Burkina Faso: Le gouvernement se satisfait de l’exécution du budget de gestion 2011

Afriquinfos Editeur
3 Min de Lecture

Agenda

mai 2024
L M M J V S D
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

Faisant la situation d'exécution du budget de l'Etat au 31 décembre 2011, le rapport estime que les résultats de la gestion budgétaire sont globalement satisfaisants grâce notamment à la mise en œuvre des orientations budgétaires et les actions entreprises dans le cadre du suivi de l'exécution du budget et de la trésorerie.

Il ressort du rapport que les deux soldes caractéristiques de gestion budgétaire, à savoir le solde budgétaire courant et le solde budgétaire global sont respectivement excédentaires de 95,300 milliards de F CFA et de 85,3 milliards.

Apprécié sous l'angle des opérations financières de l'Etat qui prend en compte les opérations de trésorerie, le solde global, sur la base des engagements, a été déficitaire de 123,5 milliards contre 243,37 milliards de F CFA.

- Advertisement -

Toutefois, le niveau global de mobilisation des ressources, établi à fin décembre 2011 à 1 245,78 milliards de F CFA pour une prévision annuelle révisée de 1 259,06 milliards, a été remarquable.

Selon le rapport, le taux de recouvrement global a ainsi atteint le niveau record de 98,90% contre 90,40% en 2010 et les réalisations ont connu une hausse de 163,96 milliards, soit 15,16% d'un exercice à l'autre.

Concernant les marchés publics, 1 246 dossiers d'un montant total de 240,70 milliards de F CFA ont été prévus pour être traités en 2011. De l'ensemble de ces dossiers, 1 097 ont été exécutés, soit un taux de réalisation de 88,04%.

Au 31 décembre 2011, rappelle le rapport, un total de 1 802 mandats fournisseurs d'un montant de 53,38 milliards de F CFA a été payé contre 1 893 mandats pour 40,77 milliards de F CFA à la même période en 2010.

Dans l'ensemble, le gouvernement estime que des efforts ont été déployés par les différents acteurs afin de réduire les délais de paiement de la dépense publique.

Pourtant, les opérateurs économiques bénéficiaires de marchés de l'Etat déplorent que le gouvernement traîne encore les pieds pour honorer ses factures, et que le travail doit être poursuivi pour réduire un peu plus les délais de paiement.

La société civile et les syndicats, pour leur part, estiment qu'au lieu de se satisfaire de l'exécution du budget 2011, l'Etat devrait plutôt s'investir dans les secteurs sociaux de base tels que la santé et l'éducation en revoyant à la hausse la part du budget consacrée à ces secteurs.