La Chine investit au profit de la population

ecapital
4 Min de Lecture

Pour la Côte d' Ivoire, qui sort d'une grave crise aux conséquences tant économiques que sociales, l’aide de la Chine s’avère indispensable. Lors de sa visite le 24 juin à Abidjan, le vice-ministre chinois des Affaires étrangères Zhai Jun avait souligné la disponibilité de son pays à aider à la reconstruction de la Côte d' Ivoire. Il avait signé, à l'occasion, avec le gouvernement ivoirien des accords portant sur une aide non remboursable de 80 millions de Yuan (environ 5,5 milliards de FCFA), un prêt sans intérêt de 20 millions de Yuan (environ 1,4 milliard de FCFA) et une annulation de la dette de la Côte d' Ivoire à hauteur de 75 millions de Yuan (environ 5,4 milliards de FCFA).

Par ailleurs, la Chine avait fait un don de matériels urgents à la Côte d' Ivoire évaluée à 15 millions de Yuan (environ 1,09 milliard de FCFA). De fait, de nombreux projets ont été réalisés par la Chine dont les plus significatifs sont la construction d'un Palais de la Culture à Abidjan et de la maison des députés à Yamoussoukro, la capitale administrative et politique ivoirienne.

En outre, la Chine a réalisé une salle de conférence pour le ministère ivoirien des Affaires étrangères. D'autres projets d’infrastructures sont en cours de réalisation notamment la construction d’un centre hospitalier universitaire et d’un marché à Gagnoa (centre-ouest), sans compter la construction d’écoles sur l’ensemble du territoire ivoirien ou l’aménagement de 442 hectares pour la riziculture à Guiguidou, dans le département de Divo (sud, 180 km d’Abidjan) ou encore des projets prévus relatifs à un centre international d’exposition et à la construction de 220 logements.

- Advertisement -

"Les Chinois sont concrets, ils réalisent des projets profitables à la population", a affirmé Gning Ibrahim, un enseignant ivoirien. "Ce sont des projets visibles par tous", a-t-il souligné se réjouissant du fait que "ces investissements ne tiennent compte d'aucune considération politique" et concourent au contraire à assurer le développement et la stabilité du pays. Grâce à ces crédits et accords "raisonnables", la Chine a permis à la Côte d' Ivoire d'améliorer certaines de ses infrastructures de base.

Sur la logique des investissements chinois, l'historien ivoirien Laurent Kla croit savoir que "la politique chinoise est caractérisée par le contact direct avec la population". "Ils (les Chinois) réalisent des infrastructures que tout le monde voit et peut apprécier, et ça, c'est une bonne politique", a-t-il estimé rejetant catégoriquement la propension des Occidentaux à lier leur aide aux pays africains à la bonne gouvernance et à la démocratie.

"Lier l'aide ou les investissements à la bonne gouvernance ou à la démocratie n'est pas profitable à la population parce que ces deux notions concernent en réalité les dirigeants", a-t-il indiqué. Pour l’historien, "poser ces conditions, c'est comme si on faisait subir à la population ce qu'elle n'a pas engendré". "Ils (les Occidentaux) s'ingèrent dans les affaires intérieures des pays, mettent les bâtons dans les roues des dirigeants et favorisent l'instabilité dans les pays où ils disent vouloir instaurer la démocratie et la bonne gouvernance", a-t-il expliqué, ajoutant que "La démocratie c'est le choix du peuple, ce choix est exprimé par le peuple lui-même et non par des personnes extérieures".