Revue de la presse ivoirienne du 26 janvier

Afriquinfos Editeur 7 Vues
3 Min de Lecture

FRATERNITE MATIN

Le président ivoirien Alassane Ouattara est à Paris depuis mercredi. A sa descente d'avion, il a été accueilli par le ministre français de l'Intérieur Claude Guéant. Après la revue des troupes, Alassane Ouattara a échangé au salon d'honneur avec Claude Guéant avant de prendre un bain de foule. "Les relations entre la Côte d'Ivoire et la France sont des relations d'amitié historique. Et je pense que nous allons les consolider davantage. Il y a vraiment un sentiment de gratitude qui m'anime pour tout ce qui se passe entre la France et la Côte d'Ivoire ces derniers temps. Ce sont des moments de retrouvailles donc des moments de bonheur pour les Ivoiriens. Et je dis aux Ivoiriens que chacun doit être ambassadeur de la Côte d'Ivoire en France. Et je suis sûr que ce sera le cas", a déclaré le président Ouattara qui entend positionner la Côte d'Ivoire sur l'échiquier international.

LE MANDAT

L'équipe ivoirienne dont la prestation de dimanche a laissé des traces de fébrilité dans les différents secteurs de jeu sera, sans doute, remaniée contre le Burkina Faso, ce jeudi, à la faveur du deuxième match de poule. Pour le sélectionneur des Eléphants François Zahoui, il s'agit de donner un coup de fouet au groupe, dans une opposition jugée difficile, mais surtout confirmer l'idée selon laquelle chez le onze ivoirien, tous les joueurs se valent. Il s'agit d'une rencontre capitale, un derby ouest-africain à l' enjeu gargantuesque. Le sélectionneur des Eléphants en est conscient. "C'est un match très important pour les deux équipes. C' est le deuxième match de la poule. Ce sera un derby. Les étalons du Burkina Faso ayant raté leur première sortie, ils seront très déterminés et vaillants en vue de se relancer. On reste sereins tout de même. Nous sommes préparés à toutes éventualités. Les joueurs sont motivés à 200%", assure-t-il.

NORD-SUD

Le procureur de la République près le tribunal d'Abidjan- Plateau, Simplice Koffi Kouadio, a procédé mercredi à l'exhumation du premier corps de victimes de la crise post-électorale enterrés dans le quartier précaire de Doukouré, à Yopougon. L'espace où les corps ont été enfouis était destiné à la construction d'une école coranique. Selon des sources dignes de foi, c'est là que se trouvent les 67 corps enterrés dont 29 corps dans une fosse commune. Selon le procureur de la République, il a été signalé l' existence de plusieurs fosses communes au quartier Doukouré de Yopougon. Des fosses susceptibles de contenir des corps humains, a- t-il précisé. "Les enquêteurs continuent leurs investigations pour déterminer le nombre exact de corps", a-t-il dit.