Le gouvernement nigérien veut mettre en place un mécanisme de lutte contre l’insécurité

Afriquinfos Editeur
2 Min de Lecture

Pour M. Rafini qui présidait une rencontre avec les autorités coutumières et sécuritaires, la sécurité et le développement vont de paire, et les deux doivent être garanties pour assurer la coexistence pacifique entre les communautés.

"Afin d'enrayer définitivement ce problème d'insécurité qui dure depuis plus de 20 ans, le gouvernement procédera à la mise en place d'un certain nombre de dispositifs et de mesures, avec le soutien de nos partenaires", a affirmé le chef du gouvernement.

Brigi Rafini a ainsi lancé un appel aux auteurs de troubles dans la région de Tillabéry, frontalière avec le Mali, appelant ceux-ci à "tourner le dos au vol et au trafic de drogues pour participer pleinement au développement socioéconomique du pays".

- Advertisement -

"Il est impératif que cessent les actes déplorables que posent impunément certaines personnes, troublant le sommeil des paisibles populations", a-t-il souligné.

Le Représentant résident du Programme des Nations – unies pour le développement (PNUD) Garry Conille a promis d'apporter "dans un bref délai", le soutien matériel et financier de cette structure au Niger en de "juguler ce fléau qui n'honore pas l'image du pays".

Pour sa part, le chef de la délégation de l'Union Européenne (UE) Hans Peter Schaddek a déclaré que l'UE compte apporter sa contribution à l'éradication des problèmes liés à l'insécurité dans toute la zone sahélienne.

Au cours de la rencontre, le gouverneur de Tillabéry Youssoufa Maïga avait évoqué les problèmes liés à l'insécurité et au banditisme armé qui hantent le sommeil des populations de cette région.

Il avait qualifié cette situation de "préoccupante" qui selon lui demande une attention particulière des responsables politiques.