Crise libyenne : les chefs d’Etat de l’UA pour la convocation rapide de négociations

ecapital
2 Min de Lecture

La réunion à huis clos des chefs d'Etat de l'Union africaine (UA) vient de s'achever à Malabo en Guinée équatoriale avec un appel à la « volonté politique » des parties en conflitt, à l'issue de longues heures de discussions qui ont aussi proposé la convocation rapide de négociations ses les auspices de l'organisation et des Nations Unies. La déclaration dont Xinhua a pu obtenir copie souligne la nécessité pour le gouvernement de la Jamahiriya arabe libyenne et le Conseil national de transition (CNT) de « placer l'intérêt suprême de leur pays et de leur peuple au-dessus de toute autre considération, et d'apporter la coopération nécessaire au Comité ad hoc de haut niveau » constitué de 5 chefs d'Etat sur la crise.  Elle réaffirme, sans condamner l'intervention militaire de l'Organisation du Traité de l'Atlantique Nord (OTAN), l'attachement de l'UA à une solution politique à la crise permettant de « répondre aux aspirations légitimes du peuple libyen et de préserver l'unité et l'intégrité territoriale du pays ».  Pour la mise en oeuvre de son plan de paix, l'UA propose la convocation rapide de négociations sous ses auspices et des Nations Unies, avec le soutien de la Ligue des Etats arabes, l'Organisation de la Conférence islamique et l'Union européenne.