Le ministre de l’Intérieur exclu de son parti pour indiscipline

Afriquinfos Editeur
2 Min de Lecture

Agenda

mai 2024
L M M J V S D
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

Plusieurs camarades de M. Labo ont subi le même sort. C'était l' une des principales conclusions issues du 7e congrès de la CDS dont les travaux ont pris fin lundi à Zinder (900 km à l'est de Niamey), fief du président du parti, Mahamane Ousmane.

Cette exclusion est la conséquence d'un différend qui oppose M. Labo et plusieurs membres du bureau politique de la CDS M. Ousmane appuyé par une partie de l'instance de décision du parti.

M. Labo avait appelé les militants de la CDS à soutenir le candidat de Mahamadou Issoufou, du Parti nigérien pour la démocratie et le socialisme (PNDS), au 2e tour de l'élection présidentielle. Il s'était ainsi désolidarisé de Mahamane Ousmane qui appelait à voter le candidat Seyni Oumarou du Mouvement national pour la société de développement (MNSD).

- Advertisement -

La crise au sein de la CDS s'était davantage aggravée avec la nomination par le président Issoufou, après son élection, de M. Labo comme ministre d'Etat chargé de l'Intérieur dans son gouvernement et de deux de ses compagnons, Maidadji Alembeye et Ben Wahab Aichatou, comme conseillers à la présidence de la République, puisque la CDS avait décliné l'offre du président Issoufou pour entrer dans son gouvernement.

Dès lors, et avant la tenue du présent congrès, ces trois personnalités et plusieurs de leurs compagnons avaient été suspendus par le bureau politique de la CDS de toutes activités en application du règlement intérieur du parti.

Réagissant lundi à cette mesure, un des partisans du ministre sanctionné, Chaibou Mamane, également membre du bureau politique de la CDS, a déclaré qu'ils vont attaquer les décisions de ce congrès en justice.