Point de presse du maire de Bobo-Dioulasso sur l’affaire du marché des légumes

Afriquinfos Editeur 7 Vues
2 Min de Lecture

Entouré de ses proches collaborateurs, le maire Salia Sanou a d’abord, au nom du conseil municipal, présenté ses vœux du nouvel an à la presse. Puis, dans le vif du sujet, le maire a déclaré aux journalistes que l’ancien marché des légumes où des vendeuses tenaient à rester ne réunissait plus les conditions sécuritaires et hygiéniques minima, car situé aux abords de la voie publique, à la merci du soleil et de la pluie. « Ainsi, nous comprenons difficilement la réaction de ce groupe qui refuse de rejoindre le nouveau marché. A ce groupe également, nous avons pris tout le temps d’expliquer la justesse de notre politique de modernisation de la cité et l’intérêt à rejoindre le nouveau marché », a ajouté le maire de la commune.

A propos du déploiement des forces de sécurité, le maire s’est justifié : « C’est après avoir épuisé toutes les voies de dialogue, et même à contre cœur que nous avons fait recours à la force… »

Toutefois, le premier responsable de la commune a déclaré qu’il accueillerait à bras ouverts les vendeuses qui accepteraient de rejoindre le nouveau site, rappelant que des mesures souples, telles que des microcrédits, avaient été prises par la mairie pour aider celles-ci à déménager.

Comme contribution, la presse a dit privilégier les voies pacifiques et a proposé que les autorités municipales puissent prévenir les grognes sociales, par des sensibilisations et du dialogue.

Un bras de fer, rappelle t-on, opposait depuis quatre jours les vendeuses du marché des légumes de Bobo aux forces de l’ordre, les premières refusant de rejoindre le nouveau marché des fruits et légumes.