Le ministre soudanais de la Défense affirme que les opérations de l’armée se poursuivent à Kordofan

Afriquinfos Editeur
3 Min de Lecture

Le ministre soudanais de la Défense Abdel Rahim Mohamed Hussein, a déclaré lundi que les opérations de l'armée soudanaise se poursuivent dans l'Etat de Kordofan du Sud pour nettoyer les poches restant des combattants de l'Armée populaire de libération du Soudan (SPLA) dans la région.

"Nos opérations se poursuivent pour nettoyer certaines poches où les membres rebelles, appartenant à la SPLA, se trouvent. Nous avons réussi à rétablir la sécurité et la stabilité dans la plupart des zones du Kordofan," a indiqué M.Hussein dans une déclaration présentée lundi au Conseil des États soudanais.

Le ministre a réfuté les informations relayées par l'Occident selon lesquelles l'armée soudanaise a commis des atrocités contre les civils dans la région du Kordofan, en disant "nos opérations ont été caractérisées par un souci de respect de la vie des citoyens et de leurs biens, d'où une plus longue durée des opérations."

- Advertisement -

"Nous rejetons ces accusations qui témoignent que certains pays occidentaux pratiquent encore la politique de deux poids deux mesures, car ils n'ont pas condamné les violations répétées de la SPLA dans la région et ils ont, au contraire, condamné l'armée pour avoir accompli son devoir en assurant la sécurité et la stabilité", a-t-il ajouté.

Il a, en outre, rappelé que l'armée soudanaise était engagée à protéger les citoyens, à assurer la sécurité et la stabilité et à imposer la souveraineté de l'Etat, affirmant que "les forces armées ne peuvent pas choisir une position intermédiaire lorsqu'il s'agit de la sécurité et la sureté des citoyens ".

Il a réaffirmé que l'armée soudanaise était attachée au respect des articles de l'Accord de paix global (APG) et a appliqué le protocole à 100 %, ajoutant que la SPLA n'a tenu que 37,7 % de ses engagements vis-à-vis des Nations unies et de la Commission d'évaluation qui supervisent l'application de l'Accord.

La région du Kordofan, à la frontière entre le nord et le sud du Soudan, a été témoin des affrontements armés depuis le 5 juin, seulement un mois avant la déclaration officielle d'indépendance du Sud-Soudan le 9 juillet.