Afrique du Sud: Des dizaines de personnes atteintes de maladies psychiatriques sont décédées

Afriquinfos 6 Vues
2 Min de Lecture

Gauteng (© 2017 Afriquinfos) –Les conclusions d’un rapport d’enquête présenté ce mercredi révèle qu’en Afrique du Sud, 94 personnes atteintes de maladies psychiatriques sont décédées par manque de soin ces derniers mois. La responsable de la santé de la province du Gauteng où ont eu lieu ces décès a aussitôt démissionné. Les patients sont décédés après avoir été transférés dans divers établissements de la province pour des raisons budgétaires.

L’année dernière, les autorités de la province ont mis un terme à leur contrat avec un établissement psychiatrique et ont transféré les 1 300 patients dans des ONG communautaires, apparemment pour des raisons financières, conclut le docteur Malegapuru Makgoba, auteur du rapport.

« Le département de la santé de la province a pris des patients souffrant de maladies mentales d’une institution homologuée et les a transférés dans 27 organisations qui n’avaient pas de licence pour opérer, ou alors des licences qui n’étaient pas adaptées pour ce genre de soin. Pas la peine de vous dire qu’il y a un problème de légalité », explique le docteur.

Plusieurs organisations de la société civile, dont l’Association sud-africaine des maladies mentales, ont soulevé leur préoccupation à l’époque. Pour Mark Heywood, outre le manque de qualification de certains établissements ayant reçus des patients, leur transfert s’est fait à la hâte et a été mal préparé : « Certains malades sont décédés parce qu’ils n’ont reçu aucun soin, d’autres parce qu’ils n’auraient pas reçu suffisamment de nourriture. Certains sont décédés car les blessures qu’ils s’étaient infligées n’ont pas été traitées, et d’autres parce qu’ils n’ont pas reçu les médicaments qu’ils devaient prendre. Des 94 personnes décédées, seule une est morte de la maladie dont elle souffrait. »

Heywood déplore le manque de budget et d’intérêt des autorités pour ces patients. Quant au rapport, il souligne que le bilan pourrait s’alourdir et recommande une enquête judiciaire.

Vignikpo Akpéné