Un échange de tirs entre hommes armés à Abidjan, un mort

Afriquinfos Editeur
3 Min de Lecture

A en croire le porte-parole du ministère de la Défense, le capitaine Léon Alla, des échauffourées sont survenues lorsque des éléments armés se réclamant du groupe du "lieutenant" Yéo Doh reconnus coupables d'exactions et de racket sur les populations ont été arrêtés et incarcérés par les FRCI.

"En réaction à l'arrestation de ses hommes, Yéo Doh constitue un groupe armé qui prend d'assaut la base navale de Locodjro où ceux-ci étaient détenus, en vue de les libérer", a expliqué le capitaine Alla, notant que la réaction des Forces républicaines de Côte d'Ivoire ne s'est pas fait attendre.

Selon l'officier, c'est au cours des tirs que les combattants de Yéo Doh ont perdu un homme et enregistré un blessé grave, tandis qu'aucune perte n'est à déplorer du côté des FRCI.

- Advertisement -

La Côte d'Ivoire tente de retrouver la normalité après la crise post-électorale aigüe qui a secoué le pays cinq mois durant et qui a fait au moins 3.000 morts et un million de déplacés selon les autorités ivoiriennes.

Depuis plusieurs jours, le gouvernement mène, sous la houlette du Premier ministre Guillaume Soro, une lutte acharnée contre le racket et les barrages illégaux de certains éléments armés qui provoquent des grincements de dents chez les opérateurs économiques et le reste de la population

ABIDJAN, 17 juin (Xinhua) — Un échange de tirs entre les Forces républicaines de Côte d'Ivoire (FRCI, soldats pro-Ouattara ) et un groupe armé a fait un mort vendredi à Yopougon (ouest d'Abidjan).

A en croire le porte-parole du ministère de la Défense, le capitaine Léon Alla, des échauffourées sont survenues lorsque des éléments armés se réclamant du groupe du "lieutenant" Yéo Doh reconnus coupables d'exactions et de racket sur les populations ont été arrêtés et incarcérés par les FRCI.

"En réaction à l'arrestation de ses hommes, Yéo Doh constitue un groupe armé qui prend d'assaut la base navale de Locodjro où ceux-ci étaient détenus, en vue de les libérer", a expliqué le capitaine Alla, notant que la réaction des Forces républicaines de Côte d'Ivoire ne s'est pas fait attendre.

Selon l'officier, c'est au cours des tirs que les combattants de Yéo Doh ont perdu un homme et enregistré un blessé grave, tandis qu'aucune perte n'est à déplorer du côté des FRCI.

La Côte d'Ivoire tente de retrouver la normalité après la crise post-électorale aigüe qui a secoué le pays cinq mois durant et qui a fait au moins 3.000 morts et un million de déplacés selon les autorités ivoiriennes.

Depuis plusieurs jours, le gouvernement mène, sous la houlette du Premier ministre Guillaume Soro, une lutte acharnée contre le racket et les barrages illégaux de certains éléments armés qui provoquent des grincements de dents chez les opérateurs économiques et le reste de la population.