République centrafricaine : 134 millions de dollars requis pour l’aide humanitaire

Afriquinfos Editeur
3 Min de Lecture

Agenda

mai 2024
L M M J V S D
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

Au total, 105 projets répartis dans le Processus d'appel consolidé (CAP) pour une durée de 12 mois visent à sauver des vies et réduire la vulnérabilité des personnes touchées par le conflit, a précisé le Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA) dans un communiqué de presse.

« Au cours des deux dernières années, les appels consolidés pour la RCA ont reçu moins de 50% de financement. Ce faible taux est une grande préoccupation pour les acteurs humanitaires, en particulier en raison des besoins persistants. Je demande donc instamment à la communauté internationale d'accroître son soutien à la RCA, en finançant les projets inclus dans le CAP 2012 », a déclaré le Dr. Zakaria Maïga, Coordonnateur humanitaire des Nations Unies par intérim en RCA.

Les projets présentés par les Nations Unies et les organisations non gouvernementales dans le CAP, ciblent 1,9 million de bénéficiaires (plus de 45% de la population estimée). « La communauté internationale est invitée à contribuer généreusement et rapidement, afin d'atténuer les souffrances et de réduire la vulnérabilité d'un pays affecté par les conflits armés sporadiques », souligne le communiqué de presse.

- Advertisement -

L'argent permettra notamment de délivrer une assistance à près de 20.000 réfugiés, à 94.000 déplacés internes (dont 21.500 personnes nouvellement déplacées en 2012), à 71.000 rapatriés ainsi qu'aux communautés hôtes. Malgré des années d'aide humanitaire, la situation en RCA demeure fragile, avec une violence récurrente qui menace la résilience d'une population déjà affaiblie.

L'objectif des acteurs humanitaires est de s'assurer que les personnes touchées par les conflits et autres crises humanitaires accèdent aux services de base, de promouvoir le respect de leurs droits humains fondamentaux, de renforcer les capacités des personnes touchées par la crise et d'encourager leur autonomisation. Selon Jean-Sébastien Munié, d'OCHA en RCA, « la plupart des acteurs humanitaires décrivent la crise comme étant une urgence oubliée et aggravée par l'insuffisance de financement. En raison d'un niveau d'extrême vulnérabilité, la plupart des incidents conduisent à une crise humanitaire, nécessitant une aide d'urgence. Un appui encore plus substantiel de la part des donateurs est donc essentiel ».