990, une marche étudiante violemment réprimée à Niamey a entraîné la mort de trois étudiants, ce qui a entraîné une pression nationale et internationale accrue pour de nouvelles réformes démocratiques. Le régime de Saibou a acquiescé à ces demandes à la fin de 1990. Pendant ce temps, des problèmes sont réapparus dans la région d’Agadez lorsqu’un groupe de Touaregs armés a attaqué la ville de Tchintabaraden (généralement considérée comme le début de la première rébellion touareg), provoquant une sévère répression militaire qui a fait de nombreux morts (les chiffres précis sont contestés, avec des estimations allant de 70 à 1 000).

Conférence nationale et troisième République (1991–1996)

La Conférence nationale souveraine de 1991 a marqué un tournant dans l’histoire post-indépendance du Niger et a instauré la démocratie multipartite. Du 29 juillet au 3 novembre, une conférence nationale a réuni tous les éléments de la société pour faire des recommandations sur l’orientation future du pays. La conférence était présidée par le professeur André Salifou et a élaboré un plan pour un gouvernement de transition; celui-ci a ensuite été installé en novembre 1991 pour gérer les affaires de l’État jusqu’à la mise en place des institutions de la IIIe République en avril 1993. Après la Conférence nationale souveraine, le gouvernement de transition a rédigé une nouvelle constitution qui a éliminé l’ancien système de parti unique de la Constitution de 1989 et garanti plus de libertés. La nouvelle constitution a été adoptée par référendum le 26 décembre 1992. Suite à cela, des élections présidentielles ont eu lieu et Mahamane Ousmane est devenu le premier président de la Troisième République le 27 mars 1993. La présidence d’Ousmane a été caractérisée par des turbulences politiques, avec quatre changements de gouvernement et des élections législatives anticipées en 1995, ainsi qu’une grave crise économique que le gouvernement de coalition s’est révélé incapable de résoudre efficacement.  La violence dans la région d’Agadez s’est poursuivie au cours de cette période, ce qui a incité le gouvernement nigérien à signer une convention avec les rebelles touaregs en 1992, qui a cependant été inefficace en raison de dissensions internes au sein des rangs touaregs. Une autre rébellion, menée par des peuples Toubou mécontents affirmant que, comme les Touaregs, le gouvernement nigérien avait négligé leur région, a éclaté dans l’est du pays. En avril 1995, un accord de paix avec le principal groupe rebelle touareg a été signé, le gouvernement acceptant d’absorber certains anciens rebelles dans l’armée et, avec l’aide de la France, d’aider d’autres à retrouver une vie civile productive.

Deuxième régime militaire, IVe République et troisième régime militaire (1996-1999)

La paralysie gouvernementale a incité les militaires à intervenir; le 27 janvier 1996, le colonel Ibrahim Baré Maïnassara a mené un coup d’État qui a destitué le président Ousmane et a mis fin à la Troisième République. Maïnassara a dirigé un Conseil de Salut National (Conseil National du Salut) composé de responsables militaires qui a effectué une période de transition de six mois, au cours de laquelle une nouvelle constitution a été rédigée et adoptée le 12 mai 1996. Des campagnes présidentielles ont été organisées dans les mois qui ont suivi. Maïnassara est entré en campagne en tant que candidat indépendant et a remporté les élections le 8 juillet 1996, mais les élections ont été considérées comme irrégulières aux niveaux national et international, la commission électorale ayant été remplacée pendant la campagne. Pendant ce temps, Maïnassara a lancé un programme de privatisation approuvé par le FMI et la Banque mondiale qui a enrichi bon nombre de ses partisans, mais les syndicats s’y sont opposés. À la suite d’élections locales frauduleuses en 1999, l’opposition a cessé toute coopération avec le régime de Maïnassara. Dans des circonstances peu claires (tentant peut-être de fuir le pays), Maïnassara a été assassiné à l’aéroport de Niamey le 9 avril 1999. Le major Daouda Malam Wanké a ensuite pris la relève, instituant un Conseil de réconciliation nationale de transition pour superviser l’élaboration d’une constitution avec un système semi-présidentiel à la française. Celui-ci a été adopté le 9 août 1999 et a été suivi par des élections présidentielles et législatives en octobre et novembre de la même année. Les élections ont généralement été jugées libres et équitables par les observateurs internationaux. Wanké s’est ensuite retiré des affaires gouvernementales.

Cinquième République (1999-2009)

Après avoir remporté les élections en novembre 1999, le président Tandja Mamadou a prêté serment le 22 décembre 1999 en tant que premier président de la Ve République. Mamadou a provoqué de nombreuses réformes administratives et économiques qui avaient été interrompues en raison des coups d’État militaires depuis la IIIe République, et a aidé à résoudre pacifiquement un différend frontalier de plusieurs décennies avec le Bénin. En août 2002, de graves troubles dans les camps militaires se sont produits à Niamey, Diffa et Nguigmi, mais le gouvernement a pu rétablir l’ordre en quelques jours. Le 24 juillet 2004, les premières élections municipales de l’histoire du Niger ont eu lieu pour élire des élus locaux, préalablement désignés par le gouvernement. Ces élections ont été suivies d’élections présidentielles, au cours desquelles Mamadou a été réélu pour un second mandat, devenant ainsi le premier président de la république à remporter des élections consécutives sans être destitué par des coups d’État militaires. La configuration législative et exécutive est restée assez similaire à celle du premier mandat du président: Hama Amadou a été reconduit dans ses fonctions de Premier ministre et Mahamane Ousmane, le chef du parti CDS, a été réélu président de l’Assemblée nationale (parlement). par ses pairs. En 2007, les relations entre le président Tandja Mamadou et son Premier ministre se sont détériorées, entraînant le remplacement de ce dernier en juin 2007 par Seyni Oumarou à la suite d’un vote de défiance réussi à l’Assemblée. L’environnement politique s’est dégradé l’année suivante, le président Tandja Mamadou cherchant à prolonger sa présidence en modifiant la constitution qui limitait les mandats présidentiels au Niger. Les partisans de la présidence élargie, ralliés au mouvement «Tazartche» (Hausa pour «prolongation»), ont été contrés par des opposants («anti-Tazartche») composés de militants des partis d’opposition et de militants de la société civile. La situation dans le nord s’est également fortement détériorée au cours de cette période, entraînant le déclenchement d’une deuxième rébellion touareg en 2007 dirigée par le Mouvement des Nigériens pour la justice (MNJ). Malgré un certain nombre d’enlèvements très médiatisés, la rébellion avait largement échoué en 2009. Cependant, la mauvaise situation sécuritaire dans la région aurait permis à des éléments d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI) de prendre pied dans le pays. 

Sixième République et quatrième régime militaire (2009-2010)

En 2009, le président Tandja Mamadou a décidé d’organiser un référendum constitutionnel visant à prolonger sa présidence, à laquelle s’opposaient d’autres partis politiques, tout en s’opposant à la décision de la Cour constitutionnelle qui avait jugé le référendum inconstitutionnel. Mamadou a ensuite modifié et adopté une nouvelle constitution par référendum, qui a été déclarée illégale par la Cour constitutionnelle, ce qui a incité Mamadou à dissoudre la Cour et à assumer des pouvoirs d’urgence. L’opposition a boycotté le référendum et la nouvelle constitution a été adoptée avec 92,5% d’électeurs et une participation de 68%, selon les résultats officiels. L’adoption de la nouvelle constitution a créé une sixième République, avec un système présidentiel, ainsi que la suspension de la Constitution de 1999 et un gouvernement intérimaire de trois ans avec Tandja Mamadou comme président. Les événements ont provoqué de graves troubles politiques et sociaux dans tout le pays. Lors d’un coup d’État en février 2010, une junte militaire dirigée par le capitaine Salou Djibo a été créée en réponse à la tentative de prolongation de son mandat politique de Tandja en modifiant la constitution. Le Conseil suprême pour la restauration de la démocratie, dirigé par le général Salou Djibo, a mis en œuvre un plan de transition d’un an, rédigé une nouvelle constitution et organisé des élections en 2011 qui ont été jugées internationalement libres et équitables.

Septième République (2010-présent)

Suite à l’adoption d’une nouvelle constitution en 2010 et aux élections présidentielles un an plus tard, Mahamadou Issoufou a été élu premier président de la Septième République ; il a ensuite été réélu en 2016. Une tentative de coup d’État contre lui en 2011 a été déjouée et ses chefs de file arrêtés. Le mandat d’Issoufou a été marqué par de nombreuses menaces à la sécurité du pays, résultant des retombées de la guerre civile libyenne et du conflit dans le nord du Mali, de l’augmentation des attaques d’AQMI, de l’utilisation du Niger comme pays de transit pour les migrants (souvent organisé par gangs criminels) et le débordement de l’insurrection nigériane de Boko Haram dans le sud-est du Niger. Les forces françaises et américaines aident actuellement le Niger à contrer ces menaces.

La politique du Niger

La nouvelle constitution du Niger a été approuvée le 31 octobre 2010. Elle a rétabli le système de gouvernement semi-présidentiel de la constitution de 1999 (Ve République) dans lequel le président de la république, élu au suffrage universel pour un mandat de cinq ans, et un Premier ministre nommé par le président partage le pouvoir exécutif. En raison de l’augmentation de la population du Niger, l’Assemblée nationale monocamérale a été élargie en 2004 à 113 députés élus pour un mandat de cinq ans selon un système de représentation majoritaire. Les partis politiques doivent obtenir au moins 5% des voix pour obtenir un siège à l’Assemblée législative. La constitution prévoit également l’élection populaire des élus municipaux et locaux et les premières élections municipales réussies ont eu lieu le 24 juillet 2004. L’Assemblée nationale a adopté en juin 2002 une série de projets de loi sur la décentralisation. Dans un premier temps, les pouvoirs administratifs seront répartis entre 265 communes (conseils locaux) ; à un stade ultérieur, les régions et les départements seront établis en tant qu’entités décentralisées. Un nouveau code électoral a été adopté pour refléter le contexte de décentralisation. Le pays est actuellement divisé en 8 régions, qui sont subdivisées en 36 districts (départements). L’administrateur en chef (gouverneur) de chaque département est nommé par le gouvernement et agit principalement en tant qu’agent local des autorités centrales. Le 26 mai 2009, le président Tandja a dissous le Parlement après que la cour constitutionnelle du pays eut décidé de ne pas organiser de référendum sur l’opportunité de lui accorder un troisième mandat. Selon la constitution, un nouveau parlement a été élu dans les trois mois. Cela a déclenché une lutte politique entre Tandja, essayant d’étendre son autorité limitée à un mandat au-delà de 2009 par l’établissement d’une sixième République, et ses opposants qui ont exigé qu’il démissionne à la fin de son deuxième mandat en décembre 2009. Voir 2009 Constitution constitutionnelle nigérienne crise. L’armée a pris le contrôle du pays et le président Tandja a été mis en prison, accusé de corruption. Les militaires ont tenu leur promesse de ramener le pays à un régime civil démocratique. Un référendum constitutionnel et des élections nationales ont eu lieu. Une élection présidentielle s’est tenue le 31 janvier 2011, mais comme aucun vainqueur n’a émergé, des élections de second tour ont eu lieu le 12 mars 2011. Mahamadou Issoufou du Parti nigérien pour la démocratie et le socialisme a été élu président. Une élection parlementaire a eu lieu en même temps.

L’économie du Niger

L’économie du Niger se concentre sur les cultures de subsistance, le bétail et certains des plus grands gisements d’uranium du monde. Les cycles de sécheresse, la désertification, un taux de croissance démographique de 2,9% et la baisse de la demande mondiale d’uranium ont sapé l’économie. Le Niger partage une monnaie commune, le franc CFA, et une banque centrale commune, la Banque centrale des États de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO), avec sept autres membres de l’Union monétaire ouest-africaine. Le Niger est également membre de l’Organisation pour l’harmonisation du droit des affaires en Afrique (OHADA). En décembre 2000, le Niger a pu bénéficier d’un allégement accru de sa dette au titre du programme du Fonds monétaire international pour les pays pauvres très endettés (PPTE) et a conclu un accord avec le Fonds pour la réduction de la pauvreté et la croissance (FRPC). L’allégement de la dette fourni dans le cadre de l’initiative PPTE renforcée réduit considérablement les obligations annuelles du Niger en matière de service de la dette, libérant des fonds pour les dépenses de soins de santé de base, d’enseignement primaire, de prévention du VIH / sida, d’infrastructures rurales et d’autres programmes visant à réduire la pauvreté. En décembre 2005, il a été annoncé que le Niger avait bénéficié d’un allégement de dette multilatérale à 100% du FMI, ce qui se traduit par l’annulation d’environ 86 millions de dollars de dettes envers le FMI, à l’exclusion de l’aide restante au titre de l’Initiative PPTE. Près de la moitié du budget du gouvernement provient des ressources des donateurs étrangers. La croissance future pourrait être soutenue par l’exploitation du pétrole, de l’or, du charbon et d’autres ressources minérales. Les prix de l’uranium se sont quelque peu redressés ces dernières années. Une sécheresse et une infestation de criquets pèlerins en 2005 ont entraîné des pénuries alimentaires pour 2,5 millions de Nigériens.

La démographie du Niger

En 2018, la population du Niger était de 22 442 831. S’étendant d’une population de 3,4 millions d’habitants en 1960, la population du Niger a rapidement augmenté avec un taux de croissance actuel de 3,3% (7,1 enfants par mère). Ce taux de croissance est l’un des plus élevés au monde et est une source de préoccupation pour le gouvernement et les agences internationales. La population est majoritairement jeune, avec 49,2% de moins de 15 ans et 2,7% de plus de 65 ans, et majoritairement rurale avec seulement 21% vivant en zone urbaine. Une étude de 2005 a déclaré que plus de 800 000 personnes (près de 8% de la population) au Niger sont asservies.

L’éducation du Niger

Le taux d’alphabétisation du Niger est parmi les plus bas du monde; en 2005, il n’était estimé qu’à 28,7% (42,9% d’hommes et 15,1% de femmes). L’enseignement primaire au Niger est obligatoire pendant six ans. Les taux de scolarisation et de fréquentation du primaire sont faibles, en particulier pour les filles. En 1997, le taux brut de scolarisation dans le primaire était de 29,3% et en 1996, le taux net de scolarisation dans le primaire était de 24,5%. Environ 60% des enfants qui terminent l’école primaire sont des garçons, car la majorité des filles fréquentent rarement l’école pendant plus de quelques années. Les enfants sont souvent obligés de travailler plutôt que d’aller à l’école, en particulier pendant les périodes de plantation ou de récolte. Les enfants nomades du nord du pays n’ont souvent pas accès aux écoles.

Les langues du Niger

Le français, hérité de la période coloniale, est la langue officielle. Il est parlé principalement comme langue seconde par des personnes qui ont reçu une éducation occidentale formelle et sert de langue administrative. Le Niger est membre de l’Organisation Internationale de la Francophonie depuis 1970. Le Niger a dix langues nationales reconnues, à savoir l’arabe, le buduma, le fulfulde, le gourmanchéma, le haoussa, le kanuri, le zarma et le songhai, le tamasheq, le tassawaq et le tébu. Chacune est parlée comme première langue principalement par le groupe ethnique auquel elle est associée. Le haoussa et le zarma-songhai, les deux langues les plus parlées, sont largement parlés dans le pays en tant que première ou deuxième langue.

Afriquinfos.com © Copyright 2020, Tous droits réservés