Le gouvernement nigérien envisage la création d’une commission nationale de lutte contre la vie chère

ecapital
2 Min de Lecture

Pour M. Saley qui s'adressait aux parlementaires au cours d'une séance de questions-réponses sur l'actualité, ces mesures visent à minimiser l'impact de la hausse des prix des hydrocarbures.

"La hausse des prix des hydrocarbures est essentiellement due à la montée du prix du baril et à celle du cours du dollar bien que d'autres facteurs entrent en jeu comme l'enclavement du Niger", a expliqué le ministre, notant toutefois que le prix au Niger reste l'un des moins élevé de la sous région.

"Concernant les produits de première nécessité, le gouvernement dans le cadre de son Programme d'urgence va lancer une opération de vente à prix modérés des céréales et de distribution gratuite des vivres aux couches les plus défavorisées de la population nigérienne", a énoncé par ailleurs Saïdou Saley.

- Advertisement -

Pour sa part, le ministre de l'Hydraulique et de l'Environnement Issoufou Issaka a annoncé la mise sur pied par le gouvernement de plusieurs programmes et projets d'alimentation en eau potable des centres urbains et périurbains du Niger.

"D'un coût global de 200 milliards de francs CFA (environ 300 millions d'euros), la réalisation de ce programme, en plus d'alléger les souffrances des populations, sera également un important levier de développement du Niger", a estimé M. Issaka.

Le ministre des Finances Ouhoumoudou Mahamadou et son collègue des Mines et de l'Energie Pierre Foumakoye Gado ont également entretenu les députés nigériens sur des sujets liés à leurs domaines de compétence respectifs.