L’ex-chef du FMI Dominique Strauss-Kahn libéré sur parole

Afriquinfos Editeur
3 Min de Lecture

Au cours d'une brève audience à la Cour suprême de l'État, à Manhattan, le juge a levé l'assignation à résidence de Strauss- Kahn. Les procureurs ont reconnu qu'il y avait des problèmes de crédibilité importants qui pèse sur la serveuse d'hôtel qui accuse Strauss-Kahn d'avoir tenté de la violer en mai dans une chambre d'hôtel de Manhattan

"Je comprends que les circonstances de cette affaire ont considérablement changé et je suis d'accord le risque qu'il ne soit pas là au procès s'est quelque peu réduit," a estimé le juge Michael Obus au tribunal. "Je libère M. Strauss Kahn sur son propre engagement."

Le bureau de New York District Attorney Vance Cyrus a convenu que la caution d'un million de dollars déposée par le politicien français lui soit remboursée, mais les charges retenues contre lui n'ont pas été abandonnées, et il ne sera pas autorisé à quitter les États-Unis. Son passeport reste en la possession des autorités. La prochaine audience est prévue pour le 18 juillet.

- Advertisement -

"Nos procureurs vont poursuivre leur enquête jusqu'à ce que nous découvrions tous les faits pertinents", a déclaré Cyrus Vance à la presse devant le tribunal. "Nous pensons que nous n'avons rien fait d'autre, si ce n'est soutenir la victime présumée."

M. Strauss-Kahn a dû verser une caution d'un million de dollars et un dépôt de 5 millions de dollars suite à la plainte de la femme de ménage. Depuis, il était assigné à résidence 24h/24 et au port d'un bracelet de surveillance.

Cette libération représente un retournement de situation impressionnant pour Dominique Strauss-Kahn, qui était considéré comme un candidat ayant toutes ses chances à la présidentielle française de 2012 avant que cette affaire n'éclate le mois dernier et fasse les gros titres de la presse internationale. M. Strauss- Kahn a dû remettre sa démission de la plus haute fonction du FMI. Fin

Mardi, la ministre française des Finances, Christine Lagarde a été choisie par le conseil d'administration du FMI comme successeur de Strauss-Kahn, devenant la première femme à occuper ce poste depuis la création du FMI en 1944.