Pas de plan de sortie de Kadhafi, a déclaré une ministre sud-africaine

ecapital
2 Min de Lecture

L'Union africaine (UA) "n'a pas de calendrier de départ (…) Nous voulons le maintien du président dans son pays", a déclaré à des journalistes à Pretoria, alors que des syndicats sud-africains manifestaient devant l'ambassade américaine contre les bombardements de l'OTAN en Libye.

Elle estime que l'UA doit avoir un espace politique pour faire face à l'instabilité en Libye.

"L'UA est au centre de toute solution en Libye et ne devrait donc pas être marginalisée ou sapée en aucune façon", a-t-elle martelé.

- Advertisement -

Cela a été perçu par les journalistes comme une référence à l'émission récente par la Cour pénale internationale d'un mandat d'arrêt contre Kadhafi. Cette mesure a été perçue comme sapant les efforts de l'UA sur la Libye.

Mme Nkoana-Mashabane a fait référence à une "feuille de route" de l'UA pour la Libye, qui encourage la transition inclusive et consensuelle dirigée par les Libyens.

Elle a réitéré la nécessité pour l'UA de se voir accorder l'espace politique nécessaire pour mener à bien son mandat qui consiste à poursuivre sa feuille de route à travers son Comité ad hoc de haut niveau. Le président sud-africain Jacob Zuma a un rôle de premier plan au sein du comité de l'UA.

Mme Nkoana-Mashabane a déclaré que, si Kadhafi et le Conseil national de transition libyen (CNT) l'approuvent, la feuille de route conduirait à l'adoption et à la mise en oeuvre des réformes politiques pour résoudre la crise actuelle.