La Guinée entend remédier aux pertes de 9 millions d’euros subies tous les ans dans les universités privées

Afriquinfos Editeur
2 Min de Lecture

Agenda

mai 2024
L M M J V S D
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

Les inspecteurs qui seront déployés sur le terrain par le ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique vont évaluer le type d'enseignement dispensé dans ces écoles, ainsi que le niveau du personnel enseignant, selon nos sources.

Il s'agira de voir si les bacheliers orientés dans les universités privées, faute de places dans le public, sont traités de la même façon que leurs camarades inscrits dans les universités publiques.

Cela fait quelques années que des étudiants titulaires du baccalauréat sont affectés dans des établissements d'enseignement supérieur privés, à cause du manque criard d'infrastructures qui affecte le secteur de l'éducation guinéen dans son ensemble.

- Advertisement -

Le gouvernement prend ainsi en charge les frais de scolarité de chacun des étudiants, ce durant toute la durée du cycle d'enseignement universitaire.

Cette option a donné lieu à l'ouverture de nombreuses universités privées dans la capitale, dont la plupart ne répondraient même pas aux normes requises en la matière.

Les fondateurs de ces universités sont accusés de "privilégier les bénéfices tirés de la présence de ces boursiers de l'Etat, au détriment de la qualité de l'enseignement dispensé''.

Pour freiner cette "saignée financière'', le gouvernement d'Alpha Condé envisage sur le moyen terme la construction de quatre grands pôles universitaires dans chacune des quatre régions naturelles, à savoir un à Boké, en Basse Guinée, un à Labé en Moyenne Guinée, un à Kankan en Haute Guinée et un à N'Zérékoré en Guinée forestière.

Ces pôles universitaires une fois construits, pourront ainsi accueillir les étudiants, sans que l'Etat n'ait à recourir aux établissements privés, qui coûteraient énormément chers.