Le chômage mondial devrait augmenter de 3,4 millions en 2017, selon l’OIT

Afriquinfos 5 Vues
5 Min de Lecture
Algérie : L'écrivain Kamel Daoud reçoit le premier prix Goncourt avec son roman «Meursault

Genève (© 2017 Afriquinfos)-Un nouveau rapport de l’Organisation internationale du travail (OIT) publié jeudi indique que le taux mondial du chômage devrait légèrement augmenter de 5,7% à 5,8% en 2017, soit une hausse de 3,4 millions du nombre de personnes sans-emploi.

En 2017, le nombre de chômeurs dans le monde devrait atteindre un peu plus de 201 millions – avec une hausse supplémentaire attendue pour 2018 de 2,7 millions – étant donné que le rythme de croissance de la population active dépasse celui des créations d’emploi, selon le rapport de l’OIT intitulé ‘Emploi et questions sociales dans le monde – Tendances 2017’.

«Nous sommes confrontés à un double défi: réparer les dommages causés par la crise économique et sociale mondiale et créer des emplois de qualité pour les dizaines de millions de personnes qui arrivent chaque année sur le marché du travail», a déclaré le Directeur général de l’OIT, Guy Ryder dans un communiqué.

« La croissance économique continue de décevoir et de sous-performer – de par son niveau et son degré d’inclusion. Cela dresse un tableau inquiétant pour l’économie mondiale et sa capacité à générer suffisamment d’emplois – à plus forte raison des emplois de qualité », a ajouté M. Ryder, soulignant que la persistance d’un haut niveau d’emploi vulnérable, associée à un net manque de progrès dans la qualité des emplois – même dans les pays où les chiffres globaux s’améliorent – est alarmante. « Nous devons veiller à ce que les gains de croissance soient partagés de manière inclusive», a-t-il dit.

Près d’un travailleur sur deux occupe un emploi vulnérable, dans les pays émergents

Le rapport montre que les formes vulnérables d’emploi c’est-à-dire les travailleurs familiaux non rémunérés ou les travailleurs à leur propre compte – devraient toujours constituer plus de 42% de l’emploi total, soit 1,4 milliard de personnes dans le monde en 2017.

« En fait, dans les pays émergents, près d’un travailleur sur deux occupe un emploi vulnérable, et ce sont plus de quatre travailleurs sur cinq dans les pays en développement», affirme l’économiste principal à l’OIT et principal auteur du rapport, Steven Tobin.

Par conséquent, le nombre de travailleurs dans l’emploi vulnérable devrait augmenter de 11 millions par an, l’Asie du Sud et l’Afrique subsaharienne étant les régions les plus affectées.

Les chiffres pour 2017 et 2018 sont des prévisions. Le taux de pauvreté au travail correspond à la part de la population employée en situation de pauvreté extrême ou modérée, c’est-à-dire avec un revenu ou une consommation par tête inférieur à 3,10 dollars par jour.

Les auteurs signalent aussi que le problème du chômage est particulièrement grave en Amérique latine et dans les Caraïbes où les séquelles de la récente récession auront de fortes répercussions en 2017, ainsi qu’en Afrique subsaharienne qui connaît son plus faible taux de croissance en vingt ans. Les deux régions font face à une forte progression du nombre de personnes en âge de travailler.

A contrario, le chômage devrait baisser en 2017 dans les pays développés, ramenant le taux à 6,2% (contre 6,3%). Mais le rythme d’amélioration s’essouffle et des signes de chômage structurel se manifestent.

Une autre tendance clé mise en évidence par le rapport est le ralentissement de la baisse de la pauvreté au travail qui menace la perspective d’éradiquer la pauvreté comme le prévoient les Objectifs de développement durable des Nations Unies.

Les auteurs de ce rapport estiment qu’un effort coordonné pour adopter des mesures de relance budgétaire et augmenter les investissements publics en fonction des marges de manœuvre de chaque pays, aurait un effet de relance immédiat de l’économie mondiale et réduirait le chômage mondial en 2018 de près de 2 millions par rapport aux prévisions initiales.

Vignikpo Akpéné