Kengo wa Dondo, candidat commun de l’opposition politique

ecapital
2 Min de Lecture

M. Kengo, président de l'Union des forces de changement (UFC), l'a annoncé lui-même samedi à Kinshasa dans une allocution qu'il a prononcée devant notamment ses collègues présidents des partis et regroupements politiques et des dirigeants des associations de la société civile.

Saluant ce choix, M. Kengo a promis d'être l'homme du rassemblement de toutes les forces de changement autour d'un idéal et d'un programme communs d'un gouvernement.

"Je veux être un candidat de la rupture; celui qui rompt avec l’impunité et la corruption, la gabegie, l'oisiveté; celui qui ramène la rigueur dans la gestion, qui rétablit l'autorité de l' Etat et assure l'égalité des citoyens", a déclaré Kengo.

- Advertisement -

"Je mets mon expérience et ma compétence au service de notre peuple. Je ne cherche pas le pouvoir pour le pouvoir, ni le pouvoir pour l'argent. Je le cherche pour transformer les potentialités de ce pays en richesses, repousser les frontières de l'ignorance et de la pauvreté, élever la RDC au niveau des pays émergeants", a-t-il encore souligné, ajoutant qu'elle en a les atouts, l'ambition et la vocation.

La plateforme "les forces de l'opposition réunies au Congo" comprend notamment l'UFC de Kengo, l'Union pour la Nation Congolaise (UNC) de Vital Kamerhe (candidat), le Mouvement de libération du Congo (MLC) de Jen-Pierre Bemba et l'Union pour le reconstruction du Congo (UREC) d'Oscar Kashala (candidat).