Les conflits ethniques font plus de 50 morts au Soudan du Sud

Afriquinfos Editeur 6 Vues
3 Min de Lecture

Un responsable du gouvernement a révélé sous couvert d'anonymat que la récente vague de violence qui a éclaté dans cet Etat s'était poursuivie mercredi, des jeunes de la tribu Murle ayant lancé une attaque de représailles sur la préfecture d'Uror, où ils ont incendié des villages et volé plusieurs têtes de bétails.

"Plus de 50 personnes ont été tuées, en majorité des femmes et des enfants, sans compter un certain nombre de blessés", a ajouté le responsable.

Des jeunes hommes en armes de la tribu Murle ont attaqué les villages de Wek et de Panyok, appartenant à la tribu rivale Lou-Nuer, dans le district de Tiam Payam, à partir d 17H00 heure locale (14H00 GMT). L'attaque s'est poursuivie jusqu'à minuit, selon la même source.

Environ 60 000 personnes ont fui la région suite aux affrontements survenus entre les tribus Murle et Lou-Nuer, qui ont éclaté le 23 décembre 2011. Les dernières violences en date ont eu lieu la semaine dernière, selon les informations fournies par les Nations unies.

Les affrontements de mercredi se sont produits lorsque certains réfugiés ont commencé à retourner dans leur village dans cet Etat en proie aux troubles, ont affirmé les autorités locales.

Le commissaire de la préfecture de Pibor, Joshua Konyi, a confirmé mercredi que des réfugiés, essentiellement des femmes, des enfants et des personnes âgées, avaient commencé à rentrer chez eux.

Le commissaire a estimé à environ 3 000 le nombre de personnes tuées dans les violences ethniques entre Murle et Lou-Nuer, chiffre qui n'a pas été vérifié de source indépendante.

"De nouveaux contingents de la police ainsi que des troupes de l'armée du Soudan du Sud sont arrivés en renfort sur les lieux du conflit pour protéger ceux qui ont décidé de rentrer chez eux", a-t-il ajouté.