Kenya, Rwanda : des Etats en pointe dans l’utilisation de l’intelligence artificielle pour combler les retards sanitaires en Afrique

Kigali (© 2020 Afriquinfos)- Si ne n’était pas déjà le cas, la crise sanitaire liée à la propagation de la Covid-19, a mis à nue la fragilité des systèmes de santé sur le continent. Selon un récent rapport produit à l’initiative de la Fondation Norvatis et Microsoft, les technologies de la santé basées sur l’Intelligence Artificielle (IA) pourraient permettre à l’Afrique de combler ses retards  dans le domaine de la santé. Certains pays comme le Kenya et le Rwanda l’ont déjà compris et multiplient les investissements dans les données et l’IA.

Le rapport « Réinventer la santé mondiale grâce à l’intelligence artificielle : la feuille de route vers la maturité de l’IA » dirigé par la Fondation Norvatis et Microsoft soutient que « les pays à revenu faible et intermédiaire pourraient bientôt dépasser les pays à revenu élevé dans leur adoption de nouvelles technologies de santé basées sur l’IA ». «Des technologies telles que les plates-formes mobiles d’échange, les services bancaires électroniques, le commerce électronique et même les applications de Blockchain ont souvent été adoptées plus rapidement et de manière plus complète dans les pays à revenu faible et intermédiaire que dans les pays à revenu élevé. L’adoption des technologies de la santé suivra probablement la même tendance, avec la transformation numérique accélérée par la pandémie COVID-19 », précise le document

La pandémie marquée par une adoption de la distanciation sociale pour se prémunir du virus a en effet favorisé l’utilisation des technologies telles que les diagnostics basés sur l’IA.

En Afrique certains pays font figure de bons élèves dans l’utilisation de ces technologies. En tête, le Rwanda avec ses 2 millions d’utilisateurs (un tiers de la population adulte) en mai 2020 du service de conseil en santé numérique. Viennent ensuite des pays comme la Tanzanie où une application mobile de diagnostic basée sur l’IA  compte un peu  plus de 800 000 téléchargements ou encore le Kenya : «Ici, au Kenya, nous avons été parmi les leaders mondiaux dans l’adoption des services bancaires mobiles, qui ont ensuite été repris dans toute l’Afrique. Il n’y a aucune raison pour que cela ne se reproduise pas également avec les technologies de la santé », a déclaré Racey Muchilwa, responsable de Novartis Afrique Sub-Saharienne.

Norvatis et Microsoft incitent donc les pays africains à investir dans les données et l’IA. «De nombreux pays sont mal préparés à faire face à une nouvelle maladie émergente telle que la COVID-19, en plus du fardeau actuel des maladies infectieuses et de la marée toujours croissante de maladies chroniques. La technologie numérique et l’IA sont des catalyseurs essentiels pour repenser les systèmes de santé, afin qu’ils passent de la réactivité à la proactivité, puis à la prédiction et même à la prévention », a déclaré le Dr Ann Aerts, directrice de la Fondation Novartis et coprésidente du groupe de travail de la Commission sur le digital et l’IA dans la santé, qui a rédigé le rapport.

 

Boniface T.

Lire aussi

[custom-related-posts]
Afriquinfos.com © Copyright 2020, Tous droits réservés