Malawi : L’ex-président Mutharika sur le point d’être mis en examen pour ‘corruption’

Afriquinfos Editeur 25 Vues
3 Min de Lecture
Peter Mutharika

Lilongwe (© 2020 Afriquinfos)- Peter Mutharika, l’ex-président du Malawi, fait l’objet d’une enquête pour corruption présumée. Une accusation rapportée par plusieurs médias locaux ce 14 juillet.

L’ancien chef de l’Etat qui a quitté ses fonctions il y a moins d’un mois après avoir été battu par Lazarus Chakwera (actuel chef de l’Etat), sera «interrogé» par la police, a informé le quotidien « Nyasa Times ».

M. Mutharika est soupçonné d’avoir abusé des privilèges présidentiels en important une cargaison de ciment d’une valeur d’environ 7 millions de dollars sans payer la douane, explique le journal.

L’affaire tourne autour des provisions de la loi nationale sur les privilèges du président, « the Presidents (Salaries and Benefits) Act », loi qui permet au Président en exercice d’importer des marchandises sans payer la douane, pourvu que ces marchandises soient destinées à un usage personnel.

Or, selon les allégations, l’ex-président aurait revendu les 1,2 million de sacs de ciment importés. Ce qui pourrait être interprété comme une violation de la loi fiscale et un abus d’autorité présidentielle.

Pour l’ancien parti au pouvoir, le Parti démocratique progressiste (DPP), il s’agit de poursuites motivées par des calculs politiques visant à intimider la nouvelle opposition. Par ailleurs, la famille de l’ancien président Mutharika se plaint qu’elle n’a pas accès à l’ex-dirigeant du Malawi depuis qu’il a quitté le palais présidentiel.

M. Mutharika qui aura 80 ans samedi prochain, a été élu en 2014. En 2019, il a été réélu, mais les tribunaux ont annulé les résultats de l’élection en raison d’irrégularités massives. Au final, il a perdu une nouvelle élection quelques mois plus tard, le 23 juin dernier.

Le nouveau président du Malawi, Lazarus Chakwera, s’est engagé à mener une lutte sans merci contre la corruption qui mine le pays. C’était à l’occasion de son discours d’investiture le lundi 6 juillet dernier, au siège des Forces de défense du Malawi, à la périphérie de la capitale Lilongwe.

le Bureau de lutte contre la corruption au Malawi (en abrégé ACB) a récemment ouvert de nombreuses enquêtes sur des abus de pouvoir et des cas de corruption présumés visant d’anciens hauts fonctionnaires depuis la prestation de serment du nouveau président Chakwera.

V.A.