Guinée : l’opposition "radicale » aurait accepté son retour au dialogue inclusif

Afriquinfos Editeur 5 Vues
2 Min de Lecture

Selon le président du comité de facilitation du dialogue inclusif, Albert David Gomez, cette étape est une avancée très significative atteinte grâce à une série de concertation avec les acteurs politiques de l'opposition, de la mouvance et du centre.

Il a indiqué que la discussion doit continuer avec cette classe politique de l'opposition radicale, qui a quitté le dialogue il y a plus de deux semaines.

Il a précisé que le comité de facilitation va prendre en compte les revendications de l'opposition dans la formulation des thématiques du dialogue, afin que les résultats des travaux soient consensuels.

"Les partis sont tous pour nous, une famille politique et sont sur les mêmes pieds d'égalité ", a indiqué M. Gomez, qui estime que personne ne doit être exclue du cadre du dialogue pour quelque motif que ce soit.

Pour lui, le facteur de blocage du dialogue est presque levé puisque toutes les parties concernées sont d'accords pour l'existence des centristes, comme une force politique "neutre'' et non "alignée''.

M. Gomez estime que le dialogue sera couronné de succès, parce que "toutes les tendances confondues viendront discuter de l'avenir de la Guinée et les éventuelles élections législatives, communales et communautaires en 2012.