Les Nations Unies tirent la sonnette d’alarme face à la famine dont sont victimes des millions de personnes

Rome (© 2020 Afriquinfos)-L’insécurité croissante et les chocs climatiques restent deux principales raison qui vont grimper de manière considérable le nombre de personnes confrontées à un manque critique de nourriture et de moyens de subsistance vitaux dans le centre du Sahel. Cependant, la situation pourrait encore se détériorer à moins que la communauté internationale n’agisse maintenant, ont averti lundi trois agences des Nations Unies.

Selon les dernières analyses du Cadre harmonisé sur la sécurité alimentaire et malgré une production agricole globalement satisfaisante, 3,3 millions de personnes ont besoin d’une assistance immédiate dans le centre du Sahel, indiquent l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) et le Programme alimentaire mondial des Nations Unies (PAM) dans un communiqué conjoint.

Près de 4,8 millions de personnes dans le centre du Sahel seront menacées d’insécurité alimentaire pendant la période de soudure entre juin et août 2020, si aucune mesure appropriée n’est prise d’urgence.

L’escalade sans précédent des besoins humanitaires dans le centre du Sahel est un facteur majeur de la situation alarmante à laquelle l’ensemble de cette région de l’Afrique de l’Ouest sera confrontée en 2020, où le nombre de personnes menacées d’insécurité alimentaire pourrait atteindre un total de 14,4 millions, un niveau qui n’a pas été atteint depuis 2012.

Situation préoccupante au Burkina Faso, au Mali, et au Niger

La situation est particulièrement préoccupante au Burkina Faso, au Mali, et au Niger, où les conflits et leurs impacts sur les communautés sont devenus la principale cause de l’insécurité alimentaire.

Les trois pays connaissent une augmentation du nombre d’incidents de sécurité, notamment des attaques de groupes armés et des conflits communautaires qui entraînent fréquemment des mouvements de population.

Au Burkina Faso en particulier, la situation est alarmante. Le nombre de personnes déplacées à l’intérieur de leur propre pays est désormais six fois plus élevé qu’en janvier 2019, passant de 90.000 à 560.033 en décembre 2019.

Nous assistons à une augmentation vertigineuse de la faim dans le centre du Sahel. Le nombre de personnes en situation d’insécurité alimentaire a doublé après la récolte, alors qu’il aurait dû baisser – Chris Nikoi, Directeur régional du PAM

« À moins que nous ne nous attaquions à ces crises à leurs racines, des millions d’éleveurs et d’agropasteurs continueront d’avoir besoin d’une assistance urgente chaque année, comme c’était le cas en 2019 et comme ce sera le cas en 2020 », a déclaré Robert Guei, Coordonnateur sous-régional de la FAO pour l’Afrique de l’Ouest.

La situation des enfants dans la région reste fragile

Grâce aux efforts collectifs pour fournir des services préventifs et curatifs essentiels, les résultats des enquêtes nationales sur la nutrition de 2019 au Sahel ne montrent pas de déclin immédiat de l’état nutritionnel des enfants.

Cependant, la situation reste fragile avec un taux de malnutrition aiguë globale toujours supérieur ou proche du « seuil grave » de l’OMS au Niger (10,9%) et au Mali (9,4%).

 « Le conflit dans le centre du Sahel est une crise en cascade qui traverse la région, mettant en danger toute une génération d’enfants. Des centaines de milliers d’enfants sont privés d’éducation, vulnérables à l’exploitation et menacés de malnutrition. Les enfants et les jeunes continuent de payer le prix le plus élevé pour une crise qui n’est pas de leur fait. Nous devons agir maintenant avec nos partenaires pour éviter une tragédie », a déclaré Marie-Pierre Poirier, Directrice régionale de l’UNICEF.

I.N.

Lire aussi

Related Posts

None found

Afriquinfos.com © Copyright 2020, Tous droits réservés