Le Burundi met au défi le CPS de l’UA autour de violences sur son territoire

ecapital
2 Min de Lecture

Le porte-parole du gouvernement burundais Philippe Nzobonariba, dans un communiqué de presse, a remercié le Conseil de sécurité des Nations Unies pour la réalisation d’une visite de deux jours au Burundi la semaine dernière, pour évaluer de ses propres yeux la situation du pays. «Le gouvernement burundais saisit cette occasion pour inviter le Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine de faire une visite similaire afin d’évaluer de ses propres yeux la situation politique et sécuritaire qui prévaut actuellement au Burundi», a poursuivi ce porte-parole.

« Le gouvernement burundais reste convaincu que les décisions prises par le Conseil de paix et de sécurité de l’UA, y compris le déploiement de troupes étrangères (au Burundi) ont été décidées sur la base de rapports erronés et manipulés, au mépris de la vérité profonde du pays», a-t-il ajouté.

Avant de quitter l’aéroport international de Bujumbura vendredi soir, Samantha Power, l’ambassadeur américain à l’ONU et membre du comité du Conseil de sécurité de l’ONU, avait déclaré que le gouvernement burundais devrait être prêt pour le déploiement de troupes de l’UA. Dans l’optique d’empêcher un génocide ou des massacres, le Conseil de paix et de sécurité de l’UA a adopté le 17 décembre 2015 une résolution sur le déploiement de 5000 soldats au Burundi, mais une décision à laquelle Nkurunziza et son gouvernement se sont opposés.

- Advertisement -

Vignikpo A.