L’Algérie souhaite parvenir rapidement avec l’UE à un accord sur le démantèlement tarifaire

Afriquinfos Editeur
3 Min de Lecture

"Les avancées enregistrées lors du 5ème round nous permettent d'exprimer notre espoir de voir nos travaux se conclure rapidement par un accord mutuellement profitable", a déclaré M. Medelci lors d'un point de presse animé à Luxembourg à l'issue d'une réunion du Conseil d'association algéro-européenne.

Selon M. Medelci, la révision du démantèlement tarifaire est un travail complexe et exceptionnel du fait qu'il constitue un précédent en la matière entre l'UE et un pays associé. "C'est un travail très complexe, car très technique, mais nous avons l'accord politique pour le conduire à de bons fins", a-t-il souligné.

En dépit d'un pré accord dégagé à Alger, lors du 4ème round sur le report à 2020 au lieu de 2017 du démantèlement tarifaire, les négociations entre les deux parties achoppent encore sur le volet industriel.

- Advertisement -

Fin 2010, l'Algérie avait demandé de décaler de trois années le calendrier de démantèlement tarifaire des produits importés de la communauté, motivant sa requête par le besoin d'accorder une période supplémentaire aux entreprises algériennes afin de se préparer à la concurrence accrue qui sera imposée avec la création de la zone de libre échange algéro-européenne.

L'accord d'association, mis en oeuvre en 2005, prévoit à cet effet le démantèlement graduel de deux listes de produits européens à l'importation en Algérie, dont l'une sera complètement démantelée en 2012.

Mais le même document accorde en parallèle aux deux parties la possibilité de geler de trois années l'application de ce démantèlement si les échanges commerciaux sont déséquilibrés et profitent seulement à une seule partie.

L'Union européenne (UE) soutient toujours toutes formes de coopération et d'intégration régionale en Afrique du Nord et estime que la coopération qui est en train de se mettre en place entre l'Algérie et le Maroc est de bon augure, a indiqué lundi la présidence hongroise de l'UE.

Cette position de l'UE a été réaffirmée par le ministre hongrois des Affaires étrangères, Janos Martonyi, devant la presse à l'issue de la 6e réunion du Conseil d'association Algérie-UE, organisée lundi à Luxembourg.