« Le linge sale se lave en famille », selon Adolphe Lumanu

ecapital
3 Min de Lecture

«C'était une rencontre de vérité, pour rappeler notre destin commun et ce destin nous condamne à vivre ensemble ; nous écouter mutuellement ; quand il y a un problème, on se retrouve en famille, le linge sale se lave en famille, c'est ce que nous venons de faire ; il n'y avait pas de divergence ; il y avait peut être des termes différents, mais il n'y avait pas d'options divergentes », a déclaré Bwana N'Sefu qui a eu un entretien de près de deux heures avec son homologue Mboulou.

Cette semaine, la tension est montée entre les deux capitales, Brazzaville et Kinshasa. Dans un communiqué du 7 octobre dernier à Kinshasa, Bwana N'Sefu a relevé que « la République démocratique du Congo a été victime d'une attaque armée des forces du mal.. ; une bande armée d'éléments armés en provenance de Loukolela Français en République du Congo-Brazzaville, a franchi le fleuve et attaqué la Cité de Lukolela dans la Province de l'Equator en République démocratique du Congo..Les services de sécurité ont saisi sur eux, en plus des cartes des résidents au Congo- Brazzaville et un ordre de mission signé par Faustin Munene.. ».

Le général Faustin Munene, condamné a perpétuité pour tentative de déstabilisation de son pays, la RDC, a trouvé refuge à Brazzaville où il est en résidence surveillée depuis près de deux ans. Les autorités de Brazzaville ont toujours refusé de l'extradé comme le demande Kinshasa, rappelle-t-on.

- Advertisement -

A Brazzaville, la réplique ne s'est pas fait attendre. Le lendemain, le ministre Mboulou, par voie de presse, a non seulement démenti les faits, mais il a considéré que c'est « un montage, un simulacre », pour vouloir justifier un report de l' élection présidentielle en RDC, prévue le 28 novembre prochain.

Les deux Congo se partagent une longue frontière de 2.400 km et leurs deux capitales, Brazzaville et Kinshasa, ne sont séparées que par quatre km environ du fleuve congo. Les relations entre les deux pays sont émaillées d'escalades verbales.