Non classé
8 janvier 2020

Somalie: au moins 4 morts dans un attentat des shebab près du Parlement

Au moins quatre personnes ont été tuées et plus de dix blessées mercredi dans un attentat revendiqué par les islamistes […]

2 août 2019 Afrique de l'Est

Somalie : Le président Farmajo rejette sa citoyenneté américaine

Mogadiscio (© 2019 Afriquinfos)- En raison, de l’achèvement des processus juridiques et d’immigration requis qui avaient été lancés après l’élection […]

Lire la suite »
3 mai 2018 Afrique de l'Est

Somalie : Une humanitaire de l’Oms tuée à Mogadiscio

Mogadiscio (© 2018 Afriquinfos)-Une somalienne travaillant pour l’Organisation mondiale de la santé (Oms), a été assassinée mardi en Somalie par […]

Lire la suite »
11 décembre 2017 Non classé

Forum Africa 2017 : Les Présidents africains s’engagent à mettre l’accent sur la croissance inclusive

Charm-el-Cheick (© Afriquinfos 2017)- Des Présidents africains se sont mis d’accord pour mettre l’accent sur l’intégration régionale, la croissance inclusive […]

Lire la suite »
13 avril 2017 Afrique de l'Est

Somalie : vers un terrain d’entente ente le gouvernement et les shebab ?

Mogadiscio (© Afriquinfos 2017) – Une semaine après que le président Mohamed Abdullahi Mohamed Farmajo ait déclaré la guerre aux […]

Lire la suite »
22 mars 2017 Afrique de l'Est

Somalie: l’ONU vient en aide d’urgence avec 22 millions de dollars pour lutter contre la famine

New York (© 2017 Afriquinfos) –Les Nations unies ont approuvé un prêt d’urgence de 22 millions de dollars (20,3 millions […]

Lire la suite »
19 mars 2017 Afrique de l'Est

A peine entré en fonction, Moussa Faki en visite de solidarité en Somalie

Mogadiscio (© 2017 Afriquinfos) – Quelques jours après avoir pris fonction, le nouveau président de la commission de l’Union Africaine […]

Lire la suite »
7 mars 2017 Afrique de l'Est

Somalie : António Guterres appelle à l’action

Mogadiscio (© 2017 Afriquinfos)- En visite mardi en Somalie, le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, a réclamé un soutien […]

Lire la suite »
20 février 2017 Afrique de l'Est

Somalie: 14 personnes meurent dans l’explosion d’une voiture piégée

Mogadiscio (© 2017 Afriquinfos) –L’explosion d’une voiture piégée à un carrefour de la capitale somalienne Mogadiscio, a fait au moins […]

Lire la suite »
8 février 2017 Afrique de l'Est

Somalie : l’ancien Premier ministre Mohamed Abdullahi Farmajo vainqueur du scrutin présidentiel

Mogadiscio (© 2017 Afriquinfos) – Mohamed Abdullahi Farmajo élu nouveau président en Somalie. L’ancien Premier ministre du pays du 31 […]

Lire la suite »
Afrique de l'Est

Somalie : Après plusieurs reports, l’élection présidentielle va enfin avoir lieu

Mogadiscio (© 2017 Afriquinfos) –C’est ce mercredi que les parlementaires somaliens désignent le nouveau président du pays. Après plusieurs reports, […]

Lire la suite »

Mohamed Abdullahi Mohamed né le 11 mars 1962, également connu sous le nom de Farmaajo, est un politicien et diplomate somalien qui est le 9e et actuel président de la Somalie depuis le 16 février 2017. Au moment de son élection, il avait deux somaliens et la citoyenneté américaine. Il était auparavant Premier ministre de la Somalie de novembre 2010 à juin 2011 et est le fondateur et président du Parti politique Tayo. Il est devenu président de la Somalie après avoir remporté l’élection présidentielle somalienne de 2017 avec 184 voix sur un total de 329 par des membres du Parlement somalien après avoir battu l’ancien président Hassan Sheikh Mohamud.

Contexte

Jeunesse

Mohamed est né à Mogadiscio, dans une famille Marehan. Son père était bien connu dans le district de Waberi sous le nom de Formaggio, le mot italien pour « fromage ». Surnommé Farmajo, (Farmaajo) de Formaggio, le mot italien pour fromage, sa famille est originaire de la région de Mudug dans la partie centrale du pays.

Les parents de Mohamed étaient des militants affiliés à la Somali Youth League (SYL), le premier parti politique de la Somalie. Pendant les années 1970, son père a travaillé comme fonctionnaire au Département national des transports. 

Mohamed a fréquenté un internat en Somalie. Entre 1985 et 1988, il a travaillé comme secrétaire à l’ambassade de Somalie à Washington, D.C. Entre 1989 et 1993, il a obtenu un baccalauréat en histoire et une maîtrise en sciences politiques de l’Université de Buffalo à Buffalo, New York.

Mohamed est un citoyen somalien. Avant août 2019, il détenait également la citoyenneté américaine, à laquelle il a volontairement renoncé.

Début de carrière

À titre administratif, Mohamed a travaillé au Ministère des affaires étrangères de la Somalie avant l’effondrement du gouvernement central en 1991 et la guerre civile qui a suivi. Entre 1985 et 1988, il a également été Premier secrétaire de l’ambassade de Somalie à Washington et a travaillé avec diverses organisations de défense des droits humains.

De 1994 à 1997, Mohamed a été choisi comme commissaire général de la Buffalo Municipal Housing Authority, et y a travaillé comme président des finances. Il a également été gestionnaire de cas pour un programme de réduction du plomb dans la ville de 1995 à 1999. Entre 2000 et 2002, Mohamed a été coordinateur commercial minoritaire pour la division du comté d’Erie de l’égalité des chances en matière d’emploi. De 2002 jusqu’à sa nomination au poste de Premier ministre fin 2010, il a travaillé comme commissaire à l’égalité de l’emploi au Département des transports de l’État de New York à Buffalo.

Mohamed a également enseigné des compétences en leadership et en résolution de conflits au Erie Community College, qui fait partie du système SUNY. 

Premier ministre (2010-2011)

Rendez-vous

Le 14 octobre 2010, Mohamed a été nommé nouveau Premier ministre de la Somalie. Il a remplacé Omar Abdirashid Ali Sharmarke, qui a démissionné le mois précédent à la suite d’un différend prolongé avec le président. Les législateurs ont approuvé à une écrasante majorité la nomination de Mohamed le 31 octobre 2010. 297 des 392 membres du Parlement ont approuvé la sélection par levée de la main ; 92 députés ont voté contre et 3 se sont abstenus.

Le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, a félicité Mohamed pour sa nouvelle nomination et a félicité les dirigeants somaliens d’avoir atteint un consensus sur les modalités procédurales qui ont facilité une confirmation transparente et consultative du Premier ministre. Le président de l’Union africaine, Jean Ping, a également souhaité la bienvenue au nouveau Premier ministre et réaffirmé le soutien de l’UA au gouvernement somalien.

Le 1er novembre 2010, Mohamed a prêté serment lors d’une cérémonie tenue à la résidence présidentielle, Villa Somalia. 

Nouveau cabinet

Le 12 novembre 2010, Mohamed a nommé un nouveau cabinet, conformément à la charte du gouvernement fédéral de transition (TFG). 

Le Premier ministre a publié une déclaration indiquant que « le peuple somalien et la communauté internationale attendaient un cabinet somalien compétent et crédible, et je suis heureux de nommer ce cabinet maigre mais capable ». 

Comme prévu, les postes ministériels attribués ont été considérablement réduits, avec seulement 18 postes administratifs dévoilés par rapport aux 39 portefeuilles gonflés du gouvernement précédent. Seuls deux ministres du précédent cabinet ont été nommés de nouveau : Hussein Abdi Halane, l’ancien ministre des Finances et personnalité réputée de la communauté internationale, a été nommé à la tête d’un ministère des Finances et du Trésor consolidé ; et le Dr Mohamud Abdi Ibrahim a été réaffecté au Ministère du commerce et de l’industrie. 

Ahlu Sunna Waljama’a, un groupe soufi modéré et un allié militaire important du TFG, a également obtenu les principaux ministères de l’Intérieur et du Travail.

Les postes ministériels restants ont été en grande partie attribués à des technocrates nouveaux dans l’arène politique somalienne : Abdihakim Mohamoud Haji Faqi, un ancien diplomate, a été nommé parmi plusieurs vice-premiers ministres en plus du poste important de ministre de la Défense; le diplomate Mohamed Abdullahi Omaar a repris ses fonctions de ministre des Affaires étrangères, poste qu’il avait déjà occupé par le passé ; Mme Maryan Qasim Ahmed a rejoint le gouvernement en tant que ministre des Femmes et des Affaires familiales ; Le Dr Abdi Shakur Sheikh Hassan Farah, ministre des affaires intérieures et de la sécurité; Abdirashid Khalif Hashi en tant que ministre du Logement et de la Reconstruction nationale ; Abdulkareem Hassan Jama en tant que ministre de l’information ; et Abdullahi Abyan Noor en tant que ministre de la justice et des questions religieuses.

Le président Sharif Sheikh Ahmed a accueilli le nouveau Cabinet et a encouragé le Parlement à approuver les nominations. Le Parlement a approuvé le nouveau gouvernement de Mohamed le 27 novembre 2010. 251 des 343 législateurs qui ont assisté à la session de vote ont approuvé le Cabinet, tandis que 92 législateurs s’y sont opposés. 

Réformes

Au cours de ses 50 premiers jours au pouvoir, l’administration du Premier ministre Mohamed a achevé son premier versement mensuel d’allocations aux soldats du gouvernement et a lancé la mise en place d’un registre biométrique complet pour les forces de sécurité dans un délai de quatre mois. Des membres supplémentaires de la Commission constitutionnelle indépendante ont également été nommés pour engager des juristes constitutionnels somaliens, des érudits religieux et des experts de la culture somalienne sur la nouvelle constitution prévue du pays, un élément clé des tâches fédérales de transition du gouvernement. De plus, des délégations fédérales de haut niveau ont été envoyées pour désamorcer les tensions liées aux clans dans plusieurs régions. 

Pour améliorer la transparence, les ministres du Cabinet ont entièrement divulgué leurs actifs et signé un code d’éthique. Une commission anti-corruption, habilitée à mener des enquêtes officielles et à examiner les décisions et protocoles du gouvernement, a également été mise en place afin de surveiller de plus près toutes les activités des agents publics. En outre, les voyages inutiles à l’étranger des membres du gouvernement étaient interdits, et tous les voyages des ministres nécessitent désormais le consentement du Premier ministre. Un budget décrivant les dépenses fédérales de 2011 a également été présenté et approuvé par les parlementaires, le paiement des employés de la fonction publique étant priorisé. En outre, un audit complet des biens et des véhicules du gouvernement est en cours de mise en place. 

Sur le front de la guerre, le nouveau gouvernement et ses alliés de l’AMISOM ont également réussi à contrôler 60% de Mogadiscio, où vivaient à l’époque 80% de la population de la capitale. Avec près d’un millier de troupes gouvernementales nouvellement formées en route, qui devraient être renforcées par 4 000 soldats supplémentaires de l’AMISOM, le rythme des gains territoriaux devrait s’accélérer considérablement. 

Accord de Kampala

Supervisé par le président ougandais Yoweri Museveni et l’envoyé spécial des Nations Unies en Somalie Augustine Mahiga, l’accord de Kampala verrait le cabinet technocratique que le Premier ministre Mohamed avait réuni en novembre 2010 recomposé pour faire place à un nouveau gouvernement. Annonce de la démission proposée par le Premier ministre Mohamed a été immédiatement accueillie par de violentes manifestations dans diverses villes.

Des milliers de civils, de nombreux soldats du gouvernement et certains législateurs ont défilé dans les rues de Mogadiscio. Les manifestants en colère ont exigé la réintégration du Premier ministre. Les affiches de l’Envoyé spécial des Nations Unies ont été symboliquement incendiées, des manifestants appelant le Secrétaire général de l’ONU à licencier Mahiga.

Attaques contre des hôtels dans lesquels des parlementaires résidaient et au moins cinq décès ont été signalés. Des manifestations supplémentaires contre la démission du Premier ministre ont eu lieu à Galkacyo, une ville commerçante clé de la région centre-nord de Mudug, ainsi qu’à Belet Hawo dans l’extrême sud. Sur le plan international, des manifestations auraient également eu lieu au Caire, à Nairobi, à Johannesburg, à Sydney, à Londres, à Rome, à Stockholm, à Minneapolis et à Toronto.

En réponse, le Premier ministre Mohamed a publié une déclaration par le biais de la radio d’État Mogadiscio, félicitant l’armée pour sa réponse rapide et exhortant ses troupes à faire preuve de retenue. Il a également appelé le public à se calmer et a indiqué que « j’ai vu vos expressions et entendu vos appels […] Vous faites partie de la prise de décision – ce que vous voulez doit être entendu ». De plus, dans lors d’une conférence de presse, le Premier ministre a appelé à la libération immédiate de tous les manifestants détenus et a déclaré que son administration ouvrirait une enquête indépendante sur leur arrestation. Pesant sur les manifestations, le maire de Mogadiscio, Mohamed Nur, a suggéré que soumettre la question au Parlement pour approbation serait une ligne de conduite démocratique.

Le 11 juin 2011, le Premier ministre Mohamed a publié une déclaration indiquant que la décision de Kampala devait être présentée au Parlement pour débat et appréciée conformément aux lois stipulées dans la constitution nationale. Le Premier ministre a également déclaré qu’il ne démissionnerait que si les législateurs votaient pour le maintien de l’accord. Cela a été repris par le Cabinet, qui a indiqué dans un communiqué de presse qu’après s’être réunis pour discuter de la décision de Kampala, les ministres étaient convenus que l’accord devait être soumis au Parlement pour évaluation. En outre, plus de 200 parlementaires auraient cherché à exhorter le Premier ministre à convoquer à nouveau le Parlement afin de délibérer sur la décision, indiquant dans un communiqué distinct que l’accord privait les députés de leur rôle législatif vis-à-vis du gouvernement.

Le 12 juin 2011, le président Sharif Sheikh Ahmed a publié une déclaration dans laquelle il condamnait les violentes manifestations, les qualifiant d ‘ »illégales ». Il a également suggéré que certains responsables gouvernementaux finançaient les rassemblements à Mogadiscio, et a averti que le groupe d’islamistes Al-Shabaab qui mène une guerre contre le gouvernement fédéral pourrait essayer d’exploiter les rassemblements pour lancer des attaques terroristes. 

Le même jour, des reportages ont fait surface indiquant que le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-Moon, licencierait l’envoyé spécial Augustine Mahiga en raison du manque de progrès tangibles et de la confiance du public dans le travail de Mahiga en Somalie. Des sources onusiennes ont également déclaré qu’en raison d’allégations de greffe répandues, le Secrétaire général licencierait la moitié des cadres de divers bureaux des Nations Unies, dont l’UNPOS, le PNUD, l’UNICEF, l’OMS et OCHA. 

Dans une interview accordée le 16 juin 2011, le sous-secrétaire aux Affaires étrangères d’Italie, Alfredo Mantica, a exprimé son soutien à la position du Premier ministre Mohamed concernant l’accord de Kampala. Mantica a déclaré que le gouvernement italien estimait que l’accord devait être réexaminé au Parlement. Il a également indiqué que « le Premier ministre est au pouvoir depuis cinq mois. Et il est trop tôt pour juger de son travail. Mais ce qu’il a fait jusqu’à présent a été très positif. Il a obtenu des résultats importants. Le gouvernement semblait déjà miracle […] La force de l’instabilité en Somalie est une constante. Et le Premier ministre représente la stabilité. « 

Démission

Mohamed Abdullahi Mohamed a démissionné de son poste de Premier ministre de la Somalie le 19 juin 2011. Dans le cadre des conditions controversées de l’accord de Kampala, l’accord verrait également les mandats du président, du président du Parlement et des députés prolongés jusqu’en août 2012, après quoi de nouvelles élections doivent être organisées. Dans son discours d’adieu, le Premier ministre Mohamed a indiqué qu’il démissionnait dans « l’intérêt du peuple somalien et la situation actuelle en Somalie ». Il a également remercié son Cabinet pour ses efforts visant à améliorer la situation en matière de sécurité et les normes de gouvernance dans le pays. 

Abdiweli Mohamed Ali, ancien ministre de la Planification et de la Coopération internationale de Mohamed, a été nommé Premier ministre par intérim le même jour. Quelques jours plus tard, le 23 juin 2011, Ali a été nommé Premier ministre permanent. 

Sheikh Hussein Ali Fidow, porte-parole des militants d’Al Shabaab, a déclaré aux journalistes le 22 juin 2011 qu ‘ »il est clair pour le peuple somalien et la communauté internationale que la réunion de Kampala le Somalie visait à contraindre le Premier ministre Mohamed Abdullahi Mohamed se retire « . En outre, le porte-parole d’Al Shabaab a laissé entendre que les citoyens somaliens étaient au courant de ce qui se passait et qu’il (Al Shabaab) n’a pas reconnu le président Sharif Ahmed et le président du Parlement Sharif Hassan comme des autorités gouvernementales légitimes. 

Le 24 juin 2011, les législateurs ont réaffirmé leur opposition et leur intention d’abroger la décision de Kampala. Le président de la Commission fédérale de l’information, de la sensibilisation du public, de la culture et du patrimoine, Awad Ahmed Ashareh, a indiqué que 165 législateurs avaient déposé une motion au Parlement contre l’accord, mais le Président l’a rejeté. Ashareh a également déclaré que les députés émettraient un vote de défiance à l’égard du Président Hassan s’il continuait à refuser de permettre le débat, suggérant que le refus de Hassan « contrevient à la Charte et au règlement intérieur ».

À la suite de discussions avec des parlementaires, le président Sharif Sheikh Ahmed a affirmé le 28 juin 2011 qu’en raison de l’opposition des législateurs à l’accord de Kampala, il serait soumis au Parlement pour délibération. Il a également indiqué que l’accord ne serait pas mis en œuvre sans l’approbation des législateurs. 

Après sa démission, Mohamed est retourné aux États-Unis et a occupé son ancien poste au Département des transports de l’État de New York.

Tayo

Début 2012, Mohamed et des membres de son ancien cabinet ont créé le parti politique Tayo (« Qualité »), ainsi nommé en raison de la réputation généralement favorable que son administration a acquise durant son bref mandat sous le président Sharif Sheikh Ahmed.

Selon Mohamed, le principal objectif du parti consisterait à fournir des services à la population générale de la Somalie et à encourager le rapatriement des diasporans somaliens afin de contribuer au processus de reconstruction après le conflit.

Après avoir démissionné de ses fonctions, Mohamed avait fait campagne dans diverses destinations mondiales pour obtenir le soutien de son nouveau parti, notamment aux États-Unis, au Royaume-Uni, aux Pays-Bas et en Suède. 

Élections présidentielles de 2012

Début août 2012, Mohamed s’est présenté comme candidat à la présidentielle aux élections de 2012 en Somalie mais a été éliminé au premier tour de scrutin.

Programme de fin d’études

En août 2013, Mohamed a été conférencier d’honneur au quatrième programme annuel de diplomation en Somalie de l’Ohio à Columbus, Ohio. L’événement a rassemblé des centaines d’étudiants, de parents, de professionnels et de dirigeants pour honorer les diplômés somaliens de l’enseignement secondaire et supérieur. L’ancien ministre de l’Éducation de la Somalie, Hassan Ali Mire, était un conférencier invité, avec des bourses financières accordées aux élèves les plus remarquables.

Présidence (2017 – présent)

Mohamed s’est présenté aux élections présidentielles contre 19 opposants. Sa campagne était basée sur le nationalisme, l’absence de famine et la défaite du mouvement militant islamique d’Al-Shabaab. Les électeurs étaient limités à 275 membres du Parlement et 54 sénateurs, et il y avait de nombreux rapports d’achat de votes. Dans un second tour, il s’est présenté contre trois candidats restants, jusqu’à ce que le président en exercice Hassan Sheikh Mohamud le reconnaisse. En conséquence, Mohamed a remporté les élections de 2017 le 8 février et a prêté serment le 16 février. Lors de son investiture, le nouveau président somalien a appelé les combattants d’Al Shabaab et d’autres groupes militants islamistes à se rendre. « Pour ceux qui travaillent avec al-Qaïda, al-Shabaab et l’EI (État islamique), votre temps est écoulé », a-t-il déclaré lors de la cérémonie d’inauguration. 

Renonciation à la citoyenneté américaine

En août 2019, après deux ans et demi de mandat, le bureau présidentiel a annoncé que le président Mohamed avait l’intention de renoncer à sa citoyenneté américaine. Aucune raison n’a été donnée qui a incité à spéculer sur les raisons. Pendant son mandat, les États-Unis ont considérablement augmenté les frappes aériennes contre al-Shabab, rétabli sa présence diplomatique en Somalie et présenté à Mohamed une casquette de camionneur qui disait « Rendez la Somalie encore plus belle ».

Afriquinfos.com © Copyright 2020, Tous droits réservés