Somalie : un premier laboratoire médico-légal pour lutter contre le viol

Mogadiscio (© Afriquinfos 2018)- Corruption des policiers, problèmes dans l’acheminement des échantillons et retards dans l’arrivée d’équipements cruciaux: les défis sont aussi nombreux qu’épineux pour le premier laboratoire médico-légal de Somalie, ouvert fin 2017 avec l’ambition de lutter contre un crime trop rarement puni dans ce pays, le viol.

L’enthousiasme de l’enquêteur en chef de la police de Garowe, capitale de l’Etat semi-autonome du Puntland (nord) où le laboratoire est situé, est pourtant intact. Abdifatah Abdikadir Ahmed se réjouit à l’idée de mener des « enquêtes scientifiques, avec des preuves biologiques impossibles à contester ».

« Pour le moment, celles qui ont été violées se cachent car elles n’ont pas de preuves », rappelle l’enquêteur, qui espère ouvrir la voie à une nouvelle ère de justice pour les nombreuses victimes de viol, dont la parole a souvent peu de poids face aux dénégations des agresseurs.

Mais la justice devra malheureusement attendre encore un peu.

Cinq échantillons d’ADN sont pour l’heure stockés dans les trois congélateurs flambant neufs – qui peuvent en contenir des milliers – de ce laboratoire financé en partie par le Fonds des Nations unies pour la population (UNFPA) et mis à disposition de la police régionale du Puntland.

Le premier échantillon est arrivé début 2018 au bout d’un coton-tige. Il a été prélevé sur les sous-vêtements d’une femme violée du village de Galdogob, emballé dans du papier et transporté sous une chaleur de plomb jusqu’à Garowe, 250 kilomètres de piste plus loin, où deux machines essentielles à leur analyse ne sont, elles,… pas encore arrivées.

Pour Abdirashid Mohamed Shire, chef du laboratoire qui dispose d’une équipe de quatre techniciens prêts à travailler, l’arrivée de ces machines – prévue début avril – est cruciale pour que « justice soit rendue à temps ».

Car si les échantillons peuvent être conservés des années, la loi somalienne autorise la détention d’un suspect de viol pour un maximum de 60 jours.

Ce délai arrive bientôt à terme dans l’affaire de Galdogob, offrant deux options aux autorités: l’ouverture d’un procès avant expiration de ce délai, mais sans les analyses médico-légales, ou la libération du suspect en attendant les résultats du laboratoire, avec le risque qu’il s’évapore dans la nature.

Innocente Nice

 

 

Lire aussi

[custom-related-posts]
Afriquinfos.com © Copyright 2020, Tous droits réservés