Afrique du Sud : Zuma appelé à ne pas promulguer la loi de sécurité

Afriquinfos Editeur 9 Vues
2 Min de Lecture

L'Assemblée nationale a adopté cette loi qui prévoit que 51 % des compagnies de sécurité privée devront être contrôlées par des Sud-Africains. Cette loi limitera donc la part de capitaux étrangers à 49 %.

La SACCI a dit avoir organisé une réunion de panel pour élargir le débat sur cette question et débattre de manière détaillée des raisons pour lesquelles cette disposition des 51 % poserait des problèmes considérables.

Des inquiétudes ont été exprimées sur le fait que la Loi sur la sécurité pourrait être contraire à un certain nombre d'engagements internationaux.

"La loi sur la sécurité contrariera sérieusement nos partenaires commerciaux comme le Royaume-Uni, la Suisse et les États-Unis. Si l'Afrique du Sud applique la Loi sur la sécurité, il est très probable que nos partenaires commerciaux adoptent en représailles des tarifs douaniers plus élevés sur les importations ", a déclaré Peter Draper, PDG de Tutwa Consulting.

Le SACCI appelle le gouvernement à respecter les Évaluations d'impact réglementaires (RIA) comme mesure de sauvegarde pour éviter les conséquences indésirables et imprévues de certaines propositions législatives, et à apaiser la tendance actuelle à accroître l'interventionnisme des autorités réglementaires dans l'activité commerciale, a déclaré à Johannesburg Neren Rau, PDG de Sacci.

Jeudi également, l'Alliance démocratique (DA), parti d'opposition, a appelé M. Zuma à ne pas ratifier cette loi.

La députée du DA Dianne Kohler-Barnard a lancé cet appel lors d' un débat parlementaire sur le discours sur l'État de la nation prononcé mardi par M. Zuma.

Mme Kohler-Barnard a estimé que cette loi, si elle était promulguée, freinerait considérablement les investissements étrangers.