Le MEDEF incitera la jeunesse africaine à l’entreprenariat en décembre prochain

Afriquinfos
2 Min de Lecture

PARIS (© 2016 Afriquinfos) – Du 06 et 07 décembre prochain, va se tenir le Forum sur la jeunesse et l’entrepreneuriat, organisé par le MEDEF (Mouvement des entreprises de France, organisation patronale représentant des entreprises françaises). C’est le tout premier Forum de ce genre destiné aux jeunes d’Afrique et de la France, portant sur la question de l’entrepreneuriat.

Ce Forum se veut un cadre rassemblant des décideurs du secteur public et privé, des jeunes, des médias, la diaspora africaine, des entrepreneurs et entreprises, des réseaux d’éducation et de formation, des patronats africains et leurs parties prenantes d’Afrique et de la France.

Des séances plénières sont prévues à cette rencontre, pour préparer l’avenir des jeunes, les former et les inciter à oser entreprendre.

- Advertisement -

 Plusieurs thèmes sont prévus à cet effet, à savoir: les potentiels et talents de la jeunesse, la force des réseaux de la diaspora, la numérisation du continent, la diversification de l’économie, les infrastructures, l’éducation et la formation, l’entrepreneuriat, les femmes en Afrique, le développement des territoires etc…

Autant de thématiques, riches, destinées à équiper les participants à ce Forum, en particulier les jeunes, afin de les motiver à l’entrepreneuriat. Ce Forum se tiendra en prélude au 27ème sommet France-Afrique, qui se tiendra à Bamako en janvier prochain.

Pour Pierre Gattaz, président du MEDEF, «la jeunesse de l’Afrique constitue sa force. L’entreprise est la solution pour répondre aux défis futurs des pays. Elle offre un travail, une formation, des compétences, des valeurs, des objectifs. Elle crée des richesses perceptibles et des emplois durables pour les hommes et les femmes. Mais, l’entrepreneuriat est également un moteur d’intégration et de développement, un facteur de stabilité sociale et un rempart contre l’insécurité». Par conséquent, selon lui, l’Afrique et également la France, devront beaucoup investir dans l’entrepreneuriat des jeunes.

RACHEL KOMI