Afrique
19 août 2020

La Namibie met en garde contre le traitement du Covid par la… bouse d’éléphant

La Namibie a mis en garde mardi sa population contre le recours à la bouse d’éléphant pour traiter le coronavirus, […]

29 juin 2020 Afrique australe

La Namibie en tête du classement des États disposant des meilleures routes en Afrique

Meilleures routes d’Afrique | La Namibie arrache pour la 4ème fois consécutive, la première place africaine dans le classement du […]

Lire la suite »
5 juin 2020 Afrique australe

Namibie/Délicat dossier des Hereros : Vers des excuses officielles de Berlin?

Windhoek (© 2020 Afriquinfos) – L’Allemagne a accepté de présenter des excuses pour les atrocités commises contre les Hereros pendant […]

Lire la suite »
30 mai 2020 Afrique australe

Namibie/Covid-19: le président Geingob a payé une amende pour avoir violé le confinement

Violation du confinement par le président namibien | Alors que la Namibie a décrété un confinement total depuis mars dernier […]

Lire la suite »
15 mai 2020 Afrique australe

Namibie: les ministres privés de véhicules jusqu’en 2025

Windhoek (© 2020 Afriquinfos) – Les membres du gouvernement de la Namibie sont privés d’acheter de nouvelles voitures jusqu’en 2025, […]

Lire la suite »

La Namibie, officiellement la République de Namibie, est un pays d’Afrique australe. Sa frontière ouest est l’océan Atlantique ; il partage des frontières terrestres avec la Zambie et l’Angola au nord, le Botswana à l’est et l’Afrique du Sud au sud et à l’est. Bien qu’il ne borde pas le Zimbabwe, moins de 200 mètres du fleuve Zambèze séparent les deux pays. La Namibie a obtenu son indépendance de l’Afrique du Sud le 21 mars 1990, après la guerre d’indépendance de la Namibie. Sa capitale et sa plus grande ville est Windhoek, et c’est un État membre des Nations Unies (ONU), de la Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC), de l’Union africaine (UA) et du Commonwealth des nations. La Namibie, le pays le plus sec d’Afrique subsaharienne, est habitée depuis les temps les plus reculés par les San, Damara et Nama. Vers le 14e siècle, les immigrants bantous sont arrivés dans le cadre de l’expansion bantoue. Depuis lors, les groupes bantous, le plus important étant les Ovambo, dominent la population du pays ; depuis la fin du XIXe siècle, ils constituent une majorité. En 1878, le cap de Bonne-Espérance, alors colonie britannique, annexa le port de Walvis Bay et les îles Pingouin au large des côtes ; ceux-ci sont devenus une partie intégrante de la nouvelle Union de l’Afrique du Sud lors de sa création en 1910. En 1884, l’Empire allemand a établi la domination sur la majeure partie du territoire, formant une colonie connue sous le nom de Sud-Ouest africain allemand. Il a développé l’agriculture et les infrastructures. Entre 1904 et 1908, il a perpétré un génocide contre le peuple Herero et Nama. La domination allemande a pris fin en 1915 avec une défaite par les forces sud-africaines. En 1920, après la fin de la Première Guerre mondiale, la Société des Nations a mandaté l’administration de la colonie en Afrique du Sud. Il a imposé ses lois, y compris les classifications et règles raciales. À partir de 1948, le Parti national étant élu au pouvoir, l’Afrique du Sud a également appliqué l’apartheid à ce qui était alors connu sous le nom d’Afrique du Sud-Ouest.

À la fin du 20e siècle, les soulèvements et les demandes de représentation politique par des militants politiques africains indigènes en quête d’indépendance ont amené l’ONU à assumer la responsabilité directe du territoire en 1966, mais l’Afrique du Sud a maintenu la règle de facto. En 1973, l’ONU a reconnu l’Organisation populaire du Sud-Ouest africain (SWAPO) comme représentant officiel du peuple namibien; le parti est dominé par les Ovambo, qui sont une grande pluralité sur le territoire. Après la poursuite de la guérilla, l’Afrique du Sud a installé une administration intérimaire en Namibie en 1985. La Namibie a obtenu son indépendance totale vis-à-vis de l’Afrique du Sud en 1990. Cependant, Walvis Bay et les îles Pingouin sont restées sous contrôle sud-africain jusqu’en 1994. La Namibie a une population de 2,6 millions d’habitants et une démocratie parlementaire multipartite stable. L’agriculture, l’élevage, le tourisme et l’industrie minière – y compris l’extraction de diamants gemmes, d’uranium, d’or, d’argent et de métaux communs – constituent la base de son économie. Le vaste désert aride du Namib a fait de la Namibie l’un des pays les moins densément peuplés du monde.

L’histoire de la Namibie

Période précoloniale

Les terres arides de la Namibie sont habitées depuis les premiers temps par San, Damara et Nama. Vers le 14ème siècle, les immigrants bantous ont commencé à arriver lors de l’expansion bantoue de l’Afrique centrale. À partir de la fin du XVIIIe siècle, les Oorlam de la colonie du Cap ont traversé la rivière Orange et se sont installés dans la région qui est aujourd’hui le sud de la Namibie. Leurs rencontres avec les tribus nomades Nama ont été largement pacifiques. Ils ont très bien accueilli les missionnaires accompagnant l’Oorlam, leur accordant le droit d’utiliser des points d’eau et de pâturer contre un paiement annuel. En route vers le nord, cependant, les Oorlam ont rencontré des clans des OvaHerero à Windhoek, Gobabis et Okahandja, qui ont résisté à leur empiètement. La guerre Nama-Herero a éclaté en 1880, les hostilités ne reflétant qu’après que l’Empire allemand a déployé des troupes dans les endroits contestés et cimenté le statu quo parmi les Nama, Oorlam et Herero. Les premiers Européens à débarquer et à explorer la région ont été les navigateurs portugais Diogo Cão en 1485 et Bartolomeu Dias en 1486, mais les Portugais n’ont pas tenté de revendiquer la zone. Comme la plupart de l’Afrique subsaharienne intérieure, la Namibie n’a été explorée de manière approfondie par les Européens qu’au XIXe siècle. À cette époque, les commerçants et les colons venaient principalement d’Allemagne et de Suède. À la fin du 19e siècle, les randonneurs du Dorsland ont traversé la région sur le chemin du Transvaal vers l’Angola. Certains d’entre eux se sont installés en Namibie au lieu de poursuivre leur voyage.

Règle allemande

La Namibie est devenue une colonie allemande en 1884 sous Otto von Bismarck pour empêcher l’empiètement britannique perçu et était connue comme l’Afrique du Sud-Ouest allemande (Deutsch-Südwestafrika). La Commission Palgrave du gouverneur britannique au Cap a déterminé que seul le port naturel en eau profonde de Walvis Bay valait la peine d’être occupé et l’a donc annexé à la province du Cap, en Afrique du Sud britannique. De 1904 à 1907, les Herero et les Namaqua ont pris les armes contre le colonialisme allemand brutal. Dans une action punitive calculée de la part des occupants allemands, des responsables gouvernementaux ont ordonné l’extinction des indigènes lors du génocide d’OvaHerero et de Namaqua. Dans ce qu’on a appelé le « premier génocide du XXe siècle », les Allemands ont systématiquement tué 10 000 Nama (la moitié de la population) et environ 65 000 Herero (environ 80% de la population). Les survivants, lorsqu’ils ont finalement été libérés, ont été soumis à une politique de dépossession, d’expulsion, de travail forcé, de ségrégation raciale et de discrimination dans un système qui, à bien des égards, anticipait l’apartheid établi par l’Afrique du Sud en 1948. La plupart des Africains étaient confinés dans des territoires dits indigènes qui, sous la domination sud-africaine après 1949, ont été transformés en « patries » (Bantoustans). Certains historiens ont émis l’hypothèse que le génocide allemand en Namibie était un modèle pour les nazis dans l’Holocauste. La mémoire du génocide reste pertinente pour l’identité ethnique en Namibie indépendante et pour les relations avec l’Allemagne. Le gouvernement allemand s’est officiellement excusé pour le génocide namibien en 2004.

Mandat sud-africain

Pendant la Première Guerre mondiale, les troupes sud-africaines dirigées par le général Louis Botha ont occupé le territoire et déposé l’administration coloniale allemande. La fin de la guerre et le Traité de Versailles ont eu pour conséquence que le sud-ouest de l’Afrique restait une possession de l’Afrique du Sud en tant que mandat de la Société des Nations jusqu’en 1990. Le système de mandat a été formé comme un compromis entre ceux qui ont plaidé pour une annexion alliée des anciens territoires allemands et turcs et une proposition avancée par ceux qui souhaitaient les confier à une tutelle internationale jusqu’à ce qu’ils puissent se gouverner eux-mêmes. Il a permis au gouvernement sud-africain d’administrer le sud-ouest de l’Afrique jusqu’à ce que les habitants de ce territoire soient préparés à l’autodétermination politique. L’Afrique du Sud a interprété le mandat comme une annexion voilée et n’a fait aucune tentative pour préparer le Sud-Ouest africain à une future autonomie. À la suite de la Conférence sur l’organisation internationale en 1945, la Société des Nations a été officiellement remplacée par les Nations Unies (ONU) et les anciens mandats de la Ligue par un système de tutelle. L’article 77 de la Charte des Nations Unies stipule que la tutelle des Nations Unies « s’applique … aux territoires actuellement sous mandat » ; en outre, il s’agirait « d’un accord ultérieur sur les territoires des territoires susmentionnés qui seront placés sous le régime de la tutelle et à quelles conditions ». L’ONU a demandé que tous les anciens mandats de la Société des Nations soient remis à son Conseil de tutelle en prévision de leur indépendance. L’Afrique du Sud a refusé de le faire et a plutôt demandé la permission des Nations Unies pour annexer officiellement le Sud-Ouest africain, pour lequel elle a reçu de nombreuses critiques. Lorsque l’Assemblée générale des Nations Unies a rejeté cette proposition, l’Afrique du Sud a rejeté son avis et a commencé à renforcer le contrôle du territoire. L’ONU a répondu en s’en remettant à la Cour internationale de Justice (CIJ), qui a tenu un certain nombre de discussions sur la légalité de la domination sud-africaine entre 1949 et 1966.

L’Afrique du Sud a commencé à imposer l’apartheid, son système codifié de ségrégation raciale et de discrimination, au Sud-Ouest africain à la fin des années 40. Les Sud-Africains noirs étaient soumis à des lois, à des couvre-feux et à une foule de réglementations résidentielles draconiennes qui limitaient fortement leurs déplacements. Le développement était concentré dans la région du pays immédiatement adjacente à l’Afrique du Sud, officiellement appelée «zone de police», où se trouvaient la plupart des colonies et des mines de l’époque coloniale allemande. En dehors de la zone de police, les peuples autochtones étaient limités à des patries tribales théoriquement autonomes. À la fin des années 50 et au début des années 60, la pression pour la décolonisation mondiale et l’autodétermination nationale a commencé à monter sur le continent africain ; ces facteurs ont eu un impact radical sur le nationalisme sud-ouest africain. Les premières organisations nationalistes telles que l’Union nationale du Sud-Ouest africain (SWANU) et l’Organisation du peuple du Sud-Ouest africain (SWAPO) ont fait des efforts déterminés pour établir des structures politiques autochtones pour un Sud-Ouest africain indépendant. En 1966, suite à la décision controversée de la CIJ selon laquelle elle n’avait pas la capacité juridique d’examiner la question de la domination sud-africaine, la SWAPO a lancé une insurrection armée qui a dégénéré en partie d’un conflit régional plus large connu sous le nom de guerre des frontières sud-africaines.

Indépendance

Alors que l’insurrection de la SWAPO s’intensifiait, les arguments de l’Afrique du Sud en faveur de l’annexion à la communauté internationale ont continué de décliner. L’ONU a déclaré que l’Afrique du Sud avait manqué à ses obligations d’assurer le bien-être moral et matériel des habitants autochtones du Sud-Ouest africain et avait ainsi renié son propre mandat. Le 12 juin 1968, l’Assemblée générale des Nations Unies a adopté une résolution proclamant que, conformément aux désirs de son peuple, l’Afrique du Sud-Ouest serait rebaptisée Namibie. La résolution 269 du Conseil de sécurité des Nations Unies, adoptée en août 1969, a déclaré illégale la poursuite de l’occupation de la Namibie par l’Afrique du Sud. En reconnaissance de cette décision historique, la branche armée de la SWAPO a été renommée Armée populaire de libération de Namibie (PLAN).

La Namibie est devenue l’un des points chauds des conflits par procuration de la guerre froide en Afrique australe au cours des dernières années de l’insurrection du PLAN. Les insurgés ont cherché des armes et envoyé des recrues en Union soviétique pour une formation militaire. La direction politique de la SWAPO, dépendante de l’aide militaire des Soviétiques, de Cuba et de l’Angola, a positionné le mouvement au sein du bloc socialiste en 1975. Cette alliance pratique a renforcé la perspective dominante de la SWAPO en tant que mandataire soviétique, qui a dominé l’idéologie de la guerre froide en Afrique du Sud et aux États-Unis. Pour sa part, l’Union soviétique a soutenu la SWAPO en partie parce qu’elle considérait l’Afrique du Sud comme un allié régional de l’Ouest.

La lassitude croissante face à la guerre et la réduction des tensions entre les superpuissances ont contraint l’Afrique du Sud, l’Angola et Cuba à adhérer à l’Accord tripartite, sous la pression de l’Union soviétique et des États-Unis. L’Afrique du Sud a accepté l’indépendance de la Namibie en échange du retrait militaire cubain de la région et d’un engagement angolais de cesser toute aide à PLAN. PLAN et l’Afrique du Sud ont adopté un cessez-le-feu informel en août 1988 et un Groupe d’assistance des Nations Unies pour la transition (UNTAG) a été formé pour surveiller le processus de paix en Namibie et superviser le retour des réfugiés. Le cessez-le-feu a été rompu après que PLAN a effectué une dernière incursion dans le territoire, peut-être en raison de l’incompréhension des directives de l’UNTAG, en mars 1989. Un nouveau cessez-le-feu a ensuite été imposé à la condition que les insurgés soient confinés dans leurs bases extérieures en Angola jusqu’à ce qu’ils puissent être désarmés et démobilisés par l’APRONUC. À la fin de la période de transition de 11 mois, les dernières troupes sud-africaines avaient été retirées de la Namibie, tous les prisonniers politiques avaient obtenu l’amnistie, la législation raciale discriminatoire avait été abrogée et 42 000 réfugiés namibiens étaient rentrés chez eux. Un peu plus de 97% des électeurs éligibles ont participé aux premières élections législatives du pays organisées dans le cadre d’un suffrage universel. Le plan des Nations Unies prévoyait une surveillance par des observateurs électoraux étrangers afin de garantir des élections libres et équitables. La SWAPO a remporté une pluralité de sièges à l’Assemblée constituante avec 57% des suffrages. Cela a donné au parti 41 sièges, mais pas la majorité des deux tiers, ce qui lui aurait permis de rédiger lui-même la constitution. La Constitution namibienne a été adoptée en février 1990. Elle prévoyait une protection des droits de l’homme et une indemnisation pour les expropriations de biens privés par l’État et instituait un pouvoir judiciaire, un pouvoir législatif et une présidence exécutive indépendants (l’assemblée constituante devenait l’assemblée nationale). Le pays est officiellement devenu indépendant le 21 mars 1990. Sam Nujoma a prêté serment en tant que premier président de la Namibie lors d’une cérémonie à laquelle a assisté Nelson Mandela d’Afrique du Sud (qui avait été libéré de prison le mois précédent) et des représentants de 147 pays, dont 20 chefs d’État. En 1994, après les premières élections multiraciales en Afrique du Sud, ce pays a cédé Walvis Bay à la Namibie.

Après l’indépendance

Depuis l’indépendance, la Namibie a achevé la transition du régime d’apartheid de la minorité blanche à la démocratie parlementaire. La démocratie multipartite a été introduite et a été maintenue, avec des élections locales, régionales et nationales organisées régulièrement. Plusieurs partis politiques enregistrés sont actifs et représentés à l’Assemblée nationale, bien que la SWAPO ait remporté toutes les élections depuis l’indépendance. Le passage du régime de 15 ans du président Nujoma à son successeur Hifikepunye Pohamba en 2005 s’est déroulé sans heurts. Depuis l’indépendance, le gouvernement namibien a promu une politique de réconciliation nationale. Il a délivré une amnistie pour ceux qui ont combattu de part et d’autre pendant la guerre de libération. La guerre civile en Angola a débordé et affecté les Namibiens vivant dans le nord du pays. En 1998, des soldats des Forces de défense namibiennes (NDF) ont été envoyés en République démocratique du Congo dans le cadre d’un contingent de la Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC). En 1999, le gouvernement national a annulé une tentative de sécession dans le nord-est de la bande de Caprivi. Le conflit de Caprivi a été initié par l’Armée de libération de Caprivi (CLA), un groupe rebelle dirigé par Mishake Muyongo. Il voulait que la bande de Caprivi fasse sécession et forme sa propre société.

La politique de la Namibie

La Namibie est une république démocratique représentative unitaire semi-présidentielle. Le Président de la Namibie est élu pour un mandat de cinq ans et est à la fois le chef de l’État et le chef du gouvernement. Tous les membres du gouvernement sont individuellement et collectivement responsables devant le législateur. La Constitution de la Namibie décrit ce qui suit en tant qu’organes du gouvernement du pays : exécutif : le pouvoir exécutif est exercé par le président et le gouvernement, ; législature : la Namibie a un Parlement bicaméral avec l’Assemblée nationale comme chambre basse et le Conseil national comme chambre haute ;  pouvoir judiciaire : la Namibie dispose d’un système de tribunaux qui interprètent et appliquent la loi au nom de l’État. Alors que la constitution prévoyait un système multipartite pour le gouvernement namibien, le parti SWAPO est dominant depuis l’indépendance en 1990.

L’économie de la Namibie

L’économie de la Namibie est étroitement liée à celle de l’Afrique du Sud en raison de leur histoire commune. Les principaux secteurs économiques sont l’exploitation minière (10,4% du produit intérieur brut en 2009), l’agriculture (5,0%), la fabrication (13,5%) et le tourisme. La Namibie possède un secteur bancaire très développé avec une infrastructure moderne, comme les services bancaires en ligne et les services bancaires par téléphone portable. La Banque de Namibie (BoN) est la banque centrale de Namibie chargée de remplir toutes les autres fonctions normalement exercées par une banque centrale. Il existe 5 banques commerciales agréées BoN en Namibie : Bank Windhoek, First National Bank, Nedbank, Standard Bank et Small and Medium Enterprises Bank. Selon le rapport 2012 de la Namibie sur la population active, réalisé par la Namibia Statistics Agency, le taux de chômage du pays est de 27,4%. Le « chômage sévère » (personnes cherchant activement un emploi à temps plein) était de 20,2% en 2000, 21,9% en 2004 et a grimpé à 29,4% en 2008. Selon une définition plus large (y compris les personnes qui ont renoncé à chercher un emploi), le chômage a augmenté à 36,7% en 2004. Cette estimation considère les personnes de l’économie informelle comme occupées. Le ministre du Travail et des Affaires sociales, Immanuel Ngatjizeko, a salué l’étude de 2008 comme « de loin supérieure en termes de portée et de qualité à toutes celles qui étaient disponibles auparavant », mais sa méthodologie a également été critiquée. En 2004, une loi sur le travail a été adoptée pour protéger les personnes contre la discrimination au travail résultant de la grossesse et du statut VIH / SIDA. Début 2010, le gouvernement a annoncé que « dorénavant 100% de toute la main-d’œuvre non qualifiée et semi-qualifiée devait provenir, sans exception, de la Namibie ».

En 2013, Bloomberg, le fournisseur mondial d’informations commerciales et financières, a nommé la Namibie la première économie de marché émergente en Afrique et la 13e meilleure au monde. Seuls quatre pays africains figuraient dans la liste des 20 meilleurs marchés émergents dans le numéro de mars 2013 du magazine Bloomberg Markets, et la Namibie était classée devant le Maroc (19e), l’Afrique du Sud (15e) et la Zambie (14e). Dans le monde, la Namibie a également mieux réussi que la Hongrie, le Brésil et le Mexique. Le magazine Bloomberg Markets a classé le top 20 en fonction de plus d’une douzaine de critères. Les données proviennent des propres statistiques de Bloomberg sur les marchés financiers, des prévisions du FMI et de la Banque mondiale. Les pays ont également été notés dans des domaines présentant un intérêt particulier pour les investisseurs étrangers : la facilité de faire des affaires, le niveau de corruption perçu et la liberté économique. Pour attirer les investissements étrangers, le gouvernement a amélioré la réduction des formalités administratives résultant d’une réglementation gouvernementale excessive, faisant de la Namibie l’un des endroits les moins bureaucratiques pour faire des affaires dans la région. Les paiements de facilitation sont parfois exigés par les douanes en raison de procédures douanières lourdes et coûteuses. La Namibie est également classée parmi les pays à revenu intermédiaire de la tranche supérieure par la Banque mondiale et se classe 87e sur 185 économies en termes de facilité de faire des affaires. Le coût de la vie en Namibie est relativement élevé car la plupart des marchandises, y compris les céréales, doivent être importées. Sa capitale, Windhoek, est le 150e endroit le plus cher au monde pour les expatriés.

L’imposition en Namibie comprend l’impôt sur le revenu des particuliers, qui s’applique au total du revenu imposable d’un particulier. Tous les individus sont imposés à des taux marginaux progressifs sur une série de tranches de revenu. La taxe sur la valeur ajoutée (TVA) s’applique à la plupart des produits et services. Malgré la nature éloignée d’une grande partie du pays, la Namibie possède des ports maritimes, des aéroports, des autoroutes et des chemins de fer (à voie étroite). Il cherche à devenir une plaque tournante du transport régional ; il a un important port maritime et plusieurs voisins sans littoral. Le plateau central sert déjà de couloir de transport entre le nord, plus densément peuplé, et l’Afrique du Sud, source des quatre cinquièmes des importations namibiennes.

La disparité des revenus

Selon des statistiques récentes sur la part de revenu du pays détenue par les 10% les plus élevés, la Namibie est un pays avec une disparité de revenu substantielle. Les données indiquent que la part de revenu actuelle détenue par les 10% les plus élevés est d’environ 51,8%. Cette disparité illustre l’écart important entre les riches et les pauvres. Un autre chiffre décrit l’écart de pauvreté : les personnes vivant avec 2 USD ou moins dans le pays représentent environ 17,72% de la population.

Le tourisme

Le tourisme est un contributeur majeur (14,5%) au PIB de la Namibie, créant des dizaines de milliers d’emplois (18,2% de tous les emplois) directement ou indirectement et desservant plus d’un million de touristes par an. Le pays est une destination de choix en Afrique et est connu pour l’écotourisme, qui présente la faune sauvage de la Namibie. Il existe de nombreux lodges et réserves pour accueillir les éco-touristes. La chasse sportive et trophée est également une composante importante et croissante de l’économie namibienne, représentant 14% du tourisme total en 2000, soit 19,6 millions de dollars américains, la Namibie abritant de nombreuses espèces recherchées par les chasseurs sportifs internationaux.  En outre, les sports extrêmes tels que le sandboard, le parachutisme et le 4×4 sont devenus populaires, et de nombreuses villes ont des entreprises qui proposent des visites. Les endroits les plus visités comprennent la capitale de Windhoek, Caprivi Strip, Fish River Canyon, Sossusvlei, le Skeleton Coast Park, Sesriem, Etosha Pan et les villes côtières de Swakopmund, Walvis Bay et Lüderitz. Windhoek joue un rôle très important dans le tourisme namibien en raison de sa situation centrale et de sa proximité avec l’aéroport international Hosea Kutako. Selon la Namibia Tourism Exit Survey, qui a été produite par la Millennium Challenge Corporation pour la Direction namibienne du tourisme, 56% de tous les touristes visitant la Namibie en 2012-13 ont visité Windhoek. De nombreux organismes para-étatiques et organes directeurs namibiens liés au tourisme, tels que Namibia Wildlife Resorts, Air Namibia et l’Office namibien du tourisme, ainsi que des associations professionnelles liées au tourisme en Namibie, telles que la Hospitality Association of Namibia, ont leur siège à Windhoek. Il existe également un certain nombre d’hôtels notables à Windhoek, tels que Windhoek Country Club Resort, et certaines chaînes hôtelières internationales, telles que Avani Hotels and Resorts et Hilton Hotels and Resorts. Le principal organe directeur de la Namibie en matière de tourisme, le Namibia Tourism Board (NTB), a été créé par une loi du Parlement : la Namibia Tourism Board Act, 2000 (Act 21 of 2000). Ses principaux objectifs sont de réglementer l’industrie du tourisme et de commercialiser la Namibie en tant que destination touristique. Il existe également un certain nombre d’associations professionnelles qui représentent le secteur du tourisme en Namibie, telles que la Fédération des associations touristiques de Namibie (l’organisme de coordination pour toutes les associations touristiques en Namibie), l’Association hôtelière de Namibie, l’Association des agents de voyages namibiens, Car Association de location de Namibie et Association de tourisme et safari de Namibie.

La démographie de la Namibie

La Namibie a la deuxième plus faible densité de population de tous les pays souverains, après la Mongolie. En 2017, il y avait en moyenne 3,08 habitants au km². Le taux de fécondité total en 2015 était de 3,47 enfants par femme selon l’ONU.

L’éducation de la Namibie

La Namibie a un enseignement gratuit pour les niveaux d’enseignement primaire et secondaire. Les niveaux 1 à 7 sont du niveau primaire, les niveaux 8 à 12 sont secondaires. En 1998, il y avait 400 325 élèves namibiens à l’école primaire et 115 237 élèves à l’école secondaire. Le ratio élèves / enseignant en 1999 était estimé à 32: 1, environ 8% du PIB étant consacré à l’éducation. L’élaboration des programmes d’études, la recherche pédagogique et le développement professionnel des enseignants sont organisés au niveau central par l’Institut national pour le développement de l’éducation (NIED) à Okahandja. La plupart des écoles en Namibie sont gérées par l’État, mais certaines écoles privées font également partie du système éducatif du pays. Il existe quatre universités de formation des enseignants, trois collèges d’agriculture, un collège de formation des policiers et trois universités : l’Université de Namibie (UNAM), l’Université internationale de gestion (IUM) et l’Université namibienne des sciences et technologies (NUST).

Les langues de la Namibie

Jusqu’en 1990, l’anglais, l’allemand et l’afrikaans étaient des langues officielles. Bien avant l’indépendance de la Namibie vis-à-vis de l’Afrique du Sud, la SWAPO était d’avis que le pays devait devenir officiellement monolingue, choisissant cette approche contrairement à celle de son voisin l’Afrique du Sud (qui accordait aux 11 langues principales le statut officiel), qu’elle considérait comme « une politique délibérée de fragmentation ethnolinguistique. » [160] Par conséquent, la SWAPO a institué l’anglais comme seule langue officielle de la Namibie bien que seulement 3% de la population le parle comme langue parlée à la maison. Sa mise en œuvre se concentre sur la fonction publique, l’éducation et le système de radiodiffusion, en particulier le radiodiffuseur d’État NBC. Certaines autres langues ont reçu une reconnaissance semi-officielle en étant autorisées comme moyen d’enseignement dans les écoles primaires. Les écoles privées devraient suivre la même politique que les écoles publiques et la « langue anglaise » est une matière obligatoire. Certains critiques soutiennent que, comme dans d’autres sociétés africaines postcoloniales, la pression pour l’enseignement et la politique monolingues a entraîné un taux élevé d’abandon scolaire et de personnes dont la compétence académique dans n’importe quelle langue est faible. Selon le recensement de 2011, les langues les plus courantes sont l’oshiwambo (la langue la plus parlée pour 49% des ménages), le khoekhoegowab (11,3%), l’afrikaans (10,4%), le rukwangali (9%) et l’otjiherero (9%). La langue nationale la plus largement comprise est l’afrikaans, la lingua franca du pays. L’afrikaans et l’anglais sont principalement utilisés comme deuxième langue réservée à la communication publique. Une liste complète des langues selon le recensement de 2011 est 48,9% Oshiwambo, 11,3% Khoekhoegowab, 10,4% Afrikaans, 8,6% Otjiherero, 8,5% RuKwangali, 4,8% siLozi, 3,4% anglais, 1,2% autres langues africaines, 0,9% allemand, 0,8 % San, 0,7% autres langues européennes, 0,3% setswana et 0,1% langues asiatiques. La plupart de la population blanche parle allemand ou afrikaans. Aujourd’hui encore, 105 ans après la fin de l’ère coloniale allemande, l’allemand joue un rôle de langue commerciale. L’afrikaans est parlé par 60% de la communauté blanche, l’allemand par 32%, l’anglais par 7% et le portugais par 4 à 5%. La proximité géographique de l’Angola lusophone explique le nombre relativement élevé de lusophones ; en 2011, ils étaient estimés à 100 000, soit 4 à 5% de la population totale.
Afriquinfos.com © Copyright 2020, Tous droits réservés