Le Premier ministre encourage les investissements privés

ecapital
4 Min de Lecture

Présent dans la capitale économique pour la rencontre annuelle entre le gouvernement et le secteur privé, le chef du gouvernement, Luc Adolphe Tiao a mis à profit son séjour pour visiter le port sec, la Filature du Sahel (FILSHA), la Maison de la culture et le siège du Groupe d'action des femmes pour la relance économique du Houet (GAFREH).

Au cours de cette tournée, le Premier ministre a exprimé la volonté de l'Etat burkinabè à soutenir l'initiative privée.

A la gare routière internationale de Bobo-Dioulasso (port sec), le directeur général de la Chambre de commerce et d'industrie du Burkina (CCI-B), Franc Tapsoba, a rappelé que l'infrastructure, inaugurée le 22 janvier 2010, a coûté environ 7 milliards de F CFA.

- Advertisement -

Destiné au traitement du fret routier, ferroviaire et aérien, le port sec constitue, selon le patron de la Chambre de commerce, une plateforme multimodale de transit de marchandises. Il a expliqué au chef du gouvernement que l'établissement est composé de trois parties, notamment les zones sous douane, administrative et hors douane.

Au total, 47 douaniers composent l'équipe du port sec, qui a enregistré 883 millions de tonnes de marchandises pour 39 milliards de F CFA récoltés en 2010. Pour le Premier ministre, il s'agit d'un grand investissement qui, a-t-il souhaité, sera mieux géré pour apporter une contribution conséquente à l'économie nationale.

Luc Adolphe Tiao s'est également rendu à la Filature du sahel (FILSHA), où il s'est dit émerveillé par "cette unité industrielle qui apporte une valeur ajoutée à l'économie nationale". Dans un contexte national caractérisé par un manque d'industries de transformation, il estime que FILSAH est un exemple concret qui utilise le coton burkinabè à 99%.

Il fonde ainsi la pertinence de l'initiative du gouvernement, d’axer le financement du développement sur un partenariat public privé. Le directeur général de FILSAH, Abdoulaye Nabolé, inclue cette visite dans la volonté des pouvoirs publics à soutenir les efforts de restructuration et de mise à niveau des entreprises victimes de la crise ivoirienne depuis 2002.

Sur le site de la Maison de la culture dont la fin des travaux accuse un retard de plus d'une année, le Premier ministre, a clairement exprimé son mécontentement. Si l'architecte Amadou Demba Eric Yao évoque des problèmes d'organisation, le Premier ministre espère voir finir les travaux dans trois mois, au risque de sanctions et de poursuites judiciaires de l'entreprise en charge des travaux.

Luc Adolphe Tiao a achevé sa tournée par le Groupe d'action des femmes pour la relance économique du Houet (GAFREH). Ce groupement d'associations de femmes, dirigé par Christiane Lamizana et oeuvrant dans le domaine de l'artisanat, recycle les sachets plastiques pour en faire des objets divers.

Cette activité qui regroupe 79 femmes, rencontre cependant des difficultés matérielles dont le manque de machines de fonte, de moules de pavés et de tabourets, de hangars et d'électricité. Au nom de la délégation gouvernementale, le ministre de la promotion de la femme, Nestorine Sangaré a dit sa fierté de voir "l’excellent travail fait par ces femmes".

Pour le Premier ministre, ce centre de recyclage des "fameux sachets noirs" est à féliciter. "Il s'agit d'une initiative féminine qui participe à la valorisation de la femme. Le gouvernement apportera un soutien à la hauteur de ses possibilités pour permettre au groupement d'employer encore plus de femmes, de peaufiner son produit et son label et, enfin, de se rapprocher de l'Organisation africaine de la propriété intellectuelle (OAPI) pour garantir ses droits", a-t-il promis.