Le transfèrement de Laurent Gbagbo devant la CPI diversement apprécié par les Guinéens

Afriquinfos Editeur
2 Min de Lecture

Agenda

mai 2024
L M M J V S D
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

Cela continue de défrayer la chronique dans la capitale guinéenne.

Même dans les milieux intellectuels, nombreux sont ceux qui auraient souhaité que Laurent Gbagbo soit jugé par la justice de son pays. Et non la justice internationale qu'ils assimilent à une "justice de blancs''.

Norbert Guilavogui, employé de commerce ne cache pas son amertume suite à ce transfèrement de Laurent Gbagbo devant la Haye.

- Advertisement -

Si ce quinquagénaire reconnait que l'ancien président ivoirien, a péché par son "entêtement'' à s'accrocher au pouvoir, ce malgré l'appel de la communauté internationale en faveur d'un transfert du pouvoir au vainqueur déclaré de la présidentielle par les Nations Unies qui avaient en charge de superviser le processus, à travers l'ONUCI, à savoir Alhassane Ouattara, il n'est pas du tout d'accord que Gbagbo soit envoyé devant une cour loin de son pays voire du continent.

Toutefois, d'autres y voient un "exemple'' qui pourrait faire des émules. Même en Guinée, vu que le dossier des massacres du 28 septembre n'a toujours trouvé d'issue. Ceux qui soutiennent cet argument pensent que le "mieux'' serait de confier cette affaire à la justice internationale, afin que les gens qui ont commis ces massacres paient pour leurs "crimes''.

L'affaire Gbagbo rappelle un peu le sentiment de frustration qu'avait provoqué chez de nombreux Guinéens la mort de Kadhafi tué lors de la rébellion entretenu par des insurgés libyens, avec l'appui de certains pays comme la France et le Royaume Uni.