L’Afrique invite la Chine et d’autres pays à investir dans les infrastructures du continent

Afriquinfos Editeur 5 Vues
2 Min de Lecture

Les représentants des gouvernements, de l'industrie et du secteur privé du continent africain ont participé à la conférence. Les représentants ont déclaré que développer les infrastructures boostera l'économie en Afrique car de meilleures infrastructures facilitent le commerce et le mouvement des marchandises entre pays. Les infrastructures en Afrique sont vieilles, mauvaises, dilapidées ou absentes, ce qui est considéré comme un obstacle pour le développement commercial et économique sur le continent. Dans son rapport, la Banque mondiale a déclaré que l'Afrique souffre d'un déficit infrastructurel d'au moins 93 milliards de dollars américains par an. Au cours de cette conférence, les Africains se sont entendus pour améliorer ensemble les infrastructures routières, ferroviaires, portuaires et autres sur le continent.

S'exprimant lors de la conférence, le ministre sud-africain des Entreprises publiques, Malusi Gigaba, a suggéré que la source des financements des infrastructures provienne de Chine, des BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud) et d'Afrique.

"A ce jour, la Chine représente le plus grand partenaire commercial de l'Afrique, représentant plus d'un tiers du commerce de l'Afrique. Le pragmatisme chinois a certainement permis des investissements dans les infrastructures et autres dans une série de pays africains", a-t-il souligné, avant d'ajouter à Xinhua que les financements devraient également provenir d'autres marchés émergents et de l'Europe. Les Africains ont également déclaré que le commerce inter-africain pouvait promouvoir le développement des infrastructures.

"Nous devrions améliorer les relations commerciales entre pays africains pour améliorer nos économies. Comme en Afrique du Sud, il existe de petits projets comme les chemins de fer sur lesquels nous pouvons travailler avec nos voisins comme le Mozambique, le Lesotho et le Swaziland", a déclaré à Xinhua Qedani Mahlangu du comité exécutif pour les infrastructures à Johannesburg.