Vers le développement du secteur laitier

ecapital
2 Min de Lecture

« On a réuni ce vendredi toutes les parties prenantes pour voir les mécanismes du développement durable de la filière Lait. On doit travailler avec le secteur privé, les projets et le gouvernement pour développer d'une manière harmonieuse cette filière car l'implication de toutes ces parties prenantes est incontournable », a déclaré à la presse la ministre de l' Agriculture et de l'Elevage Odette Kayitesi.

Pour ce faire, le gouvernement s'est engagé au repeuplement du cheptel et à accompagner les agri-éleveurs au développement de l' élevage productif qui doit remplacer l'élevage de prestige auquel beaucoup de burundais s'étaient habitués.

« Pour développer cet élevage, il est incontournable de développer la transformation (. . .). Mais ce n'est pas que le gouvernement doit mettre en place des industries, seulement il doit accompagner les investisseurs privés. C'est pourquoi il a monté plusieurs projets qui sont financés par ses partenaires au développement », a ajouté la ministre Odette Kayitesi.

- Advertisement -

Au Burundi, il n'existe pas de laiterie à proprement parler depuis que la laiterie centrale de Bujumbura ait été privatisée au début des années 90, une privatisation qui n'a même pas réussi puisque la laiterie a fermé depuis longtemps ses portes. Il en est de même de la laiterie de Kiryama en province de Bururi au sud du pays qui ne fait que collecter du lait villageois aujourd'hui pour faire des fromages alors qu'elle était avant une véritable laiterie.