Le Groupe de contact sur la Libye reconnaît l’opposition libyenne comme unique autorité légitime

ecapital
5 Min de Lecture

"Dorénavant et jusqu'à la mise en place d'une autorité par intérim, les participants ont convenu de traiter le Conseil national de transition comme l'autorité de gouvernement légitime en Libye", a indiqué le communiqué.

La secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton, le secrétaire général de l'OTAN Anders Fogh Rasmussen, et les responsables de 32 pays et de sept organisations internationales ont participé à cette réunion à Istanbul.

"Le groupe de contact réaffirme que le régime de Mouammar Kadhafi n'a plus d'autorité légitime en Libye et que Kadhafi et certains membres de sa famille doivent partir", a souligné le communiqué.

- Advertisement -

Le groupe composé de puissances occidentales et régionales a salué le rôle du CNT dans la conduite du processus de transition en Libye et a apporté son soutien aux efforts visant à élargir sa base populaire afin de réunir tous les Libyens, selon le communiqué.

La réunion a également présenté des principes globaux pour un processus de transition politique en Libye menant à la réconciliation nationale, dans lequel "tous les groupes pourront s'exprimer".

La période de transition reflètera les principes exposés dans la feuille de route du CNT, notamment la formation d'un congrès national, un gouvernement par intérim et un conseil exécutif suprême.

Le groupe a souligné le respect de l'intégrité territoriale, de la souveraineté et de l'unité de la Libye.

Le ministre turc des Affaires étrangères, Ahmet Davutoglu, a déclaré lors d'une conférence de presse juste après la réunion que "les principaux sujets comme la solution politique à la crise libyenne, la situation humanitaire et la structure de l'ère post- Kadhafi ont été traités".

M. Davutoglu a également souligné la décision du groupe de soutenir pleinement l'envoyé spécial de l'ONU pour la Libye, Abdul Ellah al-Khatib, dans ses efforts de négociation avec Tripoli et Benghazi, siège de l'opposition.

"C'est un message clair adressé autant à Tripoli qu'à Benghazi que M. Khatlib est la personne entièrement soutenue par la communauté internationale", a expliqué M. Davutoglu.

"Nous nous sommes mis d'accord sur un point très important aujourd'hui, qui est la reconnaissance du CNT comme unique interlocuteur légitime et voix du peuple libyen", a déclaré le ministre italien des Affaires étrangères, Franco Frattini, aux journalistes.

Financer le CNT a également été fortement encouragé et soutenu par le groupe.

Alors qu'aucun accord n'a été atteint par le groupe pour utiliser les avoirs libyens gelés, les pays comme l'Italie, la Turquie et le Qatar ont choisi d'utiliser unilatéralement les avoirs libyens gelés comme garantie et de débloquer les fonds pour l'opposition libyenne.

Mahmoud Shamam, officiel haut placé du CNT, a déclaré qu'alors que les avoirs gelés de la Libye ont été promis au CNT, l'opposition n'a encore rien reçu de concret

"Des promesses ont été faites selon lesquelles nous devions percevoir 700-800 millions de dollars, mais nous exigeons environ trois milliards de dollars", a-t-il déclaré aux journalistes en marge de la réunion.

Le groupe de contact a également appelé à un cessez-le-feu comme première mesure. La Turquie et d'autres pays islamiques espéraient en effet qu'il entrerait en vigueur avant le début du mois saint pour les musulmans, le Ramadan, le 1er août.

Cependant, l'opposition libyenne a rejeté tout cessez-le-feu pendant le Ramadan, affirmant: "Même le prophète Mohammed s'est battu pendant le Ramadan. Nous continuerons à nous battre pour nos vies".

Les opérations de l'OTAN devraient également se poursuivre: "Je pense que les opérations militaires devraient continuer, mais les efforts politiques doivent augmenter également", a déclaré M. Frattini.

"Il n'est pas possible que Kadhafi reste au pouvoir. Qu'il reste ou non en Libye après, c'est une autre discussion", a-t-il poursuivi.

Le groupe de contact sur la Libye a été formé à Londres le 29 mars pour apporter des conseils politiques à la communauté internationale afin de résoudre la crise en Libye.